Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Back To The Basics !

Tandis que les Fantastic Four sont aux prises avec le Dr. Doom, Diablo ou encore Hammerhead, un grand sentiment de culpabilité chez Reed Richards l'amène accidentellement à faire muter son ami Ben, The Thing, sous une forme encore plus grotesque…

Juillet 1981, après un tour de chauffe de quelques épisodes avec notamment Joe Sinnott, John Byrne prend les rênes du plus grand comic-book du monde (dixit Stan Lee) : Fantastic Four. Dès l'épisode #232, le canadien d'origine britannique se charge des scénarios, du dessin et de l'encrage pour un run de 6 ans qui restera dans les annales !

Comme l'indique l'intitulé du premier épisode 100% Byrne (#232, Back To The Basics !), l'artiste compte bien retrouver la magie qu'était celle de la série pendant l'ère Lee/Kirby. Pour ce faire, il va travailler sur les deux grands axes inhérents au titre. Premièrement, il va confronter ses héros à des menaces de taille qui sont ''classiques'' pour les FF (le Dr. Doom, Diablo, etc...), mais aussi à des dangers plus excentriques (Ego The Living Planet dans les superbes épisodes #234-235, ou encore les ''créatures'' dans Wendy's Friends, #239). Et deuxièmement, il va beaucoup approfondir le côté soap de Fantastic Four, et donc les rapports entre les différents protagonistes. Il en résulte des scénarios très verbeux où il n'est pas rare de voir les phylactères remplir une bonne partie des cases. Cependant, cette manière de faire de Byrne est en quelque sorte un mal nécessaire qui va dans l'intérêt du développement des personnages. De plus, l'alternance entre scènes d'action et celles plus introspectives est très bien gérée par l'auteur, ce qui fait qu'on est rarement gêné par cette abondance de texte. Un début de run des plus prometteurs !

Sans doute inspiré par le style naturaliste de (entre autres) Neal Adams, John Byrne produit des planches de toute beauté. Dans la même lignée que ceux de son passage sur Uncanny X-Men avec Chris Claremont, les dessins de l'artiste sont fins, classieux tout en transpirant force et énergie. Grâce à un storytelling standard mais très bien rythmé (les cases s'enchaînent avec une grande fluidité), et par son trait précis et assuré, Byrne ne déçoit pas. Un travail de qualité qui perdure à travers les années.

Si vous aviez suivi ces aventures étant enfant dans Nova, vous ne pourrez qu'être à nouveau conquis par l'imaginaire sans borne de John Byrne ! Et pour les autres… Il n'est jamais trop tard !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Derniers commentaires

You are here: Marvel Fantastic Four t.1 - John Byrne Visionaries Back To The Basics !
icone_rss