Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

The Invisibles, vol.2 - t.6 Kissing Mister Quimper

Auteur
 Grant Morrison (scénario), Chris Weston (dessin)
Editeur (Collection)
 Vertigo
Date de parution
 Février 2000
Prix
 19.99 $
Nombre de pages
 224
Episodes VO
 The Invisibles, vol. 2 #14-22
Correspondance VF
 Inédit

 

In the sixth volume of the INVISIBLES collection, the group of freedom fighters must deal with the aftermath of their battle with the Hand of Glory. But as the Invisibles look to rest and regroup, they soon discover that this fight had far greater effects than their physical casualties. With King Mob growing even more violent and their leader Ragged Robin continuing to hide many secrets, the Invisibles find themselves dealing with time distortions, secret government installations, and their own warped pasts as they try to uncover the truth about the mind-controlling dwarf called Quimper.

It's all lies. And it's all true.

Les Invisibles se délectent d'un repos bien mérité à la Nouvelle-Orléans. Mais Ragged Robin cache de dangereux mystères dans son esprit, et son amant King Mob n'en connait qu'une infime partie. Ensemble, ils doivent mener leur équipe aux travers des distorsions temporelles, à l'intérieur d'installations gouvernementales secrètes, mais aussi dans leurs propres passés. Et c'est ainsi qu'ils apprendront enfin la vérité sur Quimper, ce nabot difforme qui contrôle la psyché de ses victimes…

Après le dernier arc du TPB précédent centré sur Boy et ses doutes, Grant Morrison revient sur la lutte qui oppose les Invisibles à The Outer Church et ramène sur le devant de la scène ce très cher Mister Quimper. Ce faisant, il opère une sorte de remake de la fin du premier volume de la même série (cf. TPB Entropy In The UK), mais en un brin plus consensuel. Plein de bonnes idées, l'écossais s'auto-cite (l'histoire tournant autour de John-A-Dreams et du Shoggoth ici réutilisée), s'amuse (le ''God is in the machine…'', sorte de Deus In Machina, et non pas Ex… Hé hé !), et se perd parfois dans un fouillis d'informations pas toujours très digestes (Ragged Robin et le voyage temporel). Malgré une écriture globalement assez bonne, chose qu'il faut lui laisser, on sent quand même l'auteur nettement moins inspiré qu'auparavant, et surtout moins audacieux. Les références à la culture populaire sont beaucoup trop ''faciles'' (James Bond en tête), et au final (et selon les attentes placées dans cette fin de volume) on reste un peu sur sa faim.

Aux dessins, Chris Weston (The Filth, Ministry Of Space, The Authority, ...) prend le relais de Phil Jimenez. Issu de ''l'école britannique'', l'artiste propose un style très académique, mais ô combien maîtrisé. Ses compositions de pages sont variées, fluides et au service du scénario. Tandis que son trait soigné et fin donne vie avec grâce aux différents protagonistes. Un plaisir pour les yeux qu'il serait bête de se refuser.

Au sortir de ce deuxième volume, une certaine frustration et un goût d'inachevé restent en bouche… En effet, et bien qu'en globalité il soit plus intéressant que la majorité de la production mainstream de la fin des 90s, ce The Invisbles v.2 se sera révélé moins innovant et créatif que son prédécesseur… Dommage, car venant de Morrison, ça aurait pu être beaucoup mieux que juste ''bien''.

Derniers commentaires

You are here: Vertigo The Invisibles The Invisibles, vol. 2 t.6 - Kissing Mister Quimper
icone_rss