Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

DMZ t.5 - La Guerre Cachée

Auteur
  Brian Wood (scénario), Riccardo Burchielli, Danijel Zezelj et Nathan Fox (dessin) 
Editeur (Collection)
   Panini Comics (100% Vertigo)
Date de parution
   Juillet 2009
Prix
   13.00 €
Nombre de pages
   122
Episodes VO
   DMZ #23-28

 


New York... le no man's land au milieu de la Seconde Guerre Civile américaine.Le jeune reporter Matty Roth est sur le terrain. Il est la seule voix à représenter ceux qui restent dans la zone de guerre la plus dangereuse du monde.
 
Dans LA GUERRE CACHEE, l'attention s'éloigne des soldats du front et des politiciens pour se tourner vers les gens de la ville, les civils qui luttent pour survivre dans les pires conditions imaginables. Composé de six nouvelles qui introduisent de nouveaux personnages ou se concentrent sur d'autres existant déjà, LA GUERRE CACHEE est un volume essentiel de la série DMZ.
 
Pour USA Today, c'est une série "captivante... qui combine l'excitation du blockbuster avec la dure réalité de la guerre et une dose de documentaire politico-social". Pour BOING BOING, elle est "constamment méchante et virulente, intelligente et choquante". Le scénariste Brian Wood et le dessinateur Riccardo Burchielli emmènent le lecteur derrière les lignes ennemies pour un regard sur le coût caché de la guerre: les victimes civiles.

Du sang neuf

6 épisodes de la série DMZ dans ce volume, 6 nouvelles indépendantes pour un tome décalé par rapport à la trame principale de la série.

Brian Wood développe son univers en nous présentant de nouveaux personnages ou en développant de vieilles connaissances. Quoi qu'il en soit, cet approfondissement est le bienvenu dans le sens où il rompt avec la routine scénaristique et et il élargit le champ de notre vision sur ce monde. De plus, il garde ses qualités et on a droit à des histoires pleines d'émotions avec des dialogues toujours impeccables.

Aux dessins, on retrouve l'artiste principal, Riccardo Burchielli, et les invités que sont Danijel Zezelj et Nathan Fox, déjà aperçus dans les volumes précédents. Inutile de dire que, là encore, le sans-faute est de mise, tant Burchielli s'est approprié l'ambiance de cette histoire, et Fox et Zezelj sont utilisés à très bon escient, dans des ambiances qui correspondent parfaitement à leur style respectif. Un très bon choix.

Un petit coup de gueule pour finir. On a, bien évidemment, affaire à une traduction, ce qui implique que les textes et dialogues sont traduits (pas de problème pour cela, c'est du bon boulot), mais que les inscriptions du décor le sont également. Et là, c'est la catastrophe. Graffiti, panneau de porte, écriture de fax ou de stylo, on dirait que ça a été fait à la machine à écrire. Franchement, à l'heure de l'informatique-reine, Panini n'a trouvé personne qui maîtrise un tant soit peu un logiciel permettant à tout cela de s'insérer dans le dessin de l'artiste ? Ce n'est pas comme ça qu'ils vont gagner des parts de marché et détourner les lecteurs de la VO, alors que cette série est formidablement traduite et agréable à lire par ailleurs.

A part cette légère faute de goût, encore une fois un sans-faute pour une des meilleures séries dispos actuellement sur le marché français.

Derniers commentaires

You are here: Vertigo DMZ t.5 - La Guerre Cachée
icone_rss