Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Daredevil : The Man Without Fear

Daredevil : Year One

Élevé par son père seul, un boxeur affilié à la mafia et pour qui la dernière chance de faire les choses bien lui coûta la vie, Matt Murdock est un enfant harcelé et raillé par ceux de son âge. Devenant aveugle suite à un accident durant lequel il sauve un vieillard, Matt se révèle avoir une volonté que rien ne peut ébranler. Son histoire est un récit d'amour, de souffrance, de désillusions et de force… Son histoire est celle de Daredevil !

Pour les 15 ans de The Man Without Fear, Marvel Comics met les petits plats dans les grands et réédite cette pierre angulaire de la mythologie dardevilienne dans un somptueux hardcover qui vaut le détour. En sus des 5 épisodes de la minisérie, on y trouve évidemment les couvertures originales… Des crayonnés d'essais de couvertures… Des pinups… Des planches ''coupées au montage''… Mais surtout, le traitement original de Miller refusé par Hollywood pour ce qui devait à la base être un film (et quand on voit le résultat de la purge de Mark Steven Johnson, on se demande ce à quoi pensent les gens des studios !)… Egalement des parties du scénario BD retravaillé… Et finalement, une retranscription de conversations téléphoniques hilarantes entre Romita Jr, Miller et Ralph Macchio (l'éditeur de l'époque pour le personnage)… Autrement dit : on ne se fout pas de notre gueule ! Mais bien sûr, le plus important reste l'œuvre en elle-même…

Pour ce récit pensé à la base comme un graphic novel qui aurait du être édité en un seul recueil, Frank Miller fait, en quelque sorte, son Daredevil : Year One. Partant des origines simples et ''archétypalement marvelliennes'' (le produit radioactif qui rend Matt aveugle et aiguise ses autres sens pour le faire devenir un super-héros), le scénariste va, avec justesse et sans jamais trop en faire, raconter l'histoire de cet enfant élevé seul par son géniteur et écrasé par les autres jeunes de son milieu. Dès le départ, on retrouve donc un grand thème cher à Miller, la construction de soi dans la souffrance et la peine. Une affliction psychique, tout d'abord, par le fait de ne pas avoir de mère et d'être mis au ban de la société par ceux qu'il côtoie. Mais également un mal physique, par la suite, résultant de l'apprentissage martial et mental infligé par Stick au jeune homme suite à son accident. Un autre leitmotiv de l'auteur qu'on retrouve ici est le jusqu'au-boutisme de son personnage quand ce dernier venge la mort de son père allant jusqu'à tuer (par accident) une prostituée, dommage collatéral de sa soif insatiable de justice. Comme souvent chez Miller, le héros doit aller jusqu'au bout, foncer dans le mur pour ensuite à nouveau pouvoir se reconstruire via une remise en question longue et douloureuse qui l'amènera sur le chemin de la rédemption... Plus loin, on retrouve une Elektra, protagoniste si chère au scénariste, sur la brèche et à la limite de la folie, dans une relation amoureuse dangereuse et des plus alambiquées (encore un sujet de prédilection pour Miller) avec un Matt Murdock plus âgé, et déjà ami d'un certain Foggy Nelson... Puis enfin le début de la confrontation avec The Kingpin, l'ennemi juré de l'Homme Sans Peur… Pour finalement arriver à la genèse d'un mythe : Daredevil. Une œuvre fondamentale pour Matt Murdock et son alter-ego.

Aux dessins, John Romita Jr. fait rêver. Magnifiant le script de Miller, l'artiste, encré par Al Williamson, fait mouche à chaque planche. Ces personnages massifs aux visages marqués par la vie, ces jeux d'ombres et multitudes de traits qui amènent une réelle ampleur graphique, ces compositions de pages variées qui donnent le rythme avec dynamisme et puissance… Tout s'imbrique au millimètre, parfaitement, pour offrir un résultat somptueux et totalement immersif. Et quand, en plus, comme c'est le cas ici, la colorisation pondérée et équilibrée de Christie Schelle amène une réelle valeur ajoutée, le lecteur est comblé.

Un Frank Miller inspiré, un John Romita Jr. en état de grâce, une édition classieuse… Un must-have !

Derniers commentaires

You are here: Marvel Daredevil Daredevil mini-séries Daredevil : The Man Without Fear
icone_rss