Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

God save the Queen

Auteur
   Mike Carrey (scénario), John Bolton (dessin) 
Editeur (Collection)
   Panini (Vertigo Graphic Novel)
Date de parution
   Décembre 2008
Prix
   15.00 €
Nombre de pages
   104
Episodes VO
   God save the Queen

 



Entre Londres et le royaume de Féérie, God Save the Queen conte l’histoire d’une adolescente rebelle devenue la proie d’un groupe d’elfes punks. Elle découvre que ces fées carburent au Cheval Rouge, un mélange de sang humain et d’héroïne. Elle tombera dans le piège de cette drogue dangereuse, se retrouvant impliquée du même coup dans la guerre à mort qui oppose la reine des fées, Titania, à sa prédécesseur Mab la folle que ses sujets avaient tenté d’oublier.


Une héroïne pleine d'héroïne

Un peu à la manière d'un Neverwhere (c'est le même scénariste en même temps, même si Neverwhere est basé sur un roman de Neil Gaiman), Mike Carey nous raconte ici l'histoire d'une ado rebelle qui va, sans le vouloir, apprendre qu'elle a du sang elfe et va, quasiment à son insu, faire partie d'un plan pour délivrer le royaume de Féérie (royaume créé par Gaiman dans Sandman) de Mab, reine cruelle qui a évincé Titania du trône. Et pour ce faire, elle va devoir utiliser du Cheval Rouge, sorte d'héroïne provenant du royaume des Elfes...

C'est donc un récit entre la jeunesse punk des ruelles de Londres et l'heroic fantasy à dominante elfique que va nous offrir là Mike Carey. Un récit plutôt prenant, malheureusement trop court et trop condensé pour rendre la lecture attrayante et fluide. Néanmoins, la touche fantastique avec les royaumes elfiques nous fait agréablement palpiter, alors que le côté adolescence de l'ado et de ses camarades n'est ni bien traité (on se coltine les clichés habituels sans aucun approfondissement) ni intéressant, malgré une héroïne au caractère bien trempé plutôt bien caractérisée. Un récit d'aventure fantastique plutôt sympathique et joliment écrit mais guère surprenant.

Sur les dessins, John Bolton (Harlequin Valentine) nous peint encore des personnages photoréalistes, figés, mais ici il produit en plus de cela un storytelling brouillon et des choix de couleurs vraiment douteux. C'est dommage qu'un peintre de talent comme cela n'arrive pas à assurer sur une bande dessinée. Reste un graphisme plutôt original et qui fonctionne bien dans sa façon de nous dépayser (les personnages fantaisistes sont très réussis à la différence des personnes "réelles", beaucoup trop réalistes, statiques).

En bref, encore une fois, Mike Carrey reste efficace dans les récits fantastiques, tout en ne nous proposant que du classique et pas grand chose d'original. Le tout est, malheureusement, très mal mis en image par le peintre John Bolton. A se prendre d'occasion, le livre valant le coup d'oeil néanmoins.

Derniers commentaires

You are here: Vertigo God save the Queen
icone_rss