Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Charlie Adlard, solide comme un roc

AiT/Planet Lar est une petite maison d’édition créée en 1999 et spécialisée dans l’édition de graphic novels. Leur catalogue comprend Rock Bottom, plus sobrement intitulé Corps de Pierre pour l’édition présente de Delcourt. Le récit fut élaboré en 2006, soit 3 ans après que Charlie Adlard ait repris les rênes de la série à succès Walking Dead : il faut croire que dessiner plus de 25 pages par mois n’a pas découragé ce dessinateur d’entreprendre un autre projet en parallèle.

L’on va suivre Tom Dare, musicien professionnel gagnant convenablement sa vie et en procédure de divorce, qui va inexplicablement et progressivement se changer en pierre, conséquence tragique d’un malin jeu de hasard génétique. Il va se faire aider par son avocat et son médecin attitré, avant que les médias ne s’en mêlent…

Un homme de pierre : on aurait pu croire à un récit réaliste se servant de cette maladie pour traiter de façon rationnelle le mythe du super-héros, ou encore à un drame sur le handicap, mais il n’en est rien. On pourrait prétexter une distanciation pudique, mais le fait est que Joe Casey reste constamment en dehors de son histoire. Il la raconte, certes, mais rien ne vient s’ajouter au récit tel qu’il est construit : les personnages sont justes esquissés, et on a du mal à trouver de l’empathie ou de l’émotion dans cet ensemble au final très plat. Reste quand même un propos louable sur le handicap, quelques bonnes idées (le final, la dénonciation des bêtes de laboratoires, ou encore les intérêts particuliers qui passent toujours avant les intérêts individuels), mais au final ce récit sonne plus creux qu’autre chose – d’autres diront sobre.

Par contre, nous avons droit à un Charlie Adlard en grande forme et qui veut vraisemblablement marquer une coupure avec Walking Dead. Le côté sombre et âpre du dessin de la série culte laisse ici place à un tout autre style : noir et blanc certes, mais ligne clair et sans aucun effet d’ombre (que ce soit aplats noirs ou petits traits pour symboliser l’ombre ou le relief). On pourrait presque qualifier ce dessin original de blanc… et blanc. Le style est bienvenu pour symboliser tout l’aspect clinique de l’album (autant dans la retranscription des fait, que dans l’histoire – notre héros passe une bonne moitié du récit en hôpital), et l’idée d’identifier la transformation uniquement par une légère touche grisée est intéressante et intelligente. Classique mais maîtrisé, le dessin d’Adlard ne souffre d’aucun défaut et on le sent vraiment respirer grâce à cet album marquant une coupure avec le train-train Walking Dead.

En sommes, un récit pudique mais malheureusement pas assez approfondi et qui nous laisse en dehors, servi par des dessins audacieux d’un Adlard tranchant nettement avec son travail sur Walking Dead. Intéressant mais frustrant, un album à lire plus qu’à acheter.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

  • Retour sur la glace
    The first thing authorities or family members must do is find new clothing ... Suite...
    20/05/19 - 06h28
    Par Guest
  • Criminal t.1 - Lâche !
    You can hardly povide the life that haas into living. These are opening sta... Suite...
    20/05/19 - 05h06
    Par Guest
  • Les trompettes de l'Apocalypse...
    Seeing him should end a time period of drama. You can both pick a habit to ... Suite...
    20/05/19 - 05h00
    Par Guest
  • Fury
    This post is invaluable. How can I find out more? My website :: ntc33 login... Suite...
    20/05/19 - 04h44
    Par Guest
  • Bourrin?
    These are people searching for the purpose youu have to give you! Truly - I... Suite...
    20/05/19 - 03h07
    Par Guest
  • Retour sur la glace
    Find out they prepare an audio lesson. During St John's Bonfires, you can a... Suite...
    20/05/19 - 02h31
    Par Guest
You are here: Autres Autres Corps de Pierre Charlie Adlard, solide comme un roc
icone_rss