Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Sleeper t.1 : Out In The Cold

Auteur
 Ed Brubaker (scénario), Sean Phillips (dessins) 
Editeur (Collection)
 Wildstorm
Date de parution
 Mars 2004
Prix
 17,95$
Nombre de pages
 144
Episodes VO
 Sleeper #1-6
Correspondance VF
 Sleeper t. 1 - Seul Contre Tous (Éditions Panini)

 

 

What is SLEEPER?

SLEEPER is the story of a man doing his job. A man who gets pushed in over his head. It's the story of deep-cover agent Holden Carver and the secret criminal organization he becomes enmeshed with, and of the deadly game of cat-and-mouse he plays with Tao, the amoral master of manipulation.

Se méfier de l'eau qui dort

Après l'excellente mini série Sleeper : Point Blank, Brubaker embraye sur un run de 24 numéros avec un nouveau "héros". Le premier arc est bien rythmé mais on est assez loin de l'efficacité de Point Blank niveau coups de théâtre (normal en même temps pour une mini série). Le coup de la super société secrète qui gouverne le monde et la pop culture m'a laissé perplexe, surtout de la part de Brubaker. Cette facilité scénaristique ne se justifie pas vraiment mais il s'agit de l'univers Wildstorm qui, à l'image d'Authority et de sa politique de gros sabots, est tout de même caricatural.

Le récit d'espionnage se mêle astucieusement avec le genre super héroïque en mettant en avant les pouvoirs spéciaux de l'agent Holden Carver, le mélange des genres est complété par une touche de hard-boiled. Les zones brumeuses dans lesquelles le héros naviguent (agent double ? abandonné ? ) font montre de la qualité d'écriture de Brubaker, on n'est jamais perdu.

Phillips innove avec une mise en page la plupart du temps constituée d'une grande image de fond sur laquelles sont juxtaposées des vignettes détaillant l'action, le tout agencé de façon harmonieuse pour le sens de lecture. C'est propre, ça pose tout de suite l'ambiance (les différentes cases font penser au puzzle qu'est la vie de Carver, c'est au lecteur de faire l'assemblage final) et ça n'est pas m'as-tu-vu. 

Le début est prometteur, la série ne court que sur 4 albums, pourquoi se priver ?

Dehors dans le froid

Réunissant déjà le duo Brubaker/Philips avant le chef-d'œuvre qu'est Criminal, ce Sleeper (qui est une suite directe de la mini-série Point Blank) vaut son pesant de cacahuètes.

D'un point de vu graphique, déjà, il permet de voir l'évolution d'un dessinateur. Alors que, dans le dernier recueil de Criminal en date (The Dead and The Dying), Sean Philips opte pour un storytelling très classique mais oh combien maîtrisé, 5 ans auparavant dans Sleeper, il sort des sentiers battus et tente d'appuyer le scénario tout en introspection de Brubaker en pratiquant une composition de page qui reflète l'esprit du narrateur. Utilisant une image de fond sur laquelle sont disséminées plusieurs cases, l'artiste suit le fil de pensée d'un héros déchiré entre son passé et son présent, entre le mensonge et la vérité. Bien que ce parti pris soit innovant et fasse souvent son petit effet, il peut paraître à la longue un peu rébarbatif. Pour les dessins par contre, on navigue en terrain connu. Moins précis et définitif qu'il peut l'être à présent, le trait de Philips est rétrospectivement très agréable à l'œil. Et surtout, sa rudesse colle parfaitement à un récit sombre et hard-boiled.

Pour ce qui est du scénario, Brubaker choisit de mêler espionnage et super-héroïque. Pouvant au premier abord paraître assez étrange, cet assemblage fonctionne plutôt bien. Via des flashbacks savamment amenés, l'auteur arrive à rendre crédible ce monde où des agents de l'ombre possèdent des pouvoirs surnaturels. Naviguant entre non-dits, secrets, mensonges, suspicions et complots, le récit est brillament mené par un Brubaker qui, malgré la densité d'informations, évite d'embrouiller le lecteur. On pourra cependant être un peu perplexe devant l'attachement du récit au monde WildStorm. En effet, les références à l'univers partagé semblent plus tenir du passage obligé de la part du scénariste que d'une réelle volonté de servir l'histoire…  Ces moments tombent à plat et sont pratiquement inutiles. A ce titre, Sleeper aurait sans doute gagné à être totalement indépendant de l'univers de l'éditeur.

Un bonne série à conseiller aux fans du duo (et aux autres aussi, mais en même temps, si vous deviez choisir, préférez Criminal…)

Esseulé

Quand on s'apprête à lire une bande dessinée écrite par Ed Brubaker (Captain America, Daredevil, Gotham Central, Criminal, etc.) et dessinée par Sean Phillips (Criminal, Marvel Zombie, Sept Psychopathes) ont s'attend forcément à quelque chose de bon.

Et je vous rassure de suite, ces 6 premiers épisodes de Sleeper ne dérogent pas à la règle ! Quittant le genre policier qui lui est cher, Brubaker nous emmène dans celui, connexe, de l'espionnage pour une histoire d'agent double qui se retrouve esseulé depuis que son unique contact est dans le coma...

Si cette bande dessinée est vraiment réussie, c'est, à mon sens, par la capacité des auteurs à raconter une histoire complexe, faisant référence à différentes périodes de la vie du héros, dans 6 épisodes dont chacun peut quasiment se lire indépendamment des autres, et comportant son propre bout de l'histoire ! Néanmoins, c'est bien l'adjonction des épisodes qui donne la profondeur. Un petit bémol sur la litanie de personnages de l'univers Wildstorm cités au cours du récit et sans autre intérêt de dire que ça se passe dans l'univers Wildstorm (ce qui nous fait une belle jambe...)

Coté dessin, comme à son habitude, Sean Phillips fait du bon boulot avec un découpage des cases assez original qui n'est toutefois pas systématiquement une réussite, certaines s'avérant confuses. Petite déception au niveau des couleurs (Tony Aviña) qui auraient pu être davantage relevées par moment, histoire de trancher avec le sombre/froid qui est la règle pour ce volume.

Au final, je ne peux que conseiller ce récit d'espionnage qui tire son épingle du jeu dans un genre où les bonnes bandes dessinées sont rares.

Seul contre tous (Gaspar Noé offside)

Malgré le titre de l'album, aucun lien entre le film et le comic-book, à part que dans les deux cas on suit l'histoire d'un personnage, et que c'est sa voix off qui nous guide.

L'agent Holden Carver n'a pas vraiment de chance : c'est un espion infiltré dans une organisation secrète internationale malfaisante, et son seul contact avec son véritable organisme est dans un coma profond. Il doit donc jouer le jeu de l'organisation en espérant qu'on puisse un jour le tirer d'affaire. Mystères, retournements de situation, espionnage, action, organisations secrètes, tout est présent dans ce magnifique polar très sombre agrémenté d'un zeste de science-fiction. C'est du hard-boiled pur et dur, et Brubaker s'en sort magnifiquement. Il maîtrise l'art de la narration avec beaucoup de passages flashbacks et une quantité d'information conséquente sans pour autant perdre le lecteur, et nous propose une galerie de personnages tous très profonds, réalistes et tragiques : On est pas loin de son chef d'œuvre Criminal.
Les ficelles sont parfois un peu grosses (cf. une organisation secrète qui dirige le monde), mais comme nous sommes dans l'univers Wildstorm où tout baigne dans la démesure (The Authority, Planetary, WildC.A.T.s 3.0), cela ne choque pas outre mesure.

Sean Phillips, quant à lui, nous pond une mise en page très originale : chaque page est un dessin pleine page assorti d'autres petites cases...Un procédé gonflé mais qui correspond très bien à l'état d'esprit de Carver et sa psyché tiraillée entre son vrai personnalité et le rôle qu'il joue qui commence à gagner du terrain dans son esprit. Le trait sec et rugueux de Phillips est, de plus, parfaitement adapté au polar que voila.

En bref, avec ce polar hard-boiled agrémenté de science-fiction, le tandem Ed Brubaker et Sean Phillips nous prouve déjà avant Criminal qu'ils forment un véritable tandem de choc.

Plus d'articles...

Page 1 sur 2

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Derniers commentaires

You are here: Wildstorm Sleeper t1 - Out In The Cold
icone_rss