Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Daredevil vol.2, t.15 - Le Diable En Cavale

Auteur
 Ed Brubaker (scénario), Michael Lark, Stefano Gaudiano (dessin)
Editeur (Collection)
 Panini Comics (Collection 100% Marvel)
Date de parution
 Octobre 2008
Prix
 12.00 €
Nombre de pages
 144
Episodes VO
 Daredevil, vol.2 #88-93

 


En quête de vérité, Daredevil part loin de son paysoù l'attend une aventure sombre et truculente. Le Diable Rouge réussira-t-il à retrouver le mystérieux criminel qui s'est juré de le supprimer, ou son voyage en Europe lui sera-t-il fatal ?


Je me balladais en Europe Occidentale ...

Changement radical de décor pour l'un des plus new-yorkais des super-héros, Daredevil. En effet, nous le retrouvons, ici, en périgrinations de Monaco à Sintra, de Sintra à Paris, pour finir à Zurich, à la recherche du meurtrier de son ami de toujours, Foggy Nelson, sur lequel est centré le premier épisode.

Ne vous attendez cependant pas à faire du tourisme. Ici, place à l'enquête, à l'action, aux doutes de Matt Murdock, jusqu'au dénouement final.

Sous couvert d'un personnage super héroïque, Brubaker nous pond un récit de détective, que ne renierait pas Batman, dont on retrouve une analogie dans le traitement de Daredevil envers un de ses plus grands ennemis. Ici, Matt murdock est mis face à ses choix, et les responsabilités envers ceux ci, et notamment les drames qu'ils ont entraîné. On entre vraiment dans l'intimité du personnage, et de quelques autres autour, tels Foggy et ... non, vous le découvrirez vous-même, c'est mieux.

Au dessin, Michael Lark. Que dire ? J'adore, c'est net, vif, précis, ça bouge bien, c'est tout sauf statique et, en même temps, on voit les émotions, on entend les personnages parler. Cependant, j'ai la désagréable impression que l'histoire se déroule de nuit parce qu'il ne peut en être autrement. Je ne sais pas si Lark peut faire évoluer son style pour représenter une action de jour, comme avait pu le faire Alex Maleev avant lui.

Ne vous trompez pas, avec Brubaker, pas de problème, il trouvera toujours un terrain de jeu favorable et la suite de Bendis est, ma foi, fort bien tenue.

Ce n'est pas pour rien que Daredevil est la série la plus longue parue à ce jour en librairie.

Promesses non tenues

Après le prodigieux run de Brian M. Bendis et Alex Maleev sur Daredevil, il va sans dire qu'il fallait un sacré cran et de sacrés capacités pour prendre la suite de ces deux auteurs... Les noms de la relève étaient néanmoins rêveurs également : pensez, l'actuel maître du polar Ed Brubaker et le dessinateur Michael Lark ! Après une première saga magnifique en tout point qui prenait la relève du duo sacré avec brio, quelle ne fut pas ma déception devant ce tome. Une déception due en grande partie à Ed Brubaker.

Hormis un premier épisode assez prenant sur Foggy Nelson et son caractère (magnifiquement mis en image par David Aja), et une conclusion pleine d'humanité et de promesses, l'ensemble se révèle bien plat... Brubaker connait son travail et le fait, en se contentant seulement de rouler des mécaniques : alors certes il y a de l'action, des révélations, du suspens, une ambiance sombre, des flingues, des personnages de la Marvel ayant subis un lifting, certes il s'agit là d'un bon polar, mais il manque le principal à un travail de ce genre : une âme. Et ici j'ai senti qu'Ed Brubaker nous livrait un scénario sans passion, juste destiné à remplir le cahier des charges. Alors d'accord cela reste un cahier des charges haut de gamme, mais à côté de la première saga du tandem on pouvait espérer largement mieux.

Sur les dessins heureusement que Michael Lark vient sauver le récit en proposant une mise en scène classique mais d'une incroyable efficacité, le tout desservi par son trait très réaliste et expressif, un dessinateur qui sait à merveille retranscrire les ambiances, les lieux d'une scène... Un dessinateur parfait pour du polar ! Malheureusement son dessin est desservi par des couleurs fadasses de Frank d'Armata.

En bref, un deuxième tome du tandem Brubaker / Lark en demi-teinte, surtout devant l'incroyable qualité de leur premier récit.

 

Derniers commentaires

You are here: Marvel Daredevil Daredevil vol.2 t.15 - Le Diable En Cavale
icone_rss