Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Sandman, t.9

Auteur
Neil Gaiman (scénario), Marc Hempel, Richard Case, D'Israeli, Teddy Kristiansen, Glyn Dillon, Charles Vess, Dean Ormston et Kevin Nowlan (dessin)  
Editeur (Collection)
Panini (Vertigo Cult)
Date de parution
Octobre 2008
Prix
29.00 €
Nombre de pages
352
Episodes VO
Sandman #57-69

 

On les appelle d'une multitude de noms... Erinyes, Euménides, Furies. Elles sont les entités vengeresses, implacables, que rien ne saurait arrêter... Elles lavent dans le sang les crimes parvenus à leur connaissance. C'est à elles, les Bienveillantes, que Lyta Hall en appelle quand son petit Daniel lui est enlevé. Et dès cet instant, Dream des Eternels devient leur cible. Mais derrière le chagrin et la colère d'une mère, d'autres forces plus ténébreuses sont à l'oeuvre, qui exigeront un sacrifice sans précédent au royaume du rêve.

Etat de grâce

Pour information, la série Sandman comprend en tout et pour tout 75 épisodes (et quand même quantité de mini-séries et one-shots) et ce tome 9 reprend les épisodes 57 à 69 de la série régulière, soit une saga de rien de moins que 13 épisodes, saga majeure de l'univers de Sandman. Sandman, c'est un peu le très haut de gamme de la ligne Vertigo, une fabuleuse saga dans le genre fantastique et fantasy. Une oeuvre d'une richesse incroyable, servie par l'écriture sans pareil de Neil Gaiman.

A la différence des autres tomes de la série, qui pouvaient se lire assez facilement indépendemment, celui-ci se sert d'une grande partie des personnages vus ça et là lors des précédentes sagas, personnages qui vont tous se retrouver plongés dans une histoire aux innombrables ramifications, dont les ficelles apparaissent petit à petit jusqu'au dénouement : un récit dont les pièces vont progressivement être placées sur l'échiquier, faisant gagner de l'intensité à l'histoire au fur et à mesure. Un tour de force de la part de Neil Gaiman, d'autant plus que les sagas précédentes ne donnaient pas du tout l'air d'avoir été pensées dans cette optique et semblaient réellement indépendantes et cloisonnées. On retrouve donc ici la plupart des personnages marquants des récits précédents : non seulement les Eternels (Delirious, Desire, Death, Destiny) mais également les servants de Dream alias Sandman (Lucien le bibliothècaire, Matthew la corneille, Abel et Caïn, Merv la citrouille...) ou encore Nuala et Cluracan de la terre de féerie, Lucifer, les anges Remiel et Duma, et une quantité d'autres personnages au moins aussi intéressants.

Tout le long du récit, Neil Gaiman semble être en état de grâce :  il fait danser une myriade de personnages tous plus profonds et intéressants les uns que les autres, le tout servi par des dialogues au diapason, et plongés dans une intrigue complexe mais néanmoins très aérée et réfléchie. Les 13 épisodes sont vraiment dotés d'une richesse narrative et d'une puissance hors du commun, et la verve littéraire de Neil Gaiman frôle réellement la perfection. J'ai réellement une grande hâte de lire le dernier tome, et probablement de me relire l'ensemble de la série tant elle atteint des sommets dans l'univers pourtant si enclavé du comics mainstream.

Sur les dessins, une quantité de dessinateurs se succèdent ici, tous dans un style indépendant assez angulaire, et tous retranscrivent très bien le scénario de Neil Gaiman. Il n'y a strictement rien à leur reprocher, et ils servent comme il se doit cette magnifique oeuvre qu'est Sandman.

En bref, une saga d'une puissance et d'une richesse inouïe, emmenée par un Neil Gaiman au sommet de son art. Du grand, très grand comic-book.

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Sandman t.9 - Les Bienveillantes
icone_rss