Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

New X-Men : Imperial

New X-Men : Imperial
Auteur(s) Grant Morrison (scénario), Frank Quitely, Ethan Van Sciver, Igor Kordey (dessin)
Editeur (collection)
Marvel
Date de parution
Juillet 2002
Prix 9.99
Nombre de pages
224
Episodes VO New X-Men #118-126
Correspondance VF X-Men 69-70, 72-74 ou Marvel Deluxe X-Men 1
new x-men 2

As mutant culture takes center stage in the world media, a new movement propagated by book The Third Species begins to affect human/mutant relations. Several school shootings occur where the assailant takes mutant organs to graft to themselves, believing they will transcend to a higher state of evolution (somehow superior to the natural mutations occurring). Cyclops and Emma investigate the impetus behind this movement by confronting John Sublime, the book's author. He reveals himself to be leader of the U-Men, a radical group that doesn't improve themselves by changing their own genes, but by harvesting mutant parts from unwilling donors. Cyclops and Emma are taken hostage for fatal surgery.

Garde Impériale, vraiment ?

Après un premier album servant d’introduction de luxe et sans temps mort, Grant Morrison ne nous laisse pas souffler pour autant. Un industriel mégalomaniaque répondant au doux nom de M. Sublime va promouvoir à grand renfort de publicités ce qu’il appelle « La Troisième Espèce », à savoir des humains auxquels ont aura greffé des composants mutants. Mais quand nos X-Men vont se rendre compte que des mutants sont capturés juste pour servir d’apports d’organes, leur réaction ne tardera pas. Mais sans l’aide du professeur X, parti se ressourcer dans la galaxie Shi’ar, avec sa compagne l’impératrice Lilandra. Seulement, peu de temps après l’épisode M. Sublime, nos mutants se rendent compte que l’esprit de Xavier a été transporté dans le corps mourant de Cassandra Nova et donc que l’esprit de la cruelle ennemie se trouve… dans le corps de Xavier ! Armée de sa télépathie et de la plus grande force extra-terrestre galactique, Nova ne tarde pas à débarquer à l’institut Xavier dans le but de commencer à exterminer tous les mutants…

Vous l’aurez compris, beaucoup de choses se passent dans ce deuxième recueil. Et faire du neuf avec du vieux semble le credo du scénariste. C’est donc l’occasion pour Morrison de réintroduire encore des « classiques » de l’univers X-Men tels que les Shi’ars et la garde impériale, ou encore le Phénix, tout en proposant de nouvelles idées (le trafic d’organes mutants, entre autre) et en créant de nouveaux personnages (Angel) tout en approfondissant les autres. Un recueil palpitant, au scénario plein de rebondissements et aux dialogue savoureux, et blindé d’actions, mais pas juste de l’action « on se tape dessus » : des séquences d’actions originales, intelligentes, où tous les pouvoirs plus intéressants les uns que les autres des personnages sont mis à contribution. L’ensemble souffre quand même de quelques petits passages un peu moins intéressants que d’autres, mais dans l’ensemble tout est amplement justifié, le summum étant cet épisode sans parole (une autre initiative de Joe Quesada, censée favoriser l’expression artistique, où tous les épisodes des on-goings de l’univers Marvel classique de février 2002 ont été réalisés sans aucune paroles), où Emma Frost et Jean Grey sont plongées dans les tréfonds de l’esprit de Charles Xavier, emprisonné dans le corps de Cassandra Nova. Frank Quitely y excelle en nous plongeant dans l’esprit torturé de ce personnage.

Mais malheureusement, ce grande dessinateur ne déroge pas à sa lenteur habituelle et ne propose, sur les 9 épisodes, que 4 de sa composition. C’est déjà beaucoup me direz-vous, tant son sens du storytelling, son trait précis, son graphisme unique, font merveille. Ses planches sont de purs bonheurs pour les yeux, et les couleurs du studio Hi-Fi Design sont parfaitement assorties avec le ton donné par le scénario et le trait de Quitely. Comme dessinateur remplaçant, le très statique et minutieux Ethan Van Sciver propose cette fois-ci des compositions de planches un peu plus ambitieuses, et c’est tant mieux. Mais le gros de l’album est assuré par le très décrié Igor Kordey, qui a dû remplacer Quitely au pied levé tout en continuant à assurer le dessin de la série Cable. Quand on sait que le bonhomme se charge également de l’encrage de ses planches, ont comprend sans mal l’impression de bâclé qui ressort pour l’occasion de son dessin ! Néanmoins, son trait gras et nerveux, ses personnages expressifs et surtout son grand sens du storytelling font vraiment regretter qu’il n’ait pas pu disposer d’un peu plus de temps pour rendre des compositions à la hauteur de son talent certain (lisez Smoke, de Dark Horse / Delcourt, pour vous en convaincre).

En bref, et même si l’album est légèrement en-deçà du premier tome, on a encore droit à un scénario intelligent mêlant action et réflexion, des personnages merveilleusement bien caractérisés, et des dessinateurs très intéressants qui sortent largement du lot mainstream ! Vivement la suite !

Derniers commentaires

You are here: Marvel X-Men X-Men New X-Men : Imperial
icone_rss