Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

God is dead!!!

Dans une petite ville anglaise, l'acteur jouant le rôle de Dieu au théâtre est brutalement assassiné. Frank Carpenter, un étrange détective, vient sur place pour résoudre l'énigme…

Contrairement à ce que pourrait laisser croire le résumé, The Mystery Play ne traite absolument pas de l'enquête autour du meurtre. L'œuvre est en fait une énorme allégorie (on a tué Dieu, pour ceux qui ne suivent pas !) entourée d'autres allégories… Morrison s'amuse à donner des dizaines de pistes, et c'est au lecteur des les suivre (ou non) et d'opérer la réflexion (ou non) pour en retirer quelque chose. Afin de nous aider, le scénariste donne des clefs (le " see things as a whole " martelé tout au long du récit) et cite d'autres auteurs (Yeats entre autres) pour nous indiquer le chemin. En plus de ce fond très cérébral, Morrison rend hommage au théâtre que cela soit par les dialogues de la première partie (en rimes), mais aussi par les personnages de son histoire qu'on croirait tout droit sortis d'une pièce (le révérend, le maire, etc...). Parmi toutes ces figures, une d'entre elles intéresse tout particulièrement Morrison : le détective Frank Carpenter. Sa quête de rédemption fait écho au caractère hautement religieux (ou antireligieux, c'est selon… Nietzsche n'est pas loin…) du scénario et est en totale adéquation avec l'ensemble. See things as a whole…

Jon J. Muth, connu pour Moonshadow (avec J. M. DeMatteis), The Sandman : The Wake (avec Neil Gaiman) ou encore Swamp Thing : Roots (en solo) se charge de la mise en images. Son style peint et réaliste convient parfaitement à l'histoire proposée par Morrison. Par une utilisation de couleurs pâles, et avec les traits anxieux des visages de ses personnages, l'artiste amplifie le sentiment d'inquiétude qui émane du récit. Cependant, et malgré des qualités graphiques indéniables, on regrettera toutefois cette impression de statisme dans la mise en scène, certainement dûe à un agencement de cases trop basique et redondant qui ne met jamais en valeur les peintures de l'illustrateur.

En conclusion, The Mystery Play, se révèle être une œuvre passionnante de par son scénario et qui nécessitera plusieurs lectures pour être appréciée. Pour les bédéphiles allergiques au style super-héroïque, c'est aussi une excellente introduction au travail de Morrison … Par contre, pour ceux (et celles) qui sont réfractaires au côté trop étrange et cérébral de The Invisibles ou The Filth… Fuyez !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Mystery Play God is dead!!!
icone_rss