Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Union Station

Auteur
   Ande Parks (scénario), Eduardo Barreto (dessin) 
Editeur (Collection)
   Akiléos (Regards Noir et Blanc)
Date de parution
   Octobre 2004
Prix
   12.50 €
Nombre de pages
   112
Episodes VO
   Union Station

 


Kansas City 1933. Frank Nash est un petit criminel qui s'est fait pincé par les fédéraux et qui est ramené en ville par train. Quand l'agent du FBI Reed Vetterli arrive à la gare de Union Station afin d'y retrouver Nash et son escorte, il n'a aucune raison de suspecter quoi que ce soi. Pas plus que Charles Thompson, un reporter présent sur place et qui assiste tranquillement à ce remue ménage. A peine savent-ils que le pote de Frank, Vern Miller va essayer de le sortir de là. Malheureusement, ils vont se retrouver au milieux d'une fusillade, sans que personne ne sache qui a appuyé le premier sur la gâchette. La rumeur dit que Pretty Boy Floyd était présent sur les lieux du massacre, mais personne n'en est sûr, et J. Edgar Hoover s'en moque. Il veut seulement voir les fesses de Floyd sur une chaise électrique, et peut importe que ce journaliste ait vu les choses autrement, on ne se dresse pas devant la justice de J. Edgar Hoover.


Miller's Crossing

Ande Parks, avant son célèbre Capote in Kansas, nous a, pour ses débuts en tant que scénariste, concocté la reconstitution de la fusillade d'Union Station (célèbre gare américaine), fusillade orchestrée dans les années 1930 par des gangsters pour libérer un des leurs emmené sous escorte à la prison la plus proche. Une fusillade célèbre car il s'est avéré que beaucoup de personnes étaient mouillées dans l'affaire, ce qui amena le FBI a fausser le dossier, quitte à accuser de faux coupables.

Ande Parks reconstitue donc minutieusement ce qu'il pense être la vraie version, mais de façon très concise, n'ayant pas le temps de s'éterniser sur un sujet qui pourrait prendre facilement plusieurs centaines de pages. Il convient donc d'être très attentif lors de la lecture de l'album et de se référer au fur et à mesure aux notes de fins d'album, ou l'auteur indique pourquoi il a choisi telle ou telle solution, ou encore ce qu'il voulait montrer par telle scène. Reste, si l'on arrive à se concentrer suffisamment pour s'immerger dans le récit, une très intéressante histoire de gangsters du temps de la Prohibition, avec son lot de flics corrompus, de truands, de mafiosi, une histoire qui sent bon cette époque bénie du polar. On regretteras toutefois que tout aille si vite et que l'auteur n'ait pas eu les moyens de faire ce qu'il voulait vraiment.

S'agissant des dessins, Eduardo Barreto utilise un style très classique mais très maîtrisé, qui restitue parfaitement l'ambiance de l'époque (les voitures, costumes, bâtiments...). Le problème est que, malgré des visages très détaillés, la profusion de personnages rend l'identification un peu dure à assimiler, mais on ne peut le reprocher au dessinateur qui s'en sort de manière plus qu'honorable.

En bref, une reconstitution intéressante, même si trop brève, qui marque des bons débuts d'Ande Parks en tant que scénariste, qu'il confirmera par la suite, et qui nous ramène sans problème à l'époque de la Prohibition.

Derniers commentaires

You are here: Oni Press Union Station
icone_rss