Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

New X-Men : New Worlds

New X-Men : New Worlds
Auteur(s) Grant Morrison (scénario), Igor Kordey, Ethan Van Sciver, John Paul Leon, Phil Jimenez (dessin)
Editeur (collection)
Marvel
Date de parution
Décembre 2002
Prix 9.99 $
Nombre de pages
168
Episodes VO New X-Men #127-133
Correspondance VF X-Men 75-81 ou Marvel Deluxe X-Men 2 (Panini Comics)
new x-men 3

In the aftermath of both the Genoshan genocide and Cassandra Nova's revelation of Charles Xavier's mutant powers, as well as his school's function as a mutant haven, the X-Men must try to broker peace amidst rising human/mutant tensions, while still combating the mutant threats arising worldwide.

Arme Plus

Commençant très sobrement par une brève aventure avec Xorn, où il est question d’un très jeune mutant recherché à Mutantown (le quartier mutant de New York – le fameux District X) dont la monstruosité apparente va très vite le faire lyncher par la foule, qui ne voit pas que l’enfant en question n’a tout simplement pas conscience des gestes affreux qu’il peut commettre. Et notre Xorn de demeurer impuissant devant toute cette haine anti-mutant, devant cette incompréhension. Un récit narré à la première personne, introspectif, juste, touchant. Et le style de John Paul Leon, réel sans sonner trop réaliste, convient parfaitement à cet épisode.

Les épisodes suivants vont être l’occasion pour Morrison d’insister sur deux points : tout d’abord la multiplication des X-Corporations un peu partout sur la planète. En effet, depuis que le professeur Xavier a révélé son identité, il a pu faire jouer ses contacts et appeler à le rejoindre tous les mutants qui le désirent pour réaliser son utopie, un monde où les mutants ne seraient plus ni craints ni persécutés, et vivraient en harmonie avec les humains. Quantité de mutants connus viennent donc prêter main forte à nos X-Men par le biais de ces branches multinationales implantées un peu partout dans le monde. On commence avec une saga en trois épisodes dessinée par Igor Kordey, de son trait puissant et fort de caractère. Malheureusement encore une fois, malgré un storytelling intelligent, l’homme manquait de temps à consacrer à la série et cela se ressent. Grant Morrison nous embarque dans le tunnel sous la Manche, où un déraillement de train va réserver bien des surprises à notre équipe hétéroclite (des membres d’X-Factor (Madrox), de X-Force (Rocket, Cyrène, Rictor), de Génération X (Monet) et même Darkstar ( !)) : il se trouve en effet qu’un mutant, fruit d’expérimentations sordides, se trouvait à l’intérieur. C’est l’occasion pour Morrison de resserrer le récit sur le mystère des origines de Wolverine, sans tout révéler bien sûr – ce sera pour la suite –, et d’introduire un personnage pour le moins intéressant en la personne de Fantomex, lié lui aussi au programme Arme Plus. Elégant, distingué, opportuniste, intriguant, mystérieux, un personnage magnifiquement caractérisé comme on en voit peu.

Le récit, bourré d’action et sans temps mort, va se terminer par la mort d’un de nos mutants. Et l’épisode de l’enterrement sera dessiné, encore tout en sobriété, par le grand John Paul Leon. Un épisode qui va directement aboutir au deuxième point creusé par Morrison dans cet album : le triangle amoureux Scott Summers – Emma Frost – Jean Grey. Et l’ensemble est géré avec brio, Morrison ayant déjà distillé au fil des épisodes des indices et scènes rendant la « trahison » de Scott finalement très logique. Un récit intense, surprenant mais très bien amené.

S’ensuit un épisode sur Genosha, avec une autre délégation de la X-Corporation (composée de Thunderbird (oui, du X-Treme X-Men de Claremont !), de Vif-Argent, de Tornade et de… Sabra !). Un épisode touchant, sorte d’épilogue à la tragédie qui s’était passé dans cet Etat mutant. Après tout, elle avait été abordée dans le premier arc mais sans grand approfondissement, si l’on réfléchit bien. L’ensemble est dessiné par Phil Jimenez, qui oscille entre réalisme et style « comic-book de super-héros ». Plutôt agréable à l’œil, cela surprend néanmoins d’avoir un dessinateur convenu, même si celui-ci sait assurer de son trait précis, détaillé et dynamique.

Le dernier épisode se passe en Inde, et est assuré par le statique mais minutieux Ethan Van Sciver. Un épisode qui se laisse lire sans être pour autant très intéressant, surtout qu’encore une fois Morrison multiplie les personnages (Feral, Thornn, Warpath, Sunfire) sans les approfondir et en plus en les caractérisant par une psychologie primaire sensée ne pas « trahir » leur historique. Or on voit bien que Morrison ne connait pas du tout ces personnages, malgré l’intention louable d’en faire participer le plus possible pour bien qu’on se rend compte de l’ampleur des X-Corporations.

Malgré ce petit point faible et encore une fois, Morrison, sans dénaturer l’esprit des X-Men, nous propose des récits intelligents et divertissants à la fois, en approfondissant le noyau dur des personnages des X-Men tout en en créant d’autres tout aussi intéressants. Immanquable.

Derniers commentaires

You are here: Marvel X-Men X-Men New X-Men : New Worlds
icone_rss