Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Dehors dans le froid

Réunissant déjà le duo Brubaker/Philips avant le chef-d'œuvre qu'est Criminal, ce Sleeper (qui est une suite directe de la mini-série Point Blank) vaut son pesant de cacahuètes.

D'un point de vu graphique, déjà, il permet de voir l'évolution d'un dessinateur. Alors que, dans le dernier recueil de Criminal en date (The Dead and The Dying), Sean Philips opte pour un storytelling très classique mais oh combien maîtrisé, 5 ans auparavant dans Sleeper, il sort des sentiers battus et tente d'appuyer le scénario tout en introspection de Brubaker en pratiquant une composition de page qui reflète l'esprit du narrateur. Utilisant une image de fond sur laquelle sont disséminées plusieurs cases, l'artiste suit le fil de pensée d'un héros déchiré entre son passé et son présent, entre le mensonge et la vérité. Bien que ce parti pris soit innovant et fasse souvent son petit effet, il peut paraître à la longue un peu rébarbatif. Pour les dessins par contre, on navigue en terrain connu. Moins précis et définitif qu'il peut l'être à présent, le trait de Philips est rétrospectivement très agréable à l'œil. Et surtout, sa rudesse colle parfaitement à un récit sombre et hard-boiled.

Pour ce qui est du scénario, Brubaker choisit de mêler espionnage et super-héroïque. Pouvant au premier abord paraître assez étrange, cet assemblage fonctionne plutôt bien. Via des flashbacks savamment amenés, l'auteur arrive à rendre crédible ce monde où des agents de l'ombre possèdent des pouvoirs surnaturels. Naviguant entre non-dits, secrets, mensonges, suspicions et complots, le récit est brillament mené par un Brubaker qui, malgré la densité d'informations, évite d'embrouiller le lecteur. On pourra cependant être un peu perplexe devant l'attachement du récit au monde WildStorm. En effet, les références à l'univers partagé semblent plus tenir du passage obligé de la part du scénariste que d'une réelle volonté de servir l'histoire…  Ces moments tombent à plat et sont pratiquement inutiles. A ce titre, Sleeper aurait sans doute gagné à être totalement indépendant de l'univers de l'éditeur.

Un bonne série à conseiller aux fans du duo (et aux autres aussi, mais en même temps, si vous deviez choisir, préférez Criminal…)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

You are here: Wildstorm Sleeper t1 - Out In The Cold Dehors dans le froid
icone_rss