Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

The Filth

Auteur
    Grant Morrison (scénario), Chris Weston (dessin)
Editeur (Collection)
    Panini Comics (Vertigo Big Book)
Date de parution
    Février 2007
Prix
    27 €
Nombre de pages
    320
Episodes VO
    The Filth #1-13

 

 

Etes-vous :
- Ennuyé par des blessures à l'âme persistante ?
- Incapable de vous rendormir dans votre bon vieil espace tridimensionnel ?
- Fatigué de surveiller des mondes que vous seul pouvez percevoir ?

Dans ce cas, prenez le problème à bras le corps : précipitez vous sur The Filth ! Le dernier produit des laboratoires Morrwesterskco est le moyen le plus relaxant de s'évader de la réalité. Disponible uniquement sur ordonnance !

Les experts sont formels ! Il n'y a rien de plus efficace pour soulager les douleurs existentielles :
Ne souffrez pas une minute de plus ! Procurez vous The Filth immédiatement !

Un délire intelligent

The Filth, c'est ce qui peut sortir de mieux du cerveau déjanté et constamment en ébullition de Grant Morrison. C'est un univers futuriste à la Transmetropolitan en encore plus trash (si, si!) très cohérent qui nous réserve bien des surprises.

Maxi-série de 13 épisodes, The Filth est plein à ras bord d'idées absolument renversantes (que ce soient des mises en abîme originales, des théories évolutionnistes sur des civilisations, des jeux de temps, de l'infiniment petit) et de situations loufoques (un singe communiste parlant, un personnage qui s'exprime en bulles de pensée, une immense déchetterie de déchets pornographiques, des spermatozoïdes géants ...). Oubliez le train-train routinier d'un comic-book, The Filth est une expérience à vivre qui va vous entraîner très loin de ce qu'on a l'habitude de voir. Bon, encore une fois, on dit merci Vertigo.

D'accord, il s'agit d'un comic-book de science-fiction trash mais néanmoins très intelligent. En bref, le scénario vaut autant le coup pour toutes les idées débitées par pages et les réflexions occasionnées que pour les dialogues et les situations bourrés de second degré et de vulgarité comme on les aime. Le parallèle avec Transmet' de Warren Ellis est tellement évident que je pense que sans cette série on n'aurait pas eu The Filth. Mais à la différence de Transmet', The Filth n'est pas structuré comme un comic classique et laisse bien des pistes sujettes à interprétation, presque à la manière d'un David Lynch. A vous de vous faire votre idée, quoi.

The Filth, c'est aussi des dessins absolument merveilleux de Chris Weston, qui, s'il ne fait pas preuve d'originalité dans son découpage et son dessin, arrive à retranscrire cet univers futuriste déjanté de main de maître. C'est précis et détaillé tout comme il faut. Les couvertures quant à elles valent également le coup d'œil, toutes originales qu'elles sont, et les éditions Panini les ont, bien heureusement, inclus dans l'album.

Enfin bref, The Filth, c'est la classe ultime, intelligent et divertissant, fou, original, une lecture Ă  ne pas louper.

filth

Sale et méchant

De tout ce que j'ai pu lire de Morrison (donc un peu tout, à l'exception notable de sa Doom Patrol et Animal Man), je crois que The Filth est son moment de grâce. Enfin, façon de parler. Quand on pense qu'à la base il s'agit pour l'auteur de se "débarrasser de toute cette merde psychologique qui le tourmentait depuis la mort de son chat" (dixit Chris Weston dans une interview), et ben le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a la catharcie bizarre. 

Impossible de faire un résumé, disons que c'est l'histoire de Greg Feely, un vieux célibataire qui se rend compte qu'il est un membre de la Main, une organisation policière chargée de maintenir la société au "Statu Q". En réalité c'est surtout une exploration d'un univers pornopsychédélique et chamarré. Mais ça n'est pas du n'importe quoi pour le plaisir du délire, il y a une structure, des niveaux de lecture, des messages et surtout un certain niveau de folie qui empêche l'exercice de tourner à la pantalonnade. C'est un livre relativement dérangeant, sale, pas fait pour un cerveau humain. Il est impossible à lire d'une traite, j'étais obligé de faire des pauses régulières (d'une ou deux journées à chaque fois) le temps de pouvoir assimiler tout ce que je prenais dans les yeux. Morrison aborde différents thèmes, de l'apathie des masses au comic super héroïque en passant par la création artistique et c'est agréable de sentir un vrai fond dans cette oeuvre. C'est réellement atypique, je n'ai jamais lu une BD semblable mais d'un autre côté c'est destiné à ne pas faire l'unanimité, en tout cas ça ne laisse pas indifférent. 

Un petit mot sur Chris Weston, qui appartient à cette "école" des dessinateurs britanniques. Comme ceux de son espèce (Robertson et Gibbons entre autres), il aborde un style relativement académique mais parfaitement maitrisé et livre des compositions sans reproches soulignées par un trait précis et impeccable. C'est solide et ça se paye même le luxe d'offrir quelques plans superbes (la mer d'encre et les bateaux stylos). 

 

Derniers commentaires

You are here: Vertigo The Filth
icone_rss