Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le Tombeau

Auteur
 Christina Weir et Nunzio DeFilippis (scénario), Christopher Mitten (dessin)
Editeur (Collection)
 Akiléos (Regard Noir et Blanc)
Date de parution
 Décembre 2005
Prix
 15€
Nombre de pages
 152
Episodes VO
 The Tomb (graphic novel)

 

 
En 1922, Lord Earl Carnavon finança l'expédition égyptienne qui découvrit la tombe de Toutankhamon. Bien que le mythe de la "malédiction" de cette équipée soit bien connu, Mathias Fowler a réussi pour sa part à effacer toute trace de sa présence. Cet américain, obsédé par l'ancienne Egypte, est rentré dans son pays avec plusieurs artefacts qu'il avait dérobés sur le site des fouilles.
Aujourd'hui, près de 60 ans après la mort de Fowler, Jessica Parrish, archéologue et sorte d'Indiana Jones au féminin, est engagée pour assembler et diriger une équipe dans le manoir abandonné de Fowler et découvrir ce qui se passe derrière la disparition de deux employés du nouveau propriétaire, le sénateur Cornélius.
Mais Fowler n'a pas laissé que son cadavre derrière lui. Sa maison est infestée de piègesdignes de la Grande Pyramide. Jessica et ses compagnons pourront-ils les déjouer ou la malédiction de Toutankhamon frappera-t-elle de nouveau ?

No Brendan Fraser inside

Le très bonne surprise de l'année, en ce qui me concerne.

 Attention, ce n'est pas le récit de l'année, mais cet ouvrage m'a été offert pour l'achat de 2 autres sur le stand Akileos à Angouleme. Autant dire que je ne m'attendais à rien. Tou au plus, étais je curieux, vis à vis des scénaristes,  Weir et DeFilippis (à chaque fois que je lis Nunzio, ça me fait repenser à l'excellente série Dharma et Greg, mais je m'égare ...).

On a droit ici à un huis clos dans une maison hantée, mix de Cluedo, de Cube, de Saw, etc ... le tout sur fond de malédiction égyptienne. Et je dois dire que la lecture a été un moment très très agréable que je recommande vivement. Les scénaristes réussisent à nous captiver tout du long par la caractérisation de leurs persos et leur relationnel, ainsi que par les différents rebondissements qui font évoluer l'intrigue.

Les dessins sont un peu en dessous de la qualité du scenar. Ils sont en noir et blanc, sans trop de fioritures, tout en restant très détaillés, notamment au niveau de l'environnement. Les perosnnages, par contre, sont plutôt statiques, notamment leurs visages.

Cela n'entame en rien, cependant, le plaisir de la lecture de cet ouvrage, qui vaut largement certains autres bien plus "marketés". A conseiller.

Amityville et Toutankhamon

Tout d'abord, les scénaristes Christina Weir et Nunzio DeFilippis sont bien connus des fans de mutants chez Marvel : Ce sont eux, en effet, qui scenarisaient la série New Mutants (rebaptisée par la suite New X-Men : Academy X), série très décriée, sorte de soap au pensionnat de Charles Xavier. Pour ma part, j'ai toujours trouvé cette série rafraîchissante, même si souffrant de quantités de défauts.

Ici, on a la preuve, encore une fois, que les scénaristes font du meilleur boulot libérés des contraintes de continuité des grosses maisons d'éditions. Le duo nous offre ici une bonne grosse série B au niveau du scenario, à savoir toute une galerie de personnages qui va enquêter dans une maison soi-disant hantée, et vont y déceler un étrange secret lié à l'Egypte Ancienne. Le tout est prétexte surtout à s'intéresser aux relations entre les personnages, poursuivant chacun un but différent, et un cortège d'alliances et de dissensions entre eux attend le lecteur. C'est plutôt bien fait, de même que l'ambiance résolument tournée "film d'épouvante des années 50", même si, parfois, la nonchalance des personnages devant des événements assez sordides et effrayants fait un peu retomber le soufflé.

Aux niveau des dessins, c'est Christopher Mitten qui s'en charge, dessinateur que j'ai découvert ici, beaucoup plus à l'aise quand il doit se charger de discussions entre les protagonistes que dans les scènes d'actions. On peut apprécier ses décors très fouillés et son trait précis, et on regrettera ses visages avec deux expressions faciales en moyenne par personnage. Vous avez compris que, malgré de gros points négatifs, le dessinateur possède quand même de belles qualités, il a seulement encore à apprendre.

En bref, un agréable récit dans le genre manoir hanté, prétexte aux relations entre les personnages, servis par des dessins pas si mal que ça au bout du compte. 15€, non, mais d'occasion, n'hésitez pas.

Derniers commentaires

You are here: Oni Press Le Tombeau
icone_rss