Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Faker

 

Auteur
 Mike Carey (scénario), Jock (dessin) 
Editeur (Collection)
 DC (Vertigo)
Date de parution
 Mars 2008
Prix
 9,99 $
Nombre de pages
 160
Episodes VO
 Faker #1-6
Correspondance VF
 Inédit

 

 

Freshman year of college is the ultimate time for reinventionexcept when you can't physically justify why you even exist. This is the case for Nick Philo. The only thing that reassures him that he's not going crazy is that his best friends seem to know him. Or do they? Chock full of ruthless characters with hidden agendas, this graphic novel proves that if you're up for it, you can lie, cheat and fake your way through almost anything.

Simulacre

Dans un campus du Minnesota, les vacances d'hiver arrivent à leur terme. Jessie, Sark, Yvonne et Marky, quatre colocataires, décident de fêter ça en se prenant la cuite du siècle. Au réveil, leur ami Nick Philo refait surface. Seulement, un problème apparaît. A l'exception de ces quatre étudiants, personne ne se souvient de lui. Le cauchemar commence. Il devient un étranger aux yeux de ses professeurs, de ses potes, au point de douter lui-même de son existence…

Dessinateur de Green Arrow : Year One et Losers avec Andy Diggle au scénario, Jock (aka Mark Simpson) se charge de la partie graphique. Aux premiers coups d'œil, le style rêche et anguleux de l'artiste anglais fait mouche. Avec quelques traits rudes composant les visages qu'il dessine, Jock contribue à la définition des caractères de chaque personnage. De plus, les compositions de page éclatées qu'il utilise aident à appuyer la psychologie des différents intervenants. La griffe de l'illustrateur offre en rendu tout à fait intéressant et qui surtout fonctionne à merveille avec ce type d'histoire.

Pour ce qui est du scénario, Carey manque un peu le coche. Faisant le choix de révéler le pourquoi du comment très (trop ?) tôt, l'auteur passe à côté de développements et de réflexions qui auraient pu rendre Faker autrement plus intéressant (- qu'est-ce que le souvenir / la mémoire ? - est-ce qu'on peut définir un être humain par ceux-ci ? -). Du coup, cette mini lorgne plus vers une série B fantastique qui se laisse lire avec plaisir mais qui ne casse pas trois pattes à un canard. Et malgré des personnages très bien écrits et attachants qui appellent l'empathie du lecteur, un sentiment de raté reste en tête. Dommage, car il y avait vraiment de quoi approfondir le sujet !

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Faker
icone_rss