Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Sweet Tooth, t. 1

Auteur
Jeff Lemire (scénario & dessin)
Editeur (Collection)
Vertigo
Date de parution
Mai 2010
Prix
9.99 $
Nombre de pages
144
Episodes VO
Sweet Tooth #1-6
Correspondance VF
Inédit

 

Following on the heels of THE NOBODY, his Vertigo graphic novel debut, writer/artist Jeff Lemire pens his very first ongoing series SWEET TOOTH. A cross between Bambi and Cormac McCarthy's The Road, SWEET TOOTH tells the story of Gus, a rare new breed of human/animal hybrid children, has been raised in isolation following an inexplicable pandemic that struck a decade earlier. Now, with the death of his father he's left to fend for himself . . . until he meets a hulking drifter named Jepperd who promises to help him. Jepperd and Gus set out on a post-apocalyptic journey into the devastated American landscape to find 'The Preserve' a refuge for hybrids.

This unique and haunting new series is written and illustrated by Eisner-nominated creator Lemire (The Essex County Trilogy) and colored by fellow Eisner nominee Jose Villarubia.

Bec à bonbon

Il y a de cela une dizaine d’années, l’Affliction a tout dévasté sur son passage tel un feu de forêt, tuant des millions de gens. Dès lors, les seuls enfants qui naissent sont d’une nouvelle race, des hybrides animaux-humains. Gus est l’un d’eux. Un garçon paisible, qui aime les douceurs, et qui porte les cors d’un cerf. Mais les gamins comme lui sont rares et recherchés. Quand une bande de chasseurs sans foi ni loi tentent de l’attraper au beau milieu de la forêt dans la cabane qu’il habitait avec son père jusqu’à ce que ce dernier décède, un étrange homme appelé Jepperd vient à sa rescousse et lui promet de le guider vers ‘‘La Réserve’’ un éden pour les enfants hybrides. Alors que le duo traverse la dangereuse Amérique, est-ce Jepperd qui va endurcir ‘‘Sweet Tooth’’ (comme le vieil homme appelle l’enfant), ou est-ce Gus qui va attendrir Jepperd?

Avec Sweet Tooth, Jeff Lemire nous propose sa nouvelle série ongoing chez Vertigo. Si les douze premiers épisodes (à l’unité, ou en deux TPB) se vendent bien, l’éditeur prolongera le contrat du canadien qui, selon une interview dans USA Today, aurait déjà prévu un story-arc sur une trentaine d’épisodes… Chose que votre humble serviteur espère vivement car Sweet Tooth, c’est du tout bon !

Empruntant un chemin à la lisière du fantastique, Jeff Lemire nous parle (encore et toujours !) des rapports humains qui lui sont si chères. Si vous avez eu le bon goût de lire Essex County et d’avoir eu, comme c’est mon cas, le cœur dévasté par ces émotions si parcimonieusement et intelligemment disséminées au gré de cette œuvre grandiose, ami lecteur vous ne serez pas déçu avec Sweet Tooth, oh non ! En effet, et sous couvert de ce road-trip post-apocalyptique mélancolique, ce qui intéresse vraiment l’auteur de The Nobody (également chez Vertigo, et également un excellent récit), c’est bel et bien le rapport qu’entretient tout d’abord Gus avec son père, puis ensuite avec Jepperd. Au début isolé du monde par un géniteur protecteur qui craint le pire pour son fils à cause de sa différence le rendant si attractif aux yeux des chasseurs de têtes, Gus est un enfant solitaire qui suit les conseils de son paternel comme les Tables de la Loi, et ce même après sa mort. Jusqu’au jour où, sauvé des griffes de braconniers peu recommandables, il va suivre un vieil homme bourru et marqué par la vie, Jepperd. Lemire engage ici la deuxième phase de la caractérisation de son personnage principal en lui faisant, d’une certaine manière, renier un à un tous les enseignements de son papa. De plus, et à partir de là, le scénariste construit petit à petit les rapports entre un enfant naïf qui ne comprend pas grand-chose à ce qui lui arrive et un baroudeur aigri dont les motivations sont pour le moins obscures. Pour ce qui est de l’aventure sur les routes américaines ravagées par le fléau de l’Affliction, fil conducteur de l’histoire, il permet surtout au canadien de mettre des embûches sur la route de ce duo atypique mais aussi de leur faire rencontrer des survivants qui luttent du mieux qu’ils peuvent pour continuer un semblant de vie. Là encore, Jeff Lemire fait mouche. Avec pudeur, et sans jamais trop tirer la corde sensible, il nous montre des situations terribles dans lesquelles l’humain semble se complaire... Un excellent début pour une série à suivre de très près !

Derrière les crayons, l’artiste complet qu’est Lemire arrive une fois de plus à amener son art encore plus loin. Les planches fourmillent d’idées toutes plus géniales les unes que les autres. Certaines compositions de pages sont tout simplement exceptionnelles d’inventivité, mais surtout de justesse et collent parfaitement à l’action qu’elles mettent en scène. La mort du cervidé devant les yeux de Gus (précédé d’un superbe face à face) avec des angles inhabituels... Les coups de crosses de Jeppard, où des vignettes suivent le mouvement de son fusil… Les passages oniriques qui parsèment les nuits mouvementées de l’enfant… Ou encore l’impression de longue marche interminable donnée en une seule feuille grâce à l’utilisation futée de la forme des cases… Chacun des six épisodes de ce recueil contient au minimum une trouvaille grandiose. De plus, le trait de Jeff Lemire est parfait pour montrer ce qui reste au centre même de son récit : les rapports humains et les émotions qui en découlent. Définissant ses personnages aussi bien par son écriture que par son coup de crayon, l’illustrateur arrive sans peine à prendre le lecteur par la main et l’emmener avec lui dans son univers fantasmagorique.

En conclusion, c’est beau, c’est fort, c’est plein d’émotions… Encore une réussite totale pour Jeff Lemire !

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Sweet Tooth t.1 - Out Of The Deep Woods
icone_rss