Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Lucifer, t.1

Auteur
Mike Carey (scénario), Scott Hampton, Chris Weston & James Hodgkins (dessin)
Editeur (Collection)
Vertigo Comics
Date de parution
Juin 2001
Prix
14.95 $
Nombre de pages
160
Episodes VO
Sandman Presents: Lucifer #1-3, Lucifer #1-4
Correspondance VF
Inédit

 

From the pages of THE SANDMAN, Lucifer Morningstar, the former Lord of Hell, is unexpectedly called back into action when he receives a mission from Heaven. Given free reign to use any means necessary, Lucifer is promised a prize of his own choosing if he fulfills this holy request. But once he completes his mission, the Prince of Darkness' demand shakes the foundation of Heaven and Hell. Now as his enemies unite to stop his reemergence, Lucifer gathers his forces as he prepares to launch his new revolution.

‘‘The Devil is walking the Earth…’’

Il y a longtemps de cela chassé du Paradis, et obligé à régner en Enfer, Lucifer Morningstar a désormais abandonné son poste et son royaume, lui préférant la cité emplie de mortels qu’est Los Angeles. L’ancien Seigneurs des Enfers profite maintenant de sa retraite sur terre tout en dirigeant le Lux, un piano-bar trendy. Mais, une demande du Créateur en personne est sur le point de changer tout cela. Si Lucifer accepte de faire le sale boulot, il pourra demander n’importe quoi en retour. Mais au final, la tâche tout comme la récompense semblent toutes deux plus grandes que prévues. Naviguant entre menace et opportunisme, Morningstar sait que trouver son chemin dans ce labyrinthe va lui demander le plus dur des sacrifices…

Emergeant des pages du Sandman de Neil Gaimann (le tome 4, ‘‘Season Of Myst’’ étant en quelque sorte une préquelle annonçant cette série), Lucifer est un personnage qu’on pourrait rapprocher de John Constantine (‘‘Hellblazer’’). Si bien entendu Lucifer est un être aux pouvoirs bien plus impressionnants que le magicien britannique, il partage néanmoins le même côté désinvolte, voir je-m’en-foutiste intégrale (quoique, seulement au premier abord). C’est en tout cas vers cette direction que ce dirige Mike Carey (plus tard également auteur d’un excellent et relativement long run sur ‘‘Hellblazer’’… Tiens, tiens !). L’auteur britannique nous décrit donc un Maître des Enfers qui sait ce qu’il vaut mais aussi ce qu’il veut, et qui est prêt à utiliser n’importe quels moyens pour l’obtenir.

La première histoire proposée (‘‘Sandman Presents: Lucifer’’ #1-3) montre un Lucifer en mission pour le Seigneur, et qui fait appelle à Rachel (une jeune fille d’origine Navajo tentant d’expier une faute) pour l’aider. Antihéroïque au possible et surtout manipulateur à souhait, Lucifer retourne toutes les situations à son avantage. Cette excellente introduction à l’univers du personnage et mise en image par Scott Hampton. Quoiqu’au demeurant très belles (quelle finesse dans le trait, quel soin pour les détails !), les planches de l’artiste souffrent par trop d’endroits de statisme. Utilisant une technique donnant un rendu proche de la peinture (qui donne une ambiance collant parfaitement au scénario), l’illustrateur fait preuve d’un talent graphique pur, malheureusement mal desservi par un storytelling bien trop mollasson. Dommage !

Suite directe de ce prologue, le premier arc narratif de la série à proprement parler (‘‘A Six-Card Spread’’ #1-3) voit Morningstar continuer à comploter pour son propre compte. Introduisant pléthores de personnages secondaires (un ange obsédé par l’humanité, un nazillon en devenir, l’assistante d’un magicien de cabaret, …), Mike Carey arrive étonnamment à tenir un fil conducteur solide tout en continuant à développer les caractéristiques principales de son ‘‘héros’’ et en jonglant habilement entre touts les sous-intrigues. Aux dessins, on retrouve l’excellent Chris Weston (‘‘The Filth’’, ‘‘Ministry Of Space’’, etc.). Bien plus apte à donner du rythme au récit que son confrère Hampton, le dessinateur britannique est surtout bon dans les détails des visages des différents protagonistes. Un complément parfait au scénario de Carey.

Pour finir, le one-shot ‘‘Born With The Dead’’ (#4) clôt le recueil. Sorte de conte funèbre, l’histoire met en avant deux jeunes filles (l’une décédée et l’autre adepte de l’occulte) qui continuent à se côtoyer malgré la mort. Mike Carey fait ici preuve de tout son talent avec de merveilleuses scènes (p. ex. celle des grand-mères sorcières), mais surtout une base solide et des éléments secondaires forts qui font toute la qualité de ce récit (le passé des jeunes filles, leurs relations avec le monde des adultes, etc.). Peut-être le meilleur scénario du lot. En ce qui concerne la partie graphique, Warren Pleace et son style atypique font mouche. Déjà la mise en page est dynamique, rythmée et innovante (l’artiste faisant fi des gouttières aux moments opportuns), mais en plus le trait est soigné, précis et tranchant comme un scalpel. Du tout bon !

En bref, une bonne introduction au personnage de Lucifer, même si le meilleur reste à venir…

Derniers commentaires

  • Y The Last Man t.10
    Hello, Neat post. There's a problem with your site in internet explorer, wo... Suite...
    21/05/17 - 06h33
    Par Guest
  • Policier puis fantastique.
    Hello, Neat post. There's an issue along with your site in internet explore... Suite...
    14/05/17 - 16h14
    Par Guest
  • Glossaire
    This page really has all of the information I wanted concerning this subjec... Suite...
    04/05/17 - 05h14
    Par Guest
  • Glossaire
    I love your blog.. very nice colors & theme. Did you make this website your... Suite...
    04/05/17 - 01h14
    Par Guest
  • Into The Negative Zone
    I see your page needs some fresh & unique articles. Writing manually is tim... Suite...
    30/04/17 - 18h58
    Par Guest
  • Callipygie ?
    Great goods from you, man. I have understand your stuff previous to and you... Suite...
    29/04/17 - 03h17
    Par Guest
You are here: Vertigo Lucifer t.1 - Devil In The Gateway
icone_rss