Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Immortal Iron Fist t.3

Auteur
 Ed Brubaker, Matt Fraction (scénario), David Aja, Kano, Javier Pulido, Tonci Zonjic, Clay Mann, Stefano Gaudiano, Jelena Kevic Djurdjevic, Nick Dragotta, Mike Allred, Russ Heath, Lewis Larosa, Mitch Breitweiser, Khari Evans et Victor Olazaba (dessin) 
Editeur (Collection)
 Marvel Comics
Date de parution
 Juin 2009
Prix
 14€
Nombre de pages
 168
Episodes VO
 Immortal Iron Fist #12-16, Orson Randall And The Green Mist Of Death

 

Tous les 88 ans, la célèbre cité de K'un-Lun organise un tournoi qui oppose les Armes Immortelles des Sept Capitales Célestes. Pour Iron Fist, c'est une bataille impossible qu'il ne remportera que s'il découvre les secrets de son prédécesseur, Orson Randall.

Caca de Kick !

Il y a eu soixante six hommes et femmes qui ont porté le costume de l'Immortal Iron Fist. Des hommes et des femmes de grand courage, valeur et adresse et qui se sont sacrifiés pour leur cause. Ils furent les armes de défense utilisées contre le mal au nom de la cité de K'un-Lun. Ils ont vécu comme des Iron Fist et sont morts comme des Iront Fist. Voici leurs histoires…

Et c'est partie une bonne grosse bouillie visuelle !

Les deux premiers épisodes proposés (#7 et #15) retracent la vie de Wu Ao-Shi et Bei Bang-Wen, tous deux Iron Fist de leur état. Si la deuxième histoire est dessinée par le seul Khari Evans, pas moins de trois artistes (Foreman, Fernandez et Evans) se partagent les pages consacrées à la Reine-Pirate de Pinghai Bay… Autant dire que c'est parti pour l'indigestion graphique… Quand, en plus, le lecteur constate que ces artistes ne sont pas les plus talentueux qui soient, il est déçu (et il a bien raison !). Et ce n'est pas ces scénarios bouche-trous (et qui n'apportent en définitive pas grand-chose à la série) qui vont faire remonter le niveau.

On continue avec Orson Randall And The Green Mist Of Death qui, quant à lui, propose quatre équipes de dessinateurs pour une quarantaine de pages (ah… alors ça va… sic !). Naviguant entre le pire (Russ Heath au sens du dynamisme proche du néant et à la colorisation immonde au possible) et le meilleure (Nick Dragotta et Mike & Laura Allred pour quelques pages cartoony du plus bel effet), ce numéro spécial reste graphiquement assez moyen (LaRosa & Gaudiano et Breitweiser qui, malgré la participation du coloriste Hollingsworth, ne produisent que du sous-Aja sans âme). Pour ce qui est de l'histoire c'est mieux que précédemment. S'attardant sur les rapports houleux qu'entretiennent Orson Randall (l'ancien Iron Fist) et John Aman (le Prince Of Orphans), Matt Fraction arrive à fournir un récit sérialesque en mode série-B référentielle qui tient bien la route, sans toutefois qu'il y ait de quoi fouetter un chat…

Ensuite, c'est au tour de The Partner, The Friend, The Lover (#16), seul épisode sortant du lot dans ce recueil, où l'on retrouve (enfin !) David Aja aux crayons. L'espagnol fait honneur au travail précédemment exécuté sur la série et reste indéniablement très agréable à suivre. Au scénario, Fraction se réveille un peu et fournit finalement de la matière intéressante. Développant les rapports qu'a Dany Rand avec Luke Cage et Misty, l'auteur prépare également le terrain pour l'équipe artistique suivante en offrant sur un plateau d'argent un cliffhanger assez intéressant…

Finalement, le TPB se termine avec The Origin Of Danny Rand, sorte de compilation anecdotique des Marvel Premiere #15 et #16 écrits par Roy Thomas et Len Wein avec des interludes nouvellement créés pas Fraction & Kano pour l'occasion. Les planches de l'époque, par Gil Kane et Larry Hama, sont recolorisées et retravaillées par l'éditeur (mais qu'on m'explique l'intérêt ?!?!). Marvel, ou comment faire du neuf avec du vieux…

En conclusion, avec un seul épisode qui se démarque de la masse, ce The Book Of The Iron Fist fait bien pâle figure… Ne perdez donc ni votre temps ni votre argent et n'achetez surtout pas ce recueil d'une qualité globale plus que discutable…
 
Note :
Critique effectuée sur la base du TPB US, qui comprend Immortal Iron Fist #7, #15-16, Orson Randall and the Green Mist of Death #1 et Marvel Premiere #15-16.

Couverture mensongère !!!

Attention, ne pas se fier à la couverture lors de l'achat de cet album : il est en effet précisé que David Aja en fait partie, alors qu'hormis quelques pages sur le #12 et l'intégralité du #16, l'homme brille plutôt par son absence cette fois-ci. Une grosse déception. Néanmoins, pour ne pas perdre les lecteurs, certains auteurs "pastichent" David Aja avec plus ou moins de réussite. Mais ce n'est pas l'aspect graphique qu'il faudra rechercher dans cet album, les auteurs livrant des compositions alternant entre le plutôt mauvais et le un-peu-plus-que-correct. Seul notre cher Mike Allred, comme d'habitude, arrive encore à nous surprendre et à nous faire regarder certaines pages l'œil pétillant.

Et le scénario dans tout ça ? La conclusion de la saga Les Sept Capitales Célestes, charcutée en deux tomes par Panini, est à la hauteur des ses débuts : une grande saga épique bardée de sous-intrigues, des révélations, des personnages qui prennent des dimensions inattendues... Du tout bon. Et on se surprend à rêver de cette saga entièrement dessinée par David Aja. Mais non.

Le reste est beaucoup moins passionnant, par contre : Immortal Iron Fist #15, comme le #7 dans le tome précédent, revient sur un Iron Fist du passé. Ca se lit sans passion, encore un épisode bouche-trou qui, à part vouloir donner un semblant de dimension à la lignée des Iron Fist, n'apporte strictement rien !

Le one-shot Orson Randall and the Green Mist of Death revient sur le grand-père de Danny Rand, le précédent Iron Fist, et une de ses aventures avec son groupe haut en couleur, la Confédération des Curieux. Le tout en différents moments et donc dessiné par différents dessinateurs qui, néanmoins, relèvent le niveau général des dessins de l'album. Le one-shot est nécessaire en ce sens qu'il apporte des explications à la grande saga qui vient de s'achever, mais le traitement en lui-même est mollasson, pas franchement emballant.

On termine avec le #16 et le retour (enfin !) de David Aja et une histoire sur Danny Rand, sur Terre, dont la conclusion laisse à présager du bon pour la suite. Un épisode qui met tout à plat et part vers de nouveaux horizons. Sympathique.

En bref, pour Iron Fist, il serait peut-être temps de commencer à songer au marché de l'occasion...

3, c'est moins bien que 2

Suite et fin de l'arc Les 7 Cités Célestes, + 3 nouveaux épisodes, dont un one-shot sur Orson Randall. Et c'est bien là que le bât blesse.

Les 3 premiers épisodes, qui concluent donc l'arc, se lisent avec grand plaisir et une rapidité certaine.  Ils sont passionnants, très bien écrits, et enrichissent encore plus le background d'Iron Fist. Ensuite, c'est plus laborieux. Fidèle à leur habitude, Brubaker et Fraction nous racontent l'histoire d'un ancien Iron Fist, ici Bei Bang-Wen, Iron Fist vivant au début du XIXème siècle. Ensuite, nous avons droit à une histoire contant le passé d'Orson et sa relation avec le Prince des orphelins, John Aman, pour finir sur l'épisode 16 US, démarrant un nouveau cycle et envoyant Iron Fist dans une autre dimension, messianique, mais semblant tirée par les cheveux pour le moment.

Donc, une moitié de recueil intéressante, une autre limite ennuyeuse.

Graphiquement, on alterne toujours entre le dessinateur attitré, David Aja, toujours aussi élégant et qui nous fait même le plaisir de dessiner ses deux scénaristes au détour d'une case, et des invités parmi lesquels on notera encore une fois le talent de Kano et Mitch Breitweiser. Les autres, par contre, n'enchantent pas notre regard, même le grand Mike Allred, bien plus à l'aise quand on laisse libre cours à sa créativité. A noter les corps horribles dessinés par Javier Pulido.

Un 3ème tome bien moins intéressant que le précédent et qui augure d'une suite qui ne semble pas démarrer sous les meilleurs auspices.

Derniers commentaires

You are here: Marvel Immortal Iron Fist t.3 - Les Sept Capitales CĂ©lestes t.2
icone_rss