Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Bienvenue au pays des songes !

Bienvenue au pays des songes !
Un auteur en mal d’inspiration... Des chats qui rêvent… La création d’un classique de Shakespeare… Une femme pleurant sa beauté perdue… Bienvenues au pays des songes pour quatre histoires de Sandman !
Après deux story-arc complets (Prelude & Nocturnes et The Doll’s House), le troisième recueil de la série Sandman contient quant à lui des one-shot qui, chronologiquement parlant, sont subséquents aux épisodes du tome 4 Season Of Mists, mais édités en recueil avant celui-ci.
Pour la partie graphique, entre Kelley Jones, Charles Vess et Colleen Doran (Malcolm Jones III restant toujours fidèle au poste d’encreur, garantissant ainsi une certaine unité entre les différentes histoires) l’habitué de la série ne sera pas trop perdu. Dans le lot, Jones est sans aucun doute l’artiste qui s’en sort le mieux, avec notamment une savante utilisation des ombres et zones de noir qui sont tout à fait dans l’ambiance de la série et collent parfaitement aux deux récits Calliope et A Dream Of A Thousand Cats. Dans A Midsummer Night’s Dream, avec un style plus fin et clair (mais qui peut paraitre parfois un peu trop précieux), Vess se débrouille plutôt bien pour donner vie aux étranges créatures tout droit sorties de l’imagination du plus connu des auteurs anglais : Shakespeare. Mettant en image Façade, et pour finir, Doran est certainement l’illustrateur le moins intéressant de l’équipe avec un storytelling sans grand intérêt et qui n’arrive jamais à faire décoller la narration.
Au scénario, Neil Gaiman nous propose des one-shot magnifiquement développés en seulement une vingtaine de pages. Parmi ceux-ci, on trouve même des pépites qui sont de totales réussites (typiquement Calliope et son écrivain prêt à tout pour retrouver l’inspiration). Sachant doser l’horreur, l’angoisse, la crainte j’en passe et des meilleures, le scénariste arrive également à faire en sorte que le lecteur se questionne quant à certains aspects de sa propre existence (l’être et le paraître dans Façade par exemple) tout en lui racontant au creux de l’oreille des contes macabres et inquiétants (certains plus que d’autres). En supplément de ce court recueil (seulement 4 épisodes, c’est peu !), l’éditeur a eu l’excellente idée de rajouter un scénario original complet et annoté par Neil Gaiman et Kelley Jones eux-même. Une excellente introduction au travail du maître qui pourra en intéresser plus d’un, notamment les curieux, qui comme votre humble serviteur, sont avides de comprendre les mécanismes de ce magnifique objet magique qu’est une bande-dessinée !
En bref, encore un quasi sans-faute pour Neil Gaman et sa série phare !

Un auteur en mal d’inspiration... Des chats qui rêvent… La création d’un classique de Shakespeare… Une femme pleurant sa beauté perdue… Bienvenues au pays des songes pour quatre histoires de Sandman !

Après deux story-arc complets (Prelude & Nocturnes et The Doll’s House), le troisième recueil de la série Sandman contient quant à lui des one-shot qui, chronologiquement parlant, sont subséquents aux épisodes du tome 4 Season Of Mists, mais édités en recueil avant celui-ci.

Pour la partie graphique, entre Kelley Jones, Charles Vess et Colleen Doran (Malcolm Jones III restant toujours fidèle au poste d’encreur, garantissant ainsi une certaine unité entre les différentes histoires) l’habitué du titre ne sera pas trop perdu. Dans le lot, Jones est sans aucun doute l’artiste qui s’en sort le mieux, avec notamment une savante utilisation des ombres et zones de noir qui sont tout à fait dans l’ambiance de la série et collent parfaitement aux deux récits Calliope et A Dream Of A Thousand Cats. Dans A Midsummer Night’s Dream, avec un style plus fin et clair (mais qui peut paraitre parfois un peu trop précieux), Vess se débrouille plutôt bien pour donner vie aux étranges créatures tout droit sorties de l’imagination du plus connu des auteurs anglais : Shakespeare. Mettant en image Façade, et pour finir, Doran est certainement l’illustrateur le moins intéressant de l’équipe avec un storytelling sans grand intérêt et qui n’arrive jamais à faire décoller la narration.

Au scénario, Neil Gaiman nous propose des one-shot magnifiquement développés en seulement une vingtaine de pages. Parmi ceux-ci, on trouve même des pépites qui sont de totales réussites (typiquement Calliope et son écrivain prêt à tout pour retrouver l’inspiration). Sachant doser l’horreur, l’angoisse, la crainte j’en passe et des meilleures, le scénariste arrive également à faire en sorte que le lecteur se questionne quant à certains aspects de sa propre existence (l’être et le paraître dans Façade par exemple) tout en lui racontant au creux de l’oreille des contes macabres et inquiétants (certains plus que d’autres). En supplément de ce court recueil (seulement 4 épisodes, c’est peu !), l’éditeur a eu l’excellente idée de rajouter un scénario original complet et annoté par Neil Gaiman et Kelley Jones eux-même. Une superbe introduction au travail du maître qui pourra en intéresser plus d’un, notamment les curieux qui, comme votre humble serviteur, sont avides de comprendre les mécanismes de ce magnifique objet magique qu’est une bande-dessinée !

En bref, encore un quasi sans-faute pour Neil Gaman et sa série phare !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Sandman t.3 - Domaine Du Rêve Bienvenue au pays des songes !
icone_rss