Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Death - t.1 : La vie Ă  quel prix

Auteur
 Neil Gaiman (scénario),
 Chris Bachalo, Mark Buckingham & David McKean (dessin),
  Tori Amos (préface)
Editeur (Collection)
 Panini (Vertigo en VO)
Date de parution
 Juillet 2008
Prix
 11.00 €
Nombre de pages
 96
Episodes VO
 Death: The High Cost Of Living #1-3
 Death Talks About Life

 

death t 1


Sexton Furnival est aussi blasé qu'un jeune homme de 16 ans (presque et demi) peut l'être. Désabusé et indifférent, il est convaincu d'avoir déjà tout vu, jusqu'à ce qu'il rencontre l'étrange Didi. Excentrique et enjouée, Didi trouve du merveilleux dans les événements les plus anodins. Et comme si cela ne suffisait pas à faire douter Sexton de sa perception de la réalité. elle affirme également être l'incarnation de la Mort. Ils embarquent ensemble dans une aventure à travers les rues de New York où ils croisent une vieille vagabonde de 250 ans à la recherche de son cœur et un fou en quête du pouvoir absolu, deux révélations parmi toutes celles qui les attendent.
 
Ecrit par Neil Gaiman, désigné par le New York Times comme le plus grand auteur américain, et illustré par un duo de rêve composé de Chris Bachalo et Mark Buckingham, ce conte de fées des temps modernes est une introduction parfaite à la célèbre série Sandman. Parce qu'entre 16 et 60 ans, et au-delà, personne ne doit oublier le prix et la valeur de la vie.

Deux sous

Cela fait bien 100 ans que la Mort ne s'est pas manifestée sous une forme mortelle. Car, oui, la Mort nous rejoint un jour par siècle pour vivre et expérimenter la vie puis la mort. Ce siècle, elle prend la forme de Didi, une jeune adolescente, et rencontre Sexton, un ado blasé au bord du suicide.
 
La Mort qui rencontre un adolescent suicidaire, vous devez vous dire : qu'est-ce qu'on va s'éclater ! Et vous avez tout à fait raison, c'est assez morbide mais souvent drôle. Et, au delà de l'humour noir, Neil Gaiman nous parle de symbolisme et du sens et de la valeur de la vie et de la mort. Car on ne peut parler de la vie sans la mort et de la mort sans la vie. C'est beau, inventif et intelligent. Chris Bachalo et Mark Buckingham illustrent dans la même veine que le scénario,  comme un conte sur la mort.
 
Dans la seconde partie,  Didi nous parle de sexe, de l'amour entre un homme et une femme et de préservatif. Mis à part que c'est un très beau plaidoyer pour l'utilisation du préservatif, c'est aussi très beau, du Dave McKean

Derniers commentaires

You are here: Vertigo Death t.1 : La vie... Ă  quel prix !
icone_rss