Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

The Authority : Révolution

Auteur
 Ed Brubaker (scénario), Dustin Nguyen (dessin) 
Editeur (Collection)
 Panini Comics (100% Wildstorm) 2 tomes
Date de parution
 13 mars 2008 / 25 septembre 2008
Prix
 13 € / 13 €
Nombre de pages
 144 pages / 144 pages
Episodes VO
 The Authority : Révolution #1-12

  


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Authority a maintes fois battu des adversaires invincibles et repoussé des périls insurmontables. l'équipe pensait donc que prendre en charge le gouvernement des États-Unis serait une tâche facile. C'était sans compter sur Paul Revere et les Enfants de la liberté, qui incitent le peuple américain à se rebeller contre elle. Authority pourra-t-elle survivre à ses luttes intestines le temps d'empêcher une révolution dont l'issue promet d'être calamiteuse ?
 
 

Grandeur...

Mars 2008 était placé sous le signe de la guerre et de la destruction avec les spécialistes en la matière : The Authority. Entre le volume 5 publié par Semic, devant lequel se situait le premier volume de Panini « Humains malgré tout » - ce numéro 1 étant le second - et ce « Authority : révolution » en 2 tomes, le lecteur de VF averti pourra tenter de lire en VO :

- The Authority (vol.2) 6-9 : Godhead
- Coup d'État (mini-série)
- The Authority (vol.2) 10-13 : Fractured World

Tout le monde a suivi? Sinon, Wikipédia est votre ami. Une fois que vous saurez ce qui a mené The Authority à prendre le pouvoir, vous pourrez vous lancer à l’assaut de ce « Days of future past » à la sauce Brubaker ! Les fans d’Authority confiés aux bons soins de Brubaker auront donc leur quota d’injures et de grossièretés, une paire de fesses, quelques tétons, un flot conséquent de sang s’échappant de crânes broyés et autres blessures diverses autant que mortelles.

Au delà du minimum syndical à attendre, Ed Brubaker met le groupe qui a vaincu les menaces extra-terrestres les plus puissantes et les tyrans inter-dimensionnels les plus retors au pied du mur et le confronte à la plus grande menace qui soit : l’Administration américaine. Après des années de critique distante et hautaine, Jack Hawksmoor et ses acolytes entrent au Bureau Ovale et se retrouvent en mesure de gouverner pour apporter au peuple le bonheur et la liberté. Ils sont même prêts à raser des forêts entières et à épuiser toutes les terres arables pour que l’humanité passe au bio-carburant…

Les bonnes intentions et les solutions simplistes n’ayant qu’un temps, l’opposition prend bientôt la forme d’un groupe de vétérans dignes des Invaders mené par un Captain América d’un autre temps. Dans les coulisses du massacre, d’autres ombres du passé préparent un avenir de ténèbres qui bouscule les alliances, les amitiés et les amours…

Ed Brubaker donne une nouvelle dimension aux membres du groupe, une dimension humaine faite de doutes et de fragilités habilement et paradoxalement amenés par l’exercice du pouvoir. L’impuissance va jusqu’à susciter chez eux l’impensable : la réflexion ! Le lecteur, lui, retrouve au long du récit l’émotion trop souvent absente de ce genre de série. Tout en ne trahissant pas les attentes des habitués, Brubaker refuse de se laisser piéger par la surenchère d’hémoglobine et de menaces surpuissantes pour finalement donner une seconde jeunesse à The Authority qui n’étaient plus que la caricature d’elle-même. Dustin Nguyen assume son style particulier et livre des pages suffisamment dynamique pour soutenir le propos de Brubaker à défaut de lui donner une plus-value esthétique. L’impatience de lire la fin du récit dans le volume 2 est donc au rendez-vous !

Hasta la revolucion

The Authority a pris le pouvoir ...

C'était simple, ils l'avaient annoncé, ils l'on fait ... Et leurs ennuis commencent ... Jusqu'alors, nous avons suivi les aventures de The Authority contre diverses menaces, surpuissantes pour la plupart, qu'il leur suffisait d'éradiquer. Au début de son run, Marl Millar avait tenté un accouplement avec le politique, mais de manière "millarienne", plutôt brutale et expéditive. Cette fois ci, il leur faut penser avant d'agir, et faire face à l'opposition. Bien sûr, ils ne le savent pas, mais tout celà est téléguidé de très loin.

Ed Brubaker fait entrer le groupe, et la série dans une nouvelle ère, et ce, sur les 2 volumes, en changeant la situation, en bouleversant le roster du groupe, etc ... Et il le fait bien. Il développe un complot, fait nouveau dans la série. On a toujours droit  aux éléments politiquement incorrects plutôt jouissifs qui ont toujours fait le succès de la série et le bonheur de ses fans, mais en y apportant une dimension plus intellectuelle. Pari réussi pour l'auteur.

Les dessins de N'Guyen sont plus agréables que je m'y attendais, loin, en tous cas, de ceux, grotesques, auxquels on avait eu droit dans les Semic Books 3 et 4 (n° 23 à 26 US). Bon, ses combats sont tout sauf dynamiques, ses visages sont inexpressifs au possible mais, au moins, c'est pas vilain à regarder. Un artiste à suivre ...

Les fans de The Authority peuvent se ruer dessus sans risque, les autres pourront découvrir la série grâce à un auteur de talent qui nous livre une très bonne histoire de complot, de baston, et même plus mais ça, vous le découvrirez à la lecture ...

... et décadence!

Bien que la mini-série "Révolution"soit conçue comme un récit en 12 parties, les 6 derniers épisodes qui constituent ce volume 2 français marquent un changement assez net dans le ton de l'histoire. Après que Brubaker se soit brillamment exercé à apporter nuance et réflexion à The Authority, on sent poindre la nécessité de conclure de manière à contenter le lectorat historique de la série et laisser aux repreneurs à venir une équipe réconciliée avec son public. Le début de cette seconde partie ne manque pas de qualités et la déchéance des membres d'Authority est tragique et touchante jusque dans leur décadence, mais la machine s'emballe soudain.

La "Millar's touch" sied cependant assez bien à Brubaker qui se tire avec les honneurs des figures imposées du blockbuster made in Wildstorm. Une fois rapidement expédié le contenu politique de la "Révolution" ramené à une énième et caricaturale opposition entre ultra-libéralisme fascisant et extrême-gauche autoritaire qui se retrouvent sur le terrain de la dictature, on assiste donc à un défilé de figures surpuissantes qui se baladent avec nonchalance entre les dimensions et jouent à celui qui aura la plus grosse technologie et la plus grande quantité de sang et de tripes à déverser. Brubaker a si bien démonté son jouet qu'il se retrouve avec des situations inextricables à 2 épisodes de la fin. Il sort donc de sa manche un Deus ex machina surpuissant qui va dénouer les fils de l'intrigue en 2 coups de cuillère à pot et annihiler entre 2 clopes un plan machiavélique de 10 ans d'âge.

Cette facilité lui permet de s'étendre à loisir sur les affres des hormones féminines et la révolution des pubères au sein des comics. Le scénariste se paye même le luxe de s'offrir une nouvelle incarnation assez gourde, passablement inutile mais suffisamment dénudée d'un vénéneux personnage de l'époque Stormwatch. Brubaker trouve aussi le temps de se moquer assez finement des codes du Comics, qu'il s'agissent des concepts de retour dans le temps ou de la grandiloquence des héros, mais, avant de tirer sa révérence, n'oublie pas de laisser à l'éditeur une équipe en parfait état de marche, débarrassée des contraintes laissées par Robbie Morisson à la fin du volume 2 de la série régulière.

Au final, le lecteur se retrouve en terrain connu dans un récit qui n'est finalement pas la révolution promise mais remplit son contrat de distraction et de provocation à bon compte grâce à l'indéniable métier de Ed Brubaker, solidement épaulé par les dessins de Dustin Nguyen qui assure une prestation homogène et dynamique.Après la tentative avortée de volume 3 par Grant Morrison et Gene Ha réduite à 2 épisodes inaboutis en 2007, la voie est libre pour le volume 4 par Dan Abnett et Andy Lanning avec Simon Colby aux crayons.

Derniers commentaires

You are here: Wildstorm The Authority The Authority : Révolution
icone_rss