Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Kill Your Boyfriend

Auteur
 Grant Morrison (scénario), Philip Bond (dessin)
Editeur (Collection)
 Vertigo
Date de parution
 Octobre 2008 (3ième édition)
Prix
 5.99 $
Nombre de pages
 64
Episodes VO
 Kill Your Boyfriend (one-shot)
Correspondance VF
 Inédit

 

"Slim and fast, KILL YOUR BOYFRIEND is perfectly teenaged pop perfection, equal parts glam and bang, sex and violence, whimsy and menace." — Matt Fraction on artbomb.net

A Vertigo cult classic returns with this new, third printing of KILL YOUR BOYFRIEND, written by Grant Morrison (FINAL CRISIS, THE INVISIBLES) and illustrated by Philip Bond (VIMANARAMA) and D'Israeli (THE SANDMAN). Originally published in 1995, KILL YOUR BOYFRIEND is an over-the-top black comedy of rebellion and teen romance topped with a heady mix of random violence and dark humor.

A British schoolgirl yearning for excitement joins up with an angry rebel boy intent on tearing down middle-class England. Through their violent, anti-authority joyride – filled with sex, drugs, and anarchy – Morrison offers a scathing, often-hilarious take on the British suburban landscape, where edgy behavior provides an escape from sanity. This new printing also includes Morrison's 1998 afterword to the story and the origami "fortune teller," with bizarre messages specially created by Morrison.

Prout Friction

Une fille rencontre un garçon. Elle tombe amoureuse. Il l'emmène alors dans un tourbillon de violence au travers de la banlieue anglaise. Meurtre, sexe, drogues et anarchie s'en suivent…

Deuxième réédition pour ce one-shot de Morrison. Ici, l'auteur nous emmène dans une aventure où une jeune collégienne anglaise à la recherche de nouvelles expériences se rebelle contre ses banlieusard de parents bien-pensants, son petit-ami qui préfère lire de l'heroic-fantasy et mater des pornos plutôt que de la sortir le week-end, et la société tout entière. Si l'humour grinçant et très noir fait toujours mouche, l'histoire en elle-même n'est pas des plus transcendantes et a plutôt mal vieilli. On se retrouve face à une nième sorte de road-movie anarchique qui fait penser à ''Natural Born Killer'' d'Oliver Stone ou encore à ''True Romance'' de Tony Scott (tout-deux scénarisés par Quentin Tarantino) ou, plus généralement, à ce genre d'histoires tarantinesques (justement) qui fleurirent après l'avènement de Pulp Fiction et de son réalisateur-scénariste-producteur-pop-star. Pourtant, ces sources d'inspiration sont reniées par Grant Morrison qui prétend avoir plutôt été influencé par le ''Badlands'' de Terrence Malick (que Morrison confond avec ''Heartland'' dans sa postface, mais passons…). Cependant, Kill Your Boyfriend étant daté de 1994 il est difficile de croire que Morrison n'a jamais eu vent des ces diverses œuvres… Dans tous les cas, la qualité narrative de cette bande-dessinée est plutôt décevante quand on connait la capacité qu'a l'écossais de nous étonner.

Aux graphismes, on retrouve un habitué de Morrison : Philip Bond dont on a pu apprécier le travail dans Doom Patrol, The Invisibles ou encore Vimanarama. Son style cartonny et fun colle bien à cette épopée contestataire d'un ton plutôt léger. Avec des personnages aux visages très expressifs et une maîtrise de la mise en page, l'anglais produit, comme souvent, un travail de qualité.

A moins d'être un fan invétéré de Grant Morrison (ou de Philip Bond), vous pouvez sans autre passer votre chemin...

Road-movie critique

Premier éclaircissement d'abord, Grant Morrison nous écrit dans la postface de ce Kill your Boyfriend qu'il ne s'est pas inspiré du tout des road-movies tarantinesques dont fleurissait le cinéma à l'époque... Ayant lu le livre, et sachant qu'il a été écrit quelques années après Thelma & Louise, Natural Born Killers, True Romance ou encore Sailor & Lula, on a vraiment du mal à se dire que Morrison n'a pas été influencé d'une manière ou d'une autre par ces films, à moins d'avoir hiberné pendant tout ce laps de temps.

Kill your Boyfriend est donc un album très tarantinesque dans l'âme, un récit fortement inspiré de ces road-movies cités précédemment. C'est l'histoire d'une adolescente anglaise paumée, qui en a marre du monde dans lequel elle vit (une adolescente qui se rebelle, quoi), et qui va rencontrer un mauvais garçon, croisé par hasard en ville... A partir de cet instant, ce nouveau boyfriend va lui apprendre à agir selon ses envies et non selon les règles imposées par la société... Grant Morrison en profite donc, tout au long du périple de nos compères, pour fustiger la pseudo-morale bien-pensante de la classe moyenne anglaise, pour ridiculiser les pseudo-anarchistes qui ne font rien de concret, et puis évidemment la politique y passe, la religion aussi, bref notre cher scénariste s'en prend au monde entier de façon assez drôle et cynique, avec une belle verve littéraire,  même si tout cela reste plutôt convenu. Il en reste un scénario qui passe très bien, avec quelques très bon moments mais rien non plus de bien marquant, rien de vraiment notable.

Sur les dessins, Philip Bond , avec son trait très appuyé et précis, est la personne idéale pour cet album. Avec un storytelling efficace et surtout des visages très identifiables et très expressifs, une impression savoureuse de légèreté  s'empare de son dessin. Rien à redire pour ce très bon dessinateur qu'on aimerait retrouver plus souvent.

En bref, un récit à ne posséder que si on n'a plus rien de Morrison à se mettre sous la main, ou encore si on est fan des road-movies anarchiques... Sympathique, sans plus.

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Kill Your Boyfriend
icone_rss