Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

TOP 10 : Au delà de l'ultime frontière

Vers l'infini et au delĂ ...

Neopolis est une ville fondée en 1949 par des savants Nazi et où tous les flics ont des super-pouvoirs pour pouvoir faire face à une population dont tous les membres, qu’ils soient humains, robots, vampires, sorciers, dieux ou animaux, ont des super pouvoirs ! C’est aussi le terrain de jeu que s’est crée Alan Moore pour rendre hommage à la Bande Dessinée dans son ensemble et au comics en particuliers. Cette ville hors du commun lui permet de faire défiler les personnages les plus pittoresques, les pouvoirs les plus farfelus et les références les plus diverses dans un immense patchwork dont le scénario emprunte à l’atmosphère de « NYPD Blues » et les dessins de chaque page tiennent d’un « Mais où est Charlie ? » super-héroïque.

Au delà des intrigues captivantes tissées par Moore, le lecteur pourra tout aussi bien tester sa culture de bédéphile en énumérant les centaines de personnages américains ou européens qui visitent en guest-stars les pages foisonnantes de Gene Ha. Le trait réaliste et classique de celui-ci donne un aspect intemporel à Top 10 et permet à Moore d’explorer l’esprit et le cœur de ses personnages au delà des costumes multicolores et des capacités hors du commun devenus finalement très ordinaires. Ce qui compte dans Top 10 est plus à chercher dans les relations amicales, amoureuses ou familiales qui lient les personnages et dans les épreuves qu’ils traversent, que ce soit le deuil, l’amour, l’héroïsme, la peur, le racisme, l’homophobie ou la fuite du temps.

Après les 12 épisodes de la série principale, la mini-série « Smax » (dessinée par Zander Cannon qui a aussi encré toute la série) et le prequel « The Forty-niners », scénarisés par leur créateur Alan Moore avec Gene Ha au crayon, Paul Di Filippo, écrivain de science-fiction et Jerry Ordway, connu principalement pour ses travaux sur Superman pour DC, reprennent en main le destin du commissariat du 10th precints de Neopolis.

Di Filippo fait montre d'une fidélité sans faille aux histoires de Moore en en reprenant des éléments laissés en suspens lors des récits précédents mais tente de marquer son territoire en introduisant une galerie de nouveaux policiers au Top 10. Ces « bleus » vont faire leurs armes au côté de leurs aînés en enquêtant sur une nouvelle drogue qui touche les robots de Neopolis, en recherchant une bande d’ anarchistes iconoclastes et un poisson agressif, et en essayant d’élucider les apparitions fantomatiques d’un cyborg qui semblent prendre peu à peu le contrôle des habitant de la ville pour les façonner à son image. Rien de manque de l’univers crée par Moore : l’atmosphère des commissariats de séries TV, les minorités rejetés, des couples improbables, des allusions à des sexualités débridées et marginales, des personnages non dénués de profondeurs, vulnérables et humains malgré leurs pouvoirs, entretenant des relations riches et complexes, l’utilisation ironique des lieux communs du comics tels que les résurrections des héros tombés aux champs d’honneur, etc…

Malgré un trait qui n’a pas la même finesse et quelques cases un peu négligées, Jerry Ordway semble très à l’aise dans les pantoufles de Gene Ha et multiplie les apparitions surprises des icônes de la bande dessinée de toute origine, tout éditeur et de tout temps en y ajoutant quelques stars du dessin animé. Il multiplie les détails humoristiques et référenciels qui font tout le plaisir d’éplucher les planches de Top 10.

Cette nouvelle saga de Top 10 ne démérite donc pas malgré le changement d’auteurs. Les personnages crées par le scénariste restent cependant infiniment moins charismatiques que ceux de Moore. A titre personnel, j’ai aussi regretté un certain manque de rythme et une conclusion alambiquée qui peut s’expliquer par le fait que Paul Di Filippo est un auteur de science-fiction reconnu mais un novice en matière de comics faisant ses débuts sur un monument ! Le Modus Operandi du vilain de service est incontestablement de ceux qui font les beaux jours des romans de science fiction dans lequel il a l’espace nécessaire pour s’épanouir mais se révèle obscur et à l’étroit appliqué au comics. Par ailleurs, le recours au procédé du Deus Ex Machina m’a semblé amené sans subtilité pour résoudre à peu de frais l’intrigue complexe patiemment tissée tout au long des 4 premiers épisodes de l’histoire. En dehors de ces réserves, « Top 10 : au delà de l’ultime frontière » reste une lecture hautement recommandée par le plaisir de retrouver l’univers d’Alan Moore et les héros du 10th Precint en attendant les péripéties à venir de Top 10 sous le crayon de Gene Ha sur un scénario de Zender Cannon.

 

Auteurs
 Paul Di Filippo (scénario), Jerry Ordway (dessins) 
Editeur (Collection)
 Panini (100% ABC)
Date de parution
 08 novembre 2007
Prix
 12 €
Nombre de pages
 128 pages
Episodes VO
 Top 10 : Beyond the farthest precinct #1-5

 

 

Pour le retour des héros de Néopolis, Alan Moore confie un de ses “bébés” à d’autres auteurs ! 

 


Derniers commentaires

You are here: Wildstorm TOP 10 TOP 10 : Au delà de l'ultime frontière
icone_rss