Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Immortal Iron Fist t.1

 

Auteur
 Ed Brubaker et Matt Fraction (scénario), David Aja (dessin)
Editeur (Collection)
 Panini Comics (100% Marvel)
Date de parution
 10 juillet 2008
Prix
 14 €
Nombre de pages
 160
Episodes VO
 Immortal Iron Fist #1-6, Choosing Sides #1 

 

 

ImmortalIronFist_1

 

Orphelin ayant grandi dans la cité secrète de K'un-Lun, Daniel Rand retourne en Amérique en tant qu'Iron Fist, le mystique maître des arts martiaux. Longtemps après, il découvre que l'héritage séculaire des Iron Fist recèle bien plus de secrets qu'il ne l'aurait imaginé. Et ils pourraient bien lui coûter la vie... 100% Marvel : Iron Fist accueille le récit complet L'histoire du dernier Iron Fist extrait de la toute nouvelle série régulière du héros, écrite par Ed Brubaker (Captain America) et Matt Fraction, et illustrée par le prometteur David Aja. Les couvertures originales et des bonus complètent le programme.

 

Attendu de poing ferme

Immortal Iron Fist c'est : une nouvelle série sur un personnage peu exploité ces derniers temps dans l'univers Marvel, co-scénarisé par l'excellent Ed Brubaker (Captain america, Criminal, Gotham Central, etc.) et par Matt Fraction (Punisher: war Journal) et illustré par le très prometteur David Aja ! Je parle de nouvelle série mais initialement il s'agissait d'une mini-série en 6 épisodes qui devant l'engouement des lecteurs s'est transformée en ongoing.

L'histoire nous permet de renouer avec les origines de l'Iron Fist actuel (Danny Rand) dont on apprend qu'il fait partie d'une lignée ancestrale d'Iron Fist qui se transmettent leur pouvoir de génération en génération. Pouvoir qui permet de faire appel à des ressources mystiques pour concentrer l'énergie sur un poing dévastateur.

Voilà une histoire intelligente : l'intrigue est intéressante, les fondements du héros revisités sans pour autant trahir ce qui a été fait avant sur le personnage, les personnages secondaires ne sont pas négligés et laissent augurer des interactions futures épicées. Alors bien sûr en 6 épisodes, ça aurait pu être un peu plus dense... Les motivations d'Orson Randall auraient mérité d'être mieux étayées et le recours à l'Hydra pas forcément le choix le plus judicieux. Au global, ça reste quand même une bonne histoire extraordinairement mise en valeur par un David Aja en grande forme. Qu'il s'agisse du dessin à proprement parler ou du découpage des planches qui laisse de la place au blanc pour des effets visuels de qualité. Aja qui laisse à d'autres dessinateurs le soin d'illustrer les planches dans lesquelles on revient sur les Iron Fist du passé.

A noter que le volume est complété par le Choosing Sides consacré au personnage qui avait remplacé son ami Matt Murdock en tant que Daredevil durant Civil War.

Au final, voilà une série vraiment bien foutue dont j'attends la suite de poing ferme !

 

Un poing, c'est tout ?

Brubaker, Fraction, Aja, Hollingsworth. Je crois qu'on aura du mal à trouver casting plus alléchant.

Autant évacuer le désagréable d'emblée : côté scénario le résultat est mitigé. Certes c'est assez malin, certaines répliques et situations font mouche, c'est bien au dessus de la production standard et c'est agréable à lire. Mais bon sang on parle de Brubaker ET Fraction là ! Les deux ont fait cent fois mieux chacun de leur côté, d'où la déception. On a l'impression qu'il faudra attendre de lire les six numéros suivants pour apprécier ce début. Un peu rageant, surtout pour un perso relativement simple comme Iron Fist où il est possible d'entrer directement dans le vif du sujet. Le team-up avec Orson Randall et l'idée d'héritage sont tout de même prometteuses.

Si on peut râler après les scénaristes, on ne peut pas reprocher grand chose à David Aja. Maitrise du storytelling parfaite, chorégraphies des combats, dialogues : le garçon sait rythmer et agencer ses cases. C'est un ravissement pour les yeux, on en redemande. Du coup les séquences de flashback livrées aux autres dessinateurs paraissent bien fades quand elles ne sont pas carrément ratées. 

Une très bonne série, au démarrage un peu lent mais dotée d'une partie graphique de haute volée.

Un excellent poing de départ...

Un peu comme Doctor Strange: The Oath pour Doc Strange, ces 6 premiers épisodes d'Immortal Iron Fist constituent le point de départ parfait pour relancer le personnage: Un aperçu de ses origines, de sa personnalité, de ses ennemis, et du "genre" que constitue ses épopées (à savoir ici un mix de polar et de films de kung-fu, mysticisme compris, avec un zeste d'humour).

Au niveau du scénario, c'est du bon boulot, une intrigue alléchante et qui nous fait tenir tout du long, un brin classique certes mais quand même très bien faite. Seul la fréquence des passages de voix-off "mystique zen" m'a un peu gavé, car ils sont assez lourds sur la durée. A part ça, également beaucoup d'action dans ce récit. Un tantinet déçu quand même par le scénario, bon et sans réels reproches toutefois, mais avec des pointures comme Matt Fraction et surtout Ed Brubaker sur le titre, on était presque en droit de s'attendre à mieux.

Par contre, au niveau du dessin, c'est la grande claque. Le trait réaliste et pourtant très personnel et classe de David Aja fait merveille dans ce récit, c'est réellement un grand régal pour les yeux. Son sens de la mise en page est d'une grande intelligence, et puis rien que la scène du baston du début dans laquelle il imite Lark sur le 1er arc de Daredevil de Brubaker vaut le coup d'oeil.
On en regrette presque les divers dessinateurs qui viennent illustrer les quelques scènes dans lesquelles on retrouve les ancêtres de l'Iron Fist actuel. Parmi eux, certains sont très bons, d'autres moyens, mais en tout cas aucun ne surpasse David Aja, une des révélations du moment!

En bref, un très bon récit, certes assez prévisible sur le scénario, mais bénéficiant de dessins d'une grande classe. L'achat obligé du mois.

 

Kung Fu Fighting

Voilà le tant attendu Immortal Ironfist de Brubaker et Fraction. Alors, bien sûr, j'attendais beaucoup de ce premier volume, ceux qui ont lu ma présentation comprendront.

Et au final, je ne suis absolument pas déçu comme l'ont pu l'être certains tant les 2 scénaristes arrivent à faire leur un perso inventé il y a quand même plus de 30 ans maintenant, à le dépoussiérer (aidé en cela par le magnifique Aja qui a bien relooké Danny rand) tout en préservant son essence originelle.

Alors, oui, peut être qu'on aurait aimé en savoir plus sur les relations de Orson Randall avec le père de Danny ou encore que la partie concernant l'Hydra aurait pu être plus développée mais au final, c'est très bien foutu, les scènes du passé s'intercalant très bien avec les scènes d'aujourd'hui, le perso de Danny Rand acquiert une personnalité beaucoup plus torturée, peut être plus fouillée (je confesse ma méconnaissance de la série originelle de Claremont mais dans les épisodes glanés ça et là, je ne me souviens plus avoir vu un perso autant en recherche de son identité) et on n'oublie pas le clin d'oeil au passé avec la désormais fameuse équipe d'Héros à louer.

En bref, la lecture du mois de juillet côté Marvel

Page 1 sur 2

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Derniers commentaires

You are here: Marvel Immortal Iron Fist t.1 - L'Histoire du dernier Iron Fist
icone_rss