Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

WE 3

WE 3

Auteur
    Grant Morisson (scénario), Frank Quitely (dessins)   
Editeur (Collection)
    Panini (Vertigo Graphic Novel)
Date de parution
    11 janvier 2007
Prix
    17 €
Nombre de pages
    104 pages
Episodes VO
    We3 #1-3

 

 
Voici l’album le plus touchant et le plus visuellement surprenant du début d’année 2007 et ses héros  sont… des animaux ! Trois bêtes, un chien, un chat et un lapin, ont été “recrutés” dans un programme militaire très spécial, qui en a fait d’efficaces machines à tuer. Lorsque le projet est suspendu, la responsable du projet commet l’irréparable pour sauver la vie de ses protégés. S’ensuit une course-poursuite haletante où se joue la liberté – et la vie – des trois animaux. Le format Graphic Novel a été choisi pour mettre en valeur les dessins de Frank Quitely. Le premier gros choc de l’année !
 

Toi, moi et eux...

Je suis loin d’être un inconditionnel de VERTIGO et tout ce que j’en avais lu jusqu’ici tenait en un coup de cœur pour les 2 volumes de DEATH aux éditions Le Téméraire, trouvés par hasard chez un bouquiniste il y a quelques années. La preview de PRIDE OF BAGHDAD avait contribuée à me mettre l’eau à la bouche, bien que la version française ait vite eu, pour moi, un arrière goût de gueule de bois. La qualité de l’œuvre originale n’était cependant pas en cause, et je poursuis donc ma découverte d’un monde de comics moins formatés que mes habituelles lectures de ces 25 dernières années. Rassuré par le nom de Jérémy Manesse à l’œuvre sur la traduction assurément ardue des textes de Morrison, je me suis donc lancé dans la lecture de WE 3.

Grant Morrison et Frank Quitely nous entrainent à nouveau du coté des rebelles et des persécutés en suivant la fuite désespérée de 1 le chien, 2 le chat et 3 le lapin, cobayes d’expériences militaires qui en ont fait des cyborgs surarmés. Hélas, dans un souci de ménager la sensibilité de l’opinion publique face à de mignons petits animaux de compagnie bardés d’électrodes cérébrales, les 3 prototypes du projet Animal Weapon 3 -WE3- sont déclarés obsolètes. Ils ne doivent leur salut qu’à l’évasion.
La traque commence.

Morrison met face à face l’humain et l’inhumain. Sous prétexte d’épargner des vies humaines, des hommes ont renoncé à tout sentiment pour martyriser d’autres êtres vivants et continuer leurs guerres. Dissimulées un temps derrière des prothèses de métal, la sensibilité et la souffrance des animaux trouvent à s’exprimer à travers les mots simples qu’un excès de zèle maladroit leur a donné la capacité de prononcer. C’est d’ailleurs ce que craignent et répriment le plus les autorités militaires : des êtres qui s’expriment et donc qui pensent. Le langage est bien la clé de la liberté.

Frank Quitely n’est jamais aussi bon que quand on lui laisse le temps d’exprimer tout son talent. Libéré des contraintes de temps imposées par les séries mensuelles, il excelle dans la représentation de la douleur et du chagrin, de la violence et de la peur. Il alterne des pages découpées en une multiplicité de cases qui renforcent le sentiment d’enfermement et de paranoïa et les pleines pages qui nous étourdissent du vertige de la liberté et de l’espace sans limite. Il mêle les deux mises en pages pour mieux nous éclabousser de la férocité des combats provoqués en notre nom tout en nous renvoyant à notre voyeurisme et à notre responsabilité face aux luttes menées par des innocents à notre place. Enfin, en utilisant des cadrages subjectifs qui montrent certains scènes à hauteur d’animal, il nous remet à notre place en nous faisant prendre celles des cobayes rebelles que l’armée veut museler.

En évitant de trop humaniser les animaux au centre de ce récit et en leur laissant les instincts qui les poussent à fuir, à se défendre, et à se nourrir, les auteurs évitent de sombrer dans le sentimentalisme dégoulinant tout autant que dans le désespoir le plus profond quand des sursauts de conscience daignent toucher certains humains. C’est donc avec une œuvre émouvante, complexe et esthétique que Grant Morrison et Frank Quitely inauguraient l’année 2007 pour Vertigo en France!

Derniers commentaires

You are here: Vertigo WE 3
icone_rss