Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Criminal vol.2, t.3 - Morts en sursis

 

Auteurs
  Ed Brubaker (scénario), Sean Philips (dessins)
Editeur (Collection)
  Icon (Marvel Comic)
Date de parution
  Février 2009
Prix
  13.95 €
Nombre de pages
  104
Episodes VO
  Criminal vol.2 #1-3

 

1972. Jake "La Grogne" Brown n'est pas encore le patron boiteux de l'Undertow et c'est fièrement qu'il parade sous les projecteurs des rings de boxe. Teegar Lawless, père de Tracy, débarque du Vietnam avec pour seules compétences, sa déconcertante facilité à flinguer. Point d'achoppe de ces destins : Danica, femme fatale, manipulatrice et... véritable tragédie vivante !

DĂ©jĂ  mort...

Si avec le volume 1 de Criminal Ed Brubaker écrivait d'excellentes histoires rendant hommage aux films noirs et à tout un pan de la culture populaire (qu'elle soit littéraire ou cinématographique), avec cette nouvelle série (Criminal Vol. 2, donc) l'auteur-star de Marvel nous offre un petit chef-d'œuvre !

Trois épisodes pour trois destins croisés, ce The Dead And The Dying voit Brubaker réutiliser ce qu'il avait déjà expérimenté dans les précédents recueils Coward et Lawless, l'améliorer et finalement le magnifier dans un récit à trois voix absolument somptueux ! Que cela soit par des dialogues succulents ("That was when I realized something… All pussy may drive men crazy… But my pussy was a deadly weapon."), par les personnages magnifiquement définis ou par cette histoire simple remplie de désillusions, tout ici tend vers une œuvre solide et définitive !

Comme précédemment, les personnages de Criminal prennent vie sous le crayon de Sean Phillips. N'ayant plus rien à prouver, le dessinateur continue son travail dans la même veine qu'auparavant. Mise en scène simple mais efficace, dessins rugueux mais expressifs, ici il n'y a pas de place pour l'esbrouffe ! L'artiste sert l'histoire sans ne jamais trop en faire… Et c'est tant mieux !

La grande classe !
 
Note:
Critique effectuée sur la base du TPB US. 

Anti-héroïne (mauvais jeu de mots inside)

Troisième story-arc pour Criminal et les choses ont changé. Phillips enchaîne plus que de coutume les plans resserrés sur les visages des protagonistes, l'occasion pour nous de constater à quel point son trait brut et ses aplats de noir charbonneux font des merveilles pour restituer l'ambiance voulue par Brubaker. On sent ce dernier soulagé d'avoir un dessinateur aussi talentueux pour mettre en image tous les non-dits du script : les silences prennent une importance presque palpable, jamais de redite entre les images et les phylactères, preuve d'une osmose créatrice bien rodée. Phillips se paye même le luxe de dépasser le cadre classique et efficace de cette bd hard-boiled en offrant une séquence de flashbacks originale dans le chapitre 2. Si le procédé utilisé (l'emploi de cases noires pour suggérer une ellipse) n'a rien de nouveau, la fréquence et le rythme employé par Phillips amènent cette technique à un niveau supérieur. Vraiment le moment de bravoure de l'album.
Mais il faut bien pinailler donc allons-y, je regrette la cohérence graphique de Lawless (le tome précédent) en termes de couleurs. The Dead and The Dying, pour une raison évidente, arbore trois différentes ambiances de colorisation, pour autant ça n'est pas une franche réussite. Si les couvertures et les (trop) rares séquences de rêve de Dannica offrent une expérimentation réussie de la part de Phillips, les couleurs du chapitre de Danni auraient gagné à être plus chaudes, afin d'être en adéquation avec la nature sulfureuse et capiteuse du personnage.

Le vrai changement vient de Brubaker. Criminal était à la base conçue comme un label d'histoires indépendantes les unes des autres. C'est un peu moins vrai à présent puisque le chapitre 2 de The Dead and The Dying fait une référence directe à Lawless. Pour autant on peut toujours se contenter de lire n'importe quel arc dans l'ordre de son choix sans que ça ne créé de gênes à la lecture. Pas de continuité étouffante, chaque album offre une histoire complète. Et encore une nouveauté, chaque chapitre de The Dead and The Dying est pratiquement une petite histoire indépendante. Brubaker réussit l'exercice de style assez délicat de construire une trame à l'aide de quasi one-shots. Syndrome Stray Bullets (un jour je ferrai un dossier sur cette série, promis) qui n'est pas pour me déplaire. Cependant, il convient de modérer sa petite prouesse, cet arc présente une structure plus lâche que les deux précédents. Le concept de changer de point de vue à chaque chapitre y est pour quelque chose mais c'est surtout l'absence d'intrigue conséquente qui donne cette sensation d'avoir lu quelque chose d'un peu vaporeux. Il y a certes un fil conducteur mais j'aurai apprécié un quatrième chapitre pour étoffer l'ensemble.
D'un autre côté, le maître mot de l'album est "caractérisation". Cet arc est avant tout une galerie de personnages et pour le coup Brubaker s'en sort haut la main. A cela s'ajoute sa langue affûtée, ce ton qui fleure parfois l'exagération tant il connaît et maitrise les canons du noir. On pense à Wesltake, Chandler et autres lorsqu'on savoure les petites phrases au style tranché dans les phylactères de narration.

Le rythme a changé, cet arc est l'occasion d'offrir une étude de personnages et sur ce point la structure adoptée est pertinente. Je préfère Lawless mais Criminal continue bien sur sa lancée de petit bijou de la bande dessinée policière.
 
Note:
Critique effectuée sur la base du TPB US. 

Trio fatal

Dans ce troisième album de Criminal, Ed Brubaker rompt avec la traditionnelle narration des deux précédents récits pour nous proposer un schéma plus original : une histoire commune, 3 épisodes avec chacun 1 protagoniste différent, qui nous racontera sa propre version de l'histoire.

Une histoire sombre, désespérée, peuplée d'âmes qui ne vont faire qu'essayer de se racheter, qu'essayer de sortir de leurs cercles vicieux... Brubaker n'a pas son pareil pour écrire un polar qui ne nous lâche pas, qui nous possède même après la lecture : maîtrise du dialogue et surtout des mots, scénario pourtant assez simple mais tout sauf simpliste, caractères des personnages tous très bien ficelés et mobiles compréhensifs, ambiance noire, très noire.

Sean Phillips continue lui aussi son travail avec son dessin rugueux et plutôt classique, aux relents très sombres qui correspondent bien au scénario, et s'en sort encore une fois admirablement pour nous conter le récit de ces âmes en déchéance, le tout dans un décors somptueux.

En bref, un excellent polar qui culmine à des lieues au-dessus du reste, peut-être légèrement en-dessous du deuxième tome mais quel pied quand même. A posséder absolument.

Derniers commentaires

You are here: Marvel Criminal Criminal vol.2 t.3 - Morts en sursis
icone_rss