Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Punisher vol.7 t.8 - Le faiseur de veuves

Auteur
  Garth Ennis (scénario), Lan Medina (dessin)
Editeur (Collection)
  Panini Comics (MAX)
Date de parution
  25 Septembre 2008
Prix
  14 €
Nombre de pages
  200
Episodes VO
  Punisher (vol.7) #37-43

 

 

Cinq épouses de mafieux sont devenues veuves à cause du Punisher. Pour elles, Frank Castle n'est qu'un boucher sanguinaire et elles comptent bien se venger. Elles sont décidées à réussir là où leurs camarades ont échoué : liquider le Punisher !

Vendetta

Si Ennis tient un succès durable et remarquable avec la série Punisher, c'est notamment grâce à sa capacité à faire évoluer le personnage phare de la série au sein de milieux différents et de personnages singuliers. Cela a notamment pour effet de laisser parfois le "héros" au second plan, ce qui permet au lecteur de souffler et de ne pas se lasser d'un peronnage dont les motivations sont sans équivoque. Ce nouvel opus ne déroge pas à la règle !
Une fois n'est pas coutume, dans ce récit c'est le Punisher qui est l'objectif de la vengeance du "clan des veuves", cinq femmes de la Mafia dont le Pupu a descendu les époux. Elles se lancent dans une Vendetta en lui tendant un piège... Mais, si c'est par les femmes que le Pupu semble vulnérable, il peut parfois compter sur elles...
Honnêtement, on est assez loin des meilleurs arcs d'Ennis sur le Punisher : le scénario, pourtant simple, n'est pas très vraisemblable et le charisme de ces veuves un peu trop surfait. Pour autant, on passe un agréable moment de lecture. Agréable mais pas inoubliable...

Mou du genou

Alors que j'attendais avec impatience (comme à chaque tome, en même temps) d'enfin pouvoir dévorer la dernière aventure du Punisher, quelle ne fut pas ma déception cette fois-ci.

Scénario original pourtant : les veuves de mafieux exterminés par le Punisher veulent prendre leur vengeance en se servant d'un des points faibles du Punisher : sa faiblesse envers les femmes. Elles vont donc l'attirer dans un piège douloureux pour lui, mais il sera aidé par une veuve, mais une veuve pas comme les autre : elle a été "libérée" de son mari mafioso violent et sadique. Et après avoir vécu de durs moments, elle part jouer le rôle du Punisher.

Un scénario assez sympathique qui nous tient en haleine sans nous ennuyer durant les sept épisodes de cet arc, et Ennis a en plus le mérite de ramener des sujets tabous dont il n'avait pas encore parlé, comme la pédophilie ou encore le cancer...Je ne sais pas ce qu'il lui reste sous la main d'ailleurs, mais il nous surprend à chaque fois. Vous l'avez compris, comme tous les Punisher vol.7, ce récit est très sombre et violent, à ne surtout pas mettre entre toutes les mains. Bon c'est quoi le point négatif alors ? Il se trouve qu'Ennis roule des mécaniques cette fois-ci encore, mais pas dans le bon sens : ça se lit mais c'est mou, on n'a que très peu d'intérêt pour l'histoire et pour les personnages et à aucun moment on ne ressent une tension comme on a pu le ressentir dans les tomes précédents. A aucun moment on ne s'inquiète pour le Punisher non plus, il faut dire qu'il prend le rôle de figurant sur plus de la moitié du récit.
A part ça, le récit à au moins le mérite de faire avancer un petit peu plus la mythologie du Punisher d'Ennis : Maintenant on est fixés, seul le Punisher est capable d'agir comme il le fait en pouvant vivre avec.

Au niveau des dessins, là aussi on est loin de Goran Parlov ou de Leandro Fernandez : Certes Lan Medina est très correct et s'acquitte de son travail très sérieusement et très efficacement de son trait réaliste, mais son dessin souffre de n'avoir strictement aucune personnalité à un point qui fait peur. C'est tout à fait correct mais il manque quelque chose pour en faire des dessins qu'on prend plaisir à regarder.

En bref, peut-être le tome le moins bon du Punisher vol.7 de Ennis avec Les Négriers. Ca reste très correct au niveau du scénario comme des dessins, mais avec Garth Ennis on est en droit de s'attendre à beaucoup mieux...Une déception. J'espère vivement que la suite sera d'un autre niveau.

La Vengeance des femmes

11ème tome VF des aventures du Punisher dans la collection Max, et changement de décor pour cette histoire en 7 parties.

Ici, Frank Castle fait quelques apparitions et, bien qu'étant au centre de l'histoire, n'en est pas l'acteur principal. Et ce changement est, ma foi, bien sympathique. Garh Ennis trouve un souffle nouveau avec ces nouveaux personnages, et, en changeant l'angle de l'histoire, en la racontant de l'autre côté, celui des perdants, l'illustre d'un jour nouveau. De plus, il revient sur un aspect qu'il avait abordé au tout début de son run (souvenez vous, quand le Punisher paraissait encore sous le label 100% Marvel), celui des autres justiciers prenant exemple sur lui, ou ayant vécu le même drame que lui. Et la morale en est belle, limite émouvante (mot bien étrange que celui-ci, quand il est utilisé dans un article concernant le Punisher, c'est pourquoi je l'ai nuancé ...). Une franche réussite. Le récit se lit d'une traite, tellement il est prenant et on ne veut pas le lâcher sans en avoir eu le fin mo.

La partie graphique est, ici, confiée à Lan Medina dont c'est, à ma connaissance, la première incursion dans le monde du Punisher. Et le jeune dessinateur philippin s'en sort avec les honneurs. On a droit, ici, à une touche plus glamour, plus Image, limite Top Cow-like, notamment en ce qui concerne les femmes. Or, comme elles sont omniprésentes dans ce récit, c'est plutôt bien vu. Pour les reste, on a droit à tout le cahier des charges imposé dans une histoire du Punisher : fusillades, explosions, tripes, sang, boyaux, etc ... Du très bon boulot, vous revenez quand vous voulez, Mr Medina.

Un volume bien meilleur que le précédent concernant Frank Castle (le volume 9), une bonne histoire, des bons dessins, un bon achat.

Derniers commentaires

You are here: Marvel Punisher Punisher vol.7 t.8 - Le Faiseur de Veuves
icone_rss