Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

X-Force t.2

Auteur
  Peter Milligan (scénario), Mike Allred, Darwyn Cooke, Duncan Fegredo (dessin) 
Date de parution
  Novembre 2002
Prix
  19.99 $
Nombre de pages
  224
Episodes VO
  X-Force vol.1 #121-129
Correspondance VF
  X-Treme X-Men t.6 à 13 (Ed. Panini)

 


Break out the Kleenex Ñ and the body bags Ñ as the X-Force embarks on its most hazardous mission yet. Whose swan song will it be: The Orphan's? The Anarchist's? U-Go Girl's? Or maybe even Doop's?

Fin de X-Force...

Ça y est, après un premier volume riche en personnages variés mais également éphémères, l'équipe semble enfin posée : sous l'égide de Guy Smith alias l'Orphelin, mutant hypersensible, on a donc droit au lycanthrope intellectuel Vivisector, au caïd élastique Phat, à la téléporteuse droguée U-Go Girl et au black à la peau acide L'Anarchiste. Et cette équipe va intégrer deux nouveaux membres : Dead Girl et Spike.

Les deux premiers épisodes sont centrés sur les relations entre les personnages ainsi que leurs relations avec les médias. Des épisodes très intéressants qui approfondissent nos mutants de façon très intelligente, et puisque l'ensemble est bourré d'humour et de cynisme, rehaussé par les magnifiques dessins de Mike Allred, il n'y a pas à se priver : X-Force est un plaisir de chaque instant.

Le numéro suivant est un épisode daté de février 2002, ce qui veut dire, pour les non-marvelophiles, qu'il s'agit d'un épisode sans parole. Pour la petite histoire, tout les épisodes des séries régulières de Marvel (hors celles de l'univers Ultimate) datant de ce mois-ci ont en effet, afin de montrer l'étendu du potentiel graphique de la bande dessinée, été conçus sans parole. Un exercice de style assez intéressant selon les séries (le fameux épisode sans parole de New X-Men dessiné par Frank Quitely est hallucinant), qui explose véritablement dans X-Force : On est plongé dans la psyché de Doop (je ne vous ai pas parlé de cette grosse crotte de nez verte mascotte de l'équipe ? C'est chose faite.), qui hallucine après s'être percé un bouton d'acné. Un tour de force graphique de Mike Allred : c'est beau à en pleurer, ça déborde d'imagination, bref un épisode parfait. Et puis, quel pied que d'être plongé dans l'esprit de Doop.

S'ensuit un épisode centré sur Edie Sawyer alias U-Go Girl, épisode très touchant, preuve que Milligan ne fait pas que dans le cynisme mais apporte réellement une humanité à ses créations. Pas de Allred aux dessins, mais un fill-in artist de classe : Darwyn Cooke (New Frontier, Spirit), rien que ça. De son graphisme très orienté glamour des années 50 et de son trait tout en rondeur, l'artiste subjugue et parvient à faire oublier le non moins excellent Mike Allred.

Les 4 épisodes suivants vont envoyer l'équipe en mission dans l'espace, une mission dont beaucoup ne sortiront pas indemne. Milligan alterne les scènes d'actions avec brio et manie le suspens comme un chef : on est en haleine tout du long jusqu'au dénouement final qui va quand même jusqu'à tuer un personnage central, scène presque larmoyante puisque on sait très bien ici que les personnages ne ressusciteront pas.

Le dernier épisode est un épisode de transition avant le relaunch de la série sous le titre X-Statix. On y voit une équipe complètement morcelée, des inimitiés à tous les étages, bref le moment idéal pour relancer le groupe sous un nouveau nom ! Encore un autre fill-in artiste de génie : Duncan Fegredo (Ultimate Adventures) se charge de l'épisode et parvient comme Darwyn Cooke à faire oublier Allred.

En bref, encore une fois rien à redire, on attend seulement la suite.

Exit X-Force…

Après bien des déboires, X-Force semble enfin se stabiliser quelque peu. Sous le leadership de Guy Smith, aka The Orphan, l'équipe est formée de U-Go Girl, The Anarchist, Vivisector et Phat, sans oublier Doop la mascotte verdâtre et informe. Tandis que deux nouveaux membres font leur apparition (Spike l'afro-américain politiquement engagé, et Dead Girl l'étrange fille en connexion avec le monde des morts), ces héros surmédiatisés vont devoir mettre en scène leur propre déclin pour mieux pouvoir renaître de leurs cendres…

Au scénario, Peter Milligan n'hésite pas un seul instant à mettre de côté l'action au bénéfice du traitement des personnages, et c'est tant mieux ! Ainsi, le début du recueil offre une analyse cynique et piquante du rapport de chacun des ces drôles de mutants avec les médias qui, rappelons-le, leur permettent de se complaire dans l'argent et la luxure. Un regard acerbe et tranchant sur des ''héros'' plus calculateurs que boy-scouts. Plus loin, l'auteur envoie tout ce beau monde dans l'Espace pour, au final, effectuer un relaunch du titre (qui deviendra donc X-Statix). Si ce dernier arc d'X-Force est plus propice à la baston, Milligan n'oublie pas de parsemer son récit d'allusions ou de scénettes qui poussent à la réflexion. Entre un Anarchist et un Spike tous deux obnubilés par leur place de ''black de service'' au sein du team, ou encore Phat et Vivisector qui, jouant avec leur promotion médiatique, finissent par mélanger travail et sentiments, le scénariste alterne intelligemment entre super-héroïsme typique des séries X de Marvel et ces différents passages plus réflexifs qui font que ce run d'X-Force s'éloigne des poncifs du genre pour devenir foutrement intéressant.

Pour la partie graphique, Mike Allred fait toujours rêver ! La preuve en est cet incroyable épisode sans dialogue centré sur Doop qui, après s'être percé un bouton d'acnée (sic !), trippe complètement et imagine des aventures improbables aux différents membres de l'équipe. Plongé ainsi dans son psyché bizarroïde, le lecteur pourra à loisir apprécier le superbe storytelling de l'artiste, ou encore son trait puissant et expressif. Pour accompagner le créateur de Madman derrière les crayons, on aura également la chance de voir un Darwyn Cooke en grande forme sur un récit centré sur U-Go Girl. Touchant et plein d'émotions, le scénario est servi par le style très ''rétro'' du canadien. Pour finir le recueil, le dernier épisode d'X-Force est confiée à un autre fill-in artist, Duncan Fegredo. Ici (et contrairement à son récent travail sur Hellboy, bien trop consensuel), le dessinateur propose un style des plus réussis que cela soit au niveau de la narration comme au niveau du dessin, très tendu. Un trio d'artistes au top pour une des séries les plus inventives que Marvel ait produite, que demande le peuple ?

En conclusion : vivement X-Statix !

Derniers commentaires

  • Y The Last Man t.10
    Hello, Neat post. There's a problem with your site in internet explorer, wo... Suite...
    21/05/17 - 06h33
    Par Guest
  • Policier puis fantastique.
    Hello, Neat post. There's an issue along with your site in internet explore... Suite...
    14/05/17 - 16h14
    Par Guest
  • Glossaire
    This page really has all of the information I wanted concerning this subjec... Suite...
    04/05/17 - 05h14
    Par Guest
  • Glossaire
    I love your blog.. very nice colors & theme. Did you make this website your... Suite...
    04/05/17 - 01h14
    Par Guest
  • Into The Negative Zone
    I see your page needs some fresh & unique articles. Writing manually is tim... Suite...
    30/04/17 - 18h58
    Par Guest
  • Callipygie ?
    Great goods from you, man. I have understand your stuff previous to and you... Suite...
    29/04/17 - 03h17
    Par Guest
You are here: Marvel X-Force/X-Statix X-Force t.2 - Final Chapter
icone_rss