Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

100 Bullets t.6

Auteur
  Brian Azzarello (scénario), Eduardo Risso(dessin) 
Editeur (Collection)
  Panini Comics (100% Vertigo)
Date de parution
  Septembre 2008
Prix
  13€
Nombre de pages
  124
Episodes VO
  100 Bullets #26-30

 


L'agent Graves continue d'offrir l'immunité à des personnes diverses pour qu'ils puissent redresser les torts à l'aide des 100 balles non identifiables qu'il fournit dans une mallette. S'agit-il simplement de vengeance ou d'une manipulation à grande échelle ?
A Paris, M. Branch fait le point sur ses théories concernant les conspirations du Trust et des Minutemen. Puis, nous rencontrons un joueur de base-ball et découvrons l'acte terrible qu'il a commis pour venger son ex-femme, une star de cinéma bien connue. Enfin, à la frontière entre le Texas et le Mexique, la sexy Dizzy Cordova se retrouve mêlée à une affaire de contrebande lorsqu'elle s'intéresse à Wylie Times, un simple pompiste.

Parfait point de départ

Ça y est, on quitte déjà le Trust pour se concentrer du côté de nos amis les Minutemen, c'est-à-dire l'agent Graves pour un épisode et l'agent Shepherd et sa nouvelle recrue Dizzy pour une saga en trois épisodes.

Et le premier épisode, me direz-vous ? Il s'agit d'une sorte de récapitulatif de la situation, histoire de mettre une bonne fois pour toutes l'intrigue de 100 Bullets au clair. L'épisode suite les pensées de M. Branch, et est illustré, comme pour un épisode anniversaire, par une belle brochette de dessineux : on trouve, entre autres, Lee Bermejo (Lex Luthor), Jordi Bernet (Torpedo), Tim Bradstreet (un grand cover artist : Punisher, Hellblazer, Unknown Soldier...), Dave Gibbons (Watchmen, Originals), J.G. Jones (Wanted), Jim Lee (besoin de le présenter ?), Frank Miller (Sin City, 300, Dark Knight Returns) ou encore Paul Pope (100%, Heavy Liquid, Batman : Year 100). De bons moments à passer pour les mirettes en perspectives. Tous ces différents auteurs sont, bien sûr, entrecoupés de planches de notre grand Eduardo Risso. Cet épisode (et donc l'album en général) est donc le parfait point de départ pour commencer la série sans avoir à craindre de perdre des choses.

Le second épisode concerne l'agent Graves, discutant avec un ancien "vengé" de l'impact qu'à eu cette vengeance il y a une quarantaine d'année...Un épisode intriguant, qui est là pour nous prouver la puissance  et l'ampleur du Trust et son ancienneté par le biais d'une des innombrables affaires dont ils ont eu la charge. Teinté d'humour noir, un très bon récit.

La fin de l'album de Panini est constituée d'une saga de trois épisodes centrés sur Shepherd et Dizzy, le tout se passant à la frontière mexico-américaine, et introduisant de nouveaux personnages. Un récit assez anecdotique, dont on se demande un peu ce qu'il vient faire là. Certes, il est bien agencé et se lit très bien, mais l'ensemble manque de tonus et de tension, c'est dommage.  Reste quand même l'incroyable talent d'Eduardo Risso.

Et du talent, l'homme en a et continue son chemin en jonchant ses planches de prises de vues audacieuses et en ajoutant une grosse valeur ajoutée grâce à sa parfaite maîtrise du noir et blanc. L'artiste est un des meilleurs dessinateurs du moment, et la série reste l'une des meilleurs comics du moment, il convient de le rappeler encore une fois.

Un album un peu en deçà du précédent donc, même si ça reste très bon voire excellent. Et le parfait album pour prendre la série en cours de route.

Mais à quoi on sert ?

Dans ce recueil (le 6ème en VF), vous pourrez lire les épisodes 26 à 30 VO, soit 2 épisodes (les 2 premiers) indépendants, et un arc de 3.

Le n°26 est un bon moyen de découvrir la série, pour ceux qui auraient loupé le début (il vous restera ensuite à récupérer les 5 autres) dans le sens où il fait une sorte de résumé de la situation, par le biais des réflexions de Mr Branch, qui fait le point sur ses infos, alors qu'il est en "charmante compagnie" (mais pourquoi se met il à penser à ça dans un moment pareil ?). L'originalité de cet épisode est qu'il propose à 10 artistes invités de s'occuper chacun d'une page, donnant ainsi leur propre vision d'un ou plusieurs des persos de l'histoire. Vous pourrez ainsi admirer la vision de 100 Bullets par Paul Pope (100%, Heavy Liquid, ...), Joe Jusko (Black Panther, ...), Mark Chiarello (Batman/Houdini, Hellraiser, ...), Jim Lee (Batman, Superman, X Men, WildC.A.T.S, ...), Lee Bermejo (Lex Luthor, Joker, Hellblazer, ...), Dave Gibbons (Watchmen, The Originals, Green Lantern, ...), Tim Bradstreet (les couv de Punisher, ...), Jordi Bennet (Torpedo, ...), Frank Miller (300, Daredevil, Batman Dark Knight, Sin City, ...) et J.G Jones (Wanted, les couv de 52, ...) dans l'ordre d'apparition. Bien sûr, ce procédé ralentit quelque peu la lecture, mais pas d'action au programme de cet épisode, alors ...

Le 2ème épisode introduit enfin, à mon sens, une intrigue supplémentaire au récit : le fameux revolver n'a pas servi qu'à assassiner des anonymes ... Les fans de théories du complot en tous genres vont adorer. Ceux d'histoire aussi, après tout. Ou comment ancrer un récit dans la réalité ...

Ensuite, on rejoint Dizzy et Mr Shepherd sur les routes. Pourquoi sillonnent ils le pays ? Quel est leur but ? Cet arc vous donnera la réponse. Et, en même temps, donne au récit une nouvelle impulsion, brouille les pistes, pour notre plus grand bonheur. Le truc qui m'a le plus dérangé est l'apparente interactivité entre personnages, qui se croisent régulièrement alors que, théoriquement, leurs chances de se voir sont infinitésimales. Mais je fais confiance à Azzarello pour nous emmener exactement où il veut ...

Quant à Risso, ben, il grandit avec le récit, s'améliore de volume en volume, et l'apport de guests (même si j'ai peu apprécié ceux de Lee et Miller) apporte un peu de fraîcheur et de changement.

Et si vous vous demandez pourquoi ce titre, eh bien, c'est parce que ce tome débute par une analyse de la série par Bill Savage, un prof de littérature qui a introduit 100 Bullets dans son programme d'enseignement. Et sa critique est franchement excellente.

Mais bon, continuez à venir nous voir, le père Savage, il ne donne pas son avis sur les autres séries ...

Derniers commentaires

You are here: Vertigo 100 Bullets t.6 - Contrabandolero !
icone_rss