Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

t.2 - Mauvaises influences

Incognito t.2
Auteur(s) Ed Brubaker et Sean Phillips
Editeur (collection)
Delcourt (Contrebande)
Date de parution
Novembre 2011
Prix 14€95
Nombre de pages
124
Episodes VO Incognito vol.2 : Bad Influences #1-5
Incognito t2

Cela fait maintenant un an que Zack Overkill, super-criminel repenti, a quitté le programme de protection des témoins pour débuter une nouvelle vie au service du Bien. Mais rapidement, il comprend que travailler pour le gouvernement n’a rien de bien différent. Aussi, comment réagira-t-il lorsqu’on l’immergera à nouveau au coeur du milieu dans lequel il a grandit, à la recherche d’un agent double instable ?

Sleeper ? Non, Incognito !

Après un premier tome plutôt sympathique, l’ex-super vilain Zack Overkill nous revient enfin, recruté finalement par S.O.S., agence gouvernementale chargée de traquer les criminels à pouvoirs comme il était auparavant. Notre anti-héros constamment sur la brèche va avoir pour mission d’infiltrer Level 9, une faction de super-bandits, afin de retrouver et d’arrêter Simon Slaughter, un ex-officier de S.O.S. infiltré à Level 9, qui a finalement préféré rester dans l’organisation de super-criminels et y prendre la tête.

Cet anti-héros infiltré, qui ne sait plus vraiment s’il fait partie du bon ou du mauvais côté, va donc devoir retrouver un agent au moins aussi perdu que lui. Cela vous rappelle quelque chose ? Eh oui, Brubaker va reprendre passivement les mêmes thématiques que Sleeper, si bien qu’on ne sait plus vraiment si on suit Zack Overkill ou notre Holven Carver échappé de l’univers WildStorm. Malgré cette impression plutôt désagréable d’avoir droit à du réchauffé de la part du brillant scénariste spécialiste du polar (mais est-ce une impression ?), il n’empêche que ce dernier sait encore une fois nous tenir en haleine dans ce thriller super-héroïque très noir et violent, plein de gueules cassées, d’âmes en dérive et de situations plus désespérées les unes que les autres. Et comme en plus le monde d’Incognito dénote de Sleeper en proposant un univers super-héroïque old-school, hommage au golden age en version désabusé, nous ne boudons pas notre plaisir.

Et même si Brubaker déçoit un peu, s’il y a un dessinateur qui sait allier constance, rapidité et qualité, c’est bien Sean Phillips. Encore une fois l’artiste se montre très inspiré quant il s’agit d’illustrer les scénarii noir corbeau d’Ed Brubaker. Son trait âpre, rugueux et carré convient parfaitement à l’ambiance de la série et son storytelling est d’une efficacité à toute épreuve. Les lignes marquées composant les personnages font jaillir toute leur histoire et leur solitude sur les seuls traits de leurs visages et les ruelles sombres, bars poisseux et chambres d’hôtels miteuses semblent être la spécialité de cet excellent dessinateur, aussi à l’aise dans le super-héroïque pur (on l’a bien vu sur Uncanny X-Men, signé Chuck Austen) que dans le polar dur et sombre.

Si vous n’êtes donc pas rassasiés des excellents Sleeper et Criminal du tandem Brubaker / Phillips, n’hésitez pas à poursuivre l’expérience avec Incognito. Pour les autres, ça commence un peu à sentir la naphtaline... mais une sacrée naphtaline ! De la très bonne redite, en somme.

Derniers commentaires

You are here: Marvel Incognito t.2 - Mauvaises influences
icone_rss