Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Hellblazer - Staring At The Wall

Auteur
 Mike Carey (scénario), Marcelo Frusin & Doug Alexander Gregory (dessin)
Editeur (Collection)
 Vertigo Comics
Date de parution
 Janvier 2006
Prix
 14.99 $
Nombre de pages
 168
Episodes VO
 Hellblazer #187-193
Correspondance VF
 Hellblazer : Droit Dans Le Mur (Éditions Panini, Collection 100% Vertigo)

 

The looming apocalypse arrives in the third collection of writer Mike Carey's acclaimed run on HELLBLAZER, reprinting the 2-part "Bred in the Bone" (illustrated by Doug Alexander Gregory) and the 5-part "Staring at the Wall" (illustrated by Marcelo Frusin) from issues #187-193.

Droit dans le mur…

Les signes sont là depuis trop longtemps, apparaissent trop fréquemment, et avec trop de violence, pour être ignorés. Quelque chose de sombre et effrayant se fait un chemin jusqu’à notre monde, et John Constantine est déterminé à écraser cette menace de n’importe quelle façon avant qu’elle ne fasse trop de dégâts. Avec l’aide de quelques ‘‘amis’’ magiciens, de sa nièce Gemma, de sa nouvelle petite amie Angie et de la créature connue sous le nom de Swamp Thing, Constantine ressert les mailles du filet autour destructeur potentiel de l’humanité. Mais qui jouera le rôle de l’appât pour attraper ce cauchemar qui devient réalité… Et qui sera réellement pris au piège ?

Ce volume débute avec Bred In The Bone (#187-188) qui met en parallèle des actes commis par Constantine et deux autres compères sur une ile il y a de cela vingt ans, et l’arrivée de Gemma en ces lieux accompagnés de ces deux mêmes associés. Permettant à Mike Carey d’étayer un peu plus les sentiments de la jeune fille par rapport à son oncle, cette histoire est aussi un conte macabre plutôt réussi et dont le dénouement final fait immédiatement penser à tout un pan de la littérature horrifique populaire du début du XXième siècle. Aux crayons, Doug Alexander Gregory (artiste notamment connu pour son travail d’illustration dans les jeux de rôles) a de très bonnes idées. Notamment la fumée des cigarettes de Constantine séparant les cases et leur donnant un rendu très intéressant. Si le style très droit et rectangulaire du dessinateur est plutôt agréable à l’œil, son storrytelling est quant à lui plutôt mou et sans réel temps fort. Un double-épisode fort sympathique, mais qui ne fait sans doute pas partie des incontournables.

On poursuit et termine avec le gros morceau de ce TPB, soit la conclusion du premier story-arc de Mike Carey. Dans Staring At The Wall (#189-193), qui donne donc son nom au recueil, on retrouve un Marcelo Frusin très en forme au dessin. Usant toujours aussi bien de ces aplats de noirs profonds, l’illustrateur argentin joue avec les volumes et les espaces pour donner de l’ampleur à ses cases. Les compositions de pages sont quant à elle maîtrisées et offrent un storytelling soutenu. Pour ne rien gâcher, le trait sec et rugueux du bonhomme colle parfaitement à l’ambiance générale du titre. Au scénario, Carey convoque toute la ‘‘famille’’ de Constantine dans le but de prévenir l’apocalypse sur terre. Première constatation, le britannique, usant et abusant de la décompression, tire toujours autant à la ligne sans vergogne. Bien que le rythme ne soit pas à proprement parlé lent, les mêmes événements auraient sans aucun problème pu être racontés de manière beaucoup plus compacte. Malgré cela, son récit reste bien mené. Avec en tête une caractérisation exemplaire des personnages, un sens certain pour les montées en puissance finement gérées, et aussi, dans une moindre mesure, des touches d’humour bienvenues (par exemple la référence aux costumes en spandex des super-héros lorsque Swamp Thing revêt l’armure de bois), Carey sait tenir sa narration. Et puis il y surtout cet ultime revirement de situation, malin au possible, qui termine le récit en apothéose et qui surtout offre de nouvelles possibilités inédites pour la suite de la série… Alors au final, même si on peut certainement reprocher à Carey d’avoir fait trainer en longueur son histoire, on ne peut objectivement pas nier qu’il est le meilleur auteur sur Hellblazer depuis Garth Ennis. Et ça, ça n’est pas rien !

En bref, ce recueil donne une belle conclusion au premier arc narratif de Mike Carey sur Hellblazer, tout en relançant l’intérêt avec un cliffhanger des plus imaginatifs. Du très bon !

Derniers commentaires

  • Y The Last Man t.10
    Hello, Neat post. There's a problem with your site in internet explorer, wo... Suite...
    21/05/17 - 06h33
    Par Guest
  • Policier puis fantastique.
    Hello, Neat post. There's an issue along with your site in internet explore... Suite...
    14/05/17 - 16h14
    Par Guest
  • Glossaire
    This page really has all of the information I wanted concerning this subjec... Suite...
    04/05/17 - 05h14
    Par Guest
  • Glossaire
    I love your blog.. very nice colors & theme. Did you make this website your... Suite...
    04/05/17 - 01h14
    Par Guest
  • Into The Negative Zone
    I see your page needs some fresh & unique articles. Writing manually is tim... Suite...
    30/04/17 - 18h58
    Par Guest
  • Callipygie ?
    Great goods from you, man. I have understand your stuff previous to and you... Suite...
    29/04/17 - 03h17
    Par Guest
You are here: Vertigo Hellblazer Hellblazer vol.1 Staring At The Wall
icone_rss