Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Hellblazer - Rake At The Gates Of Hell

Auteur
 Garth Ennis (scénario), Steve Dillon (dessin)
Editeur (Collection)
 Vertigo Comics
Date de parution
 Novembre 2003
Prix
 19.95 $
Nombre de pages
 209
Episodes VO
 Hellblazer #78-83; Hellblazer: Heartland
Correspondance VF
 Inédit

 

A new volume reprinting Garth Ennis' and Steve Dillon's final HELLBLAZER arc in issues #78-83 as well as the special one-shot HEARTLAND John Constantine heads towards a final showdown with a revenge-crazed Satan during a raging race riot, and in addition to desperately trying to save his dwindling number of living friends, Constantine also has one final reunion with his lost love Kit.

Rendez-vous aux portes de l'enfer !

Le Diable vient chercher son dû ! Et John Constantine, le tourmenteur de démons, va devoir passer à la caisse… Après avoir humilié par le passé déjà deux fois le Prince des Ténèbres, Constantine est plutôt anxieux pour sa troisième tentative. Mais il n'a pas vraiment le choix s'il veut se libérer de l'impasse dans laquelle il s'est fourré…

Dernier TPB consacré au run du duo Ennis & Dillon, ce Rake At The Gates Of Hell met un terme de bien belle manière à la collaboration des deux hommes sur une des séries phares de Vertigo.

En effet, au scénario, Garth Ennis offre un récit ''somme'' qui fait écho à tout ce qu'il a produit jusqu'à présent sur la série. Des conséquences de Dangerous Habits, en passant par la relation passionnelle qu'entretient le magicien avec Kit Ryan, mais aussi en revenant sur le piège qu'avait tendu John au Snob (l'Ange Gabriel), le scénariste donne un sens à toutes ces intrigues et les ramène en un seul et même point de superbe manière. Tout en creusant la caractérisation de son personnage principal, Ennis se fend d'une histoire pleine de tension, aux rebondissements inattendus, et qui tient en haleine d'un bout à l'autre du récit. Une superbe conclusion de run qui remet les compteurs à zéro pour le spécialiste de l'occulte.

Pour ce qui est du dessin, Steve Dillon est au top de son art… Il atteint donc le niveau qualitatif de Preacher, sa création commune avec Garth Ennis pour Vertigo. Les planches de Rake At The Gates Of Hell sont ainsi un réel plaisir à suivre, tant le storytelling de l'artiste est maîtrisé. Au risque de se répéter au fil des critiques, Steve Dillon, c'est d'abord un sens inné de la narration (notamment dans le choix de ses cadres et de l'enchainement des cases), et puis, évidemment, ce trait net et précis qui maintenant ne s'encombre plus, comme auparavant, d'un surplus de détails pour aller directement à l'essentiel, vers l'épure. La grande classe.

Ce tome contient également le one-shot Heartland, un récit sans John Constantine et qui met sous les projecteurs les personnages secondaires d'origine irlandaise de la série. Garth Ennis parle de son pays natal comme lui seul sait le faire, avec amour mais aussi une grande dose de dérision… Une histoire très touchante avec ce côté ''vécu'' qui fait qu'on accroche dès les premières pages.

En bref, ce recueil est certainement un ''indispensable'' du magicien au trench-coat et à la cigarette… Dommage que le TPB US soit désormais difficilement trouvable à un prix correct, et qu'aucune traduction française n'existe à ce jour. Patience, patience…

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Hellblazer Hellblazer vol.1 Rake At The Gates Of Hell
icone_rss