Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Hellblazer - Empathy Is The Enemy

Auteur
 Denise Mina (scénario), Leonardo Manco (dessin)
Editeur (Collection)
 Vertigo Comics
Date de parution
 Novembre 2006
Prix
 14.99 $
Nombre de pages
 168
Episodes VO
 Hellblazer #216-222
Correspondance VF
 Inédit

 

Collecting award-winning novelist Denise Mina's (Garnethill, Deception, Field of Blood) take on the hard-drinking master of bad-luck magic from HELLBLAZER #216-222. When an ordinary man innocently uses an incantation, he turns to Constantine for help. But when an infamous Scottish occultist gets involved, Constantine discovers he has been cursed with empathy for his fellow man and realizes that the nightmare has just begun.

L’empathie, on en pâtit…

Après une étrange rencontre dans un bar de Londres, Constantine se retrouve entraîné jusqu’à Glasgow en Ecosse où le taux de meurtre est l’un des plus élevés d’Europe, et où les gens consomment gaillardement des cigarettes, du whisky, et de sucre… En d’autres termes, une ville où le magicien se sent comme à la maison ! Mais malheureusement pour lui, John n’a pas vraiment le temps de profiter des spécialités locales car il est désormais maudit par un sort terrible : il souffre d’empathie pour ses semblables…

Pour ce story-arc faisant suite au long run de Mike Carey, Vertigo donne les rennes de la série à Denise Mina. Connue outre-manche pour ses polars qui se déroulent principalement en Ecosse (entre autres Field Of Blood/Le Champ Du Sang, traduit en français chez J’ai Lu pour ceux qui voudraient s’y intéresser de plus près), l’auteur est tout à fait novice en terme de comic-book. Et malgré l’écriture de plusieurs livres, cela se ressent terriblement. Il semblerait même que la romancière n’a pas pris en compte que, si le medium bande-dessinée peut être rapproché du roman, on ne peut en aucun cas y appliquer les mêmes règles d’écriture. On pourra notamment reprocher à Mina de sensiblement rallonger ses phases d’expositions au détriment d’un déroulement scénaristique soutenu, rythmé et tendu (et qui devrait justement prendre tout son sens dans le 9ième art, mais malheureusement pas ici). Mais ne soyons pas bégueule, car la scénariste possède certaines qualités qu’il faut relever. Notamment une connaissance accrue du décor choisi (Glasgow, qui est pratiquement un personnage à part entière de l’histoire), mais aussi un don pour proposer des seconds couteaux intéressants et bien écrits (parfois au détriment de l’antihéros John Constantine, ce qui peut s’avérer dommageable par moments). Pour un début, c’est plutôt mi-figue, mi-raisin, mais laissons le bénéfice du doute à cette écrivaine en attendant la conclusion de cet arc narratif dans le TPB The Red Right Hand.

Derrières les crayons par contre, pas de surprises. En effet, le pilier Leonardo Manco reste égal à lui-même, c'est-à-dire très bon ! Entre une atmosphère malsaine distillée avec soin d’une planche à l’autre, un coup de crayon rêche en total adéquation avec l’univers de la série, et surtout un merveilleux sens de la mise en page d’un point de vue rythmique comme spatial, l’artiste à tout pour faire rêver l’amateur de comics horrifiques. Merci Monsieur Manco !

En résumé, un départ de run plutôt moyen pour Denise Mina qui, malgré quelques bons points (Glasgow, entre autres), peine à trouver ses marques. La suite, et fin, au prochain numéro !

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Hellblazer Hellblazer vol.1 Empathy Is the Enemy
icone_rss