Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Monsieur Personne / The Nobody

 

Auteur
 Jeff Lemire (scénario & dessin)
Editeur (Collection)
 Vertigo
Date de parution
 Septembre 2009 / Mars 2010 (VF)
Prix
 19.99 $ / 16 €
Nombre de pages
 144
Episodes VO
 The Nobody (GN)
Correspondance VF
 Monsieur Personne (Panini - Vertigo GN)

 

The tiny, isolated fishing village of Large Mouth never saw much excitement — until the arrival of the stranger, that is. Wrapped from head to toe in bandages and wearing weird goggles, he quietly took up residence in the sleepy town's motel. Driven by curiosity, the townfolk quickly learn the tragic story of his past, and of the terrible accident that left him horribly disfigured. Eventually, the town embraces the stranger as one of their own — but do his bandages hide more than just scars?

Inspired by H.G. Wells' The Invisible Man, THE NOBODY explores themes of identity, fear and paranoia in a small community from up-and-coming alternative comics creator and Xeric Award-winner Jeff Lemire (The Essex County Trilogy) in a special two-color story that'll have you guessing until the very end.

N&B… Et bleu!

La petite ville de Large Mouth n’aura jamais vécu autant d’excitation que depuis l’arrivée de Griffen, un étranger enrubanné de la tête aux pieds dans de drôles de bandages. Tiraillée par la curiosité, une jeune fille solitaire nommée Vickie découvre la tragique histoire de son passé et l’accident bizarre qui l’a laissé complètement défiguré. Mais cet amas de tissus cache-t-il plus que de simples cicatrices ? Quand une série de crimes commence à s’abattre sur la ville, les habitants tranquilles du hameau se retournent contre Griffen, le chassant et le menaçant, dans le but de démasquer ses secrets les plus terribles…

S’inspirant librement du classique de la science-fiction de H.G. Wells, Jeff Lemire transpose le personnage intemporel de ‘‘L’Homme Invisible’’ dans une petite ville américaine contemporaine. Mais, derrière ce graphic novel, se cache bien plus qu’un très bel hommage au créateur de ‘‘La Machine A Explorer Le Temps’’… En effet, Jeff Lemire utilise cette base pour explorer et approfondir des thèmes allant de la recherche de l’identité à la peur de l’inconnu, tout en passant par la paranoïa collective que peut susciter un ‘‘danger’’ pour la communauté. En finesse, et par une caractérisation des personnages très bien exécutée tout au long des 144 pages qui constituent le recueil, l’auteur va graduellement faire monter la tension autour de son protagoniste principal. Oscillant entre une amitié (qui se meurt) liant Griffen à la jeune Vickie, et les ragots et peurs des autres citadins à l’encontre de cet étranger, Lemire arrive sans peine à mettre le lecteur face à ses propres doutes et craintes qui, finalement (et malheureusement), caractérisent si bien l’être humain. Sans pourtant porter de jugement, le scénariste nous laisse entièrement le soin d’en tirer les conclusions, terminant son récit sur une note cynique et triste au possible.

Concernant la partie graphique, elle n’est pas en reste. Ce qui saute tout de suite aux yeux, c’est évidemment l’utilisation de LA couleur. Accompagnant un N&B ‘‘classique’’, la seule et unique teinte bleue donne indéniablement un cachet tout particulier à l’œuvre. Magnifiant la désolation de cette ville vivant du tourisme d’été pendant la saison hivernale, Lemire arrive à faire passer le spleen et la mélancolie de ces paysages. Pour les dessins en eux-mêmes, l’artiste trace des visages avec peu de traits, mais ô combien expressifs. En quelques rides ou sourcils, Lemire contribue à la définition des personnages de manière visuelle. De plus, son storytelling sans esbroufe et ses cadrages bien pensés (certaines scènes sont quasiment ‘‘hitchcockiennes’’ !) finissent de parfaire des planches d’une qualité constante.

En bref, The Nobody est un excellent graphic novel sur le fond comme sur la forme qu’il ne faut laisser passer sous aucun prétexte !

Transformation réussie

"Bienvenue à Large Mouth - Ici l'on trouve les plus grosses perches du monde - Population : 754"

C'est par cette mention sur le panneau posté à l'entrée de Large Mouth, que sont accueillis les visiteurs de cette petite bourgade provinciale américaine dont seuls quelques pêcheurs du coin doivent connaître l'existence. Aussi l'arrivée de John, un homme couvert de bandes velpo ne passe pas inaperçue. Et quand il semble élire domicile au motel et ne sort quasiment que pour aller chercher à manger, la bar du coin, les hypothèses vont bon train sur ce mystérieux personnage. Seule Vicky, une jeune femme poussée par la curiosité, va percer le voile de mystère de John et découvrir comment et pourquoi il en est arrivé là.

Le pitch de départ est identique au chef d'oeuvre d'H.G. Wells L'homme invisible. Pas uniquement de par la caractéristique physique du héros mais également par sa confrontation au monde extérieur et aux préjugés dont nous sommes tour à tour victime ou instigateur.

Toutefois, c'est principalement la relation entre le héros et l'adolescente qui a retenu mon intérêt. L'évolution de leur relation est décrite de manière subtile mais efficace dans une montée en puissance  accélérée par les événements. The Nobody est une nouvelle occasion pour Lemire de nous montrer son talent à représenter graphiquement la richesse des interactions humaines, notamment lorsque les protagonistes ont été marqués par la vie.

Au plan graphique, Lemire nous régale avec son style singulier et son utilisation de seulement trois couleurs : noir, blanc et une teinte de bleu. De mon point de vue, il dépasse même ce qu'il avait fait pour Essex County. En effet, le personnage de Vicky semble l'inspirer puisqu'elle lui donne l'occasion de développer une grande diversité d'expressions faciales, ce qui était, à mon sens,  le gros point faible d'Essex County.

Au final, ce Monsieur Personne constitue une excellente transposition d'un classique de la fin du XIXe dans le monde moderne, servi par un graphisme épatant. Gageons que Jeff Lemire n'en a pas fini de nous surprendre !

Derniers commentaires

You are here: Vertigo The Nobody
icone_rss