Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Captain Marvel vol.4 t.1

Auteur
    Peter David (scénario), Chriscross (dessins)
Date de parution
   Juin 2003
Prix
    14,99$
Nombre de pages
    136
Episodes VO
    Captain Marvel vol.4 #1-6   
 Correspondance VF
   Marvel Heroes Hors-Série 18 - Ed. Panini

 

 

He is the son of Mar-Vell, once the greatest warrior the galaxy had ever known. Spawned in a test tube and prematurely aged to maturity, Genis now struggles to fill the boots of his late father--the boots of Captain Marvel. Therein lies the problem. For Genis has inherited his father's greatest gift, the ability of Cosmic Awareness, a oneness with the universe that allows him to know what will happen, what may happen, and what should happen to every living thing in the universe. You might think such knowledge would drive a person mad... and you'd be right.

You make me crazy !

Après la fin, un peu laborieuse, du précédent volume, Captain Marvel et son moléculairement lié Rick Jones sont de retour… seuls. Vraiment seuls, sans Marlo, Thanos, Dragon Lune, Drax ou autres personnages pouvant perdre les nouveaux lecteurs (même si j’avais trouvé le volume 3 très accessible, même aux nouveaux).

Qui est Captain Marvel ? Toute son histoire est efficacement résumée au début du volume mais je vais en faire un autre, peut-être moins efficace mais plus concis. Genis-Vell est le fils du Kree Mar-Vell, le premier Captain et d'Elysius, une Titanienne (habitante de Titan), jusque là ça va. Mais Genis n’a pas été conçu normalement, c’est plusieurs années après la mort de son amour qu'Elysius a décidé d’avoir un enfant avec lui par clonage. De plus, Genis est né adulte, son enfance n’est que faux souvenirs greffés dans son cerveau. Il est cosmiquement conscient, un don de voyance amélioré, « je suis branché à l’Univers à jeun », qui lui permet de savoir où agir, et il manie l’énergie photonique de milles façons.

Qui est Rick Jones ? Le sidekick Marvel, il est plus ou moins responsable de la création de Hulk et a été le partenaire de Captain America. C’est un humain normal entraîné par Captain America au combat.

Dans ces six premiers épisodes, Peter David a décidé de rendre Captain Marvel fou. Genis s’entraîne depuis plusieurs mois et un volume à contrôler sa conscience cosmique et a acquis un meilleur contrôle de l’énergie photonique. Après ces longs mois de méditations, Genis croit contrôler parfaitement sa Conscience Cosmique… erreur. Et c’est ce qui va déclencher son « pétage de plombs ».

Peter David est assisté par Chris Cross comme dans le précédent volume et on peut dire que son style a vraiment évolué depuis le début de sa collaboration avec PAD sur cette série. Son trait très efficace est de temps en temps « pourri » par une absence d’encrage mais beaucoup moins qu’avec Larocca. Il ne dessine malheureusement que quatre sur les six épisodes et Ivan Reis et Paco Medina font bien pale figure à côté de lui.

Quand au scénariste, il semble vraiment vouloir faire autre chose, que le fait de changer de volume ne soit pas un simple coup marketing. Même si son personnage cherche encore à comprendre ce qu’est un super-héros et à régler ses problèmes avec le souvenir/l’héritage de son père légendaire décédé avant sa conception, il le fait de façon totalement différente. On pourrait alors hâtivement taxer ce volume de plus sombre, dur, violent et adulte, certes ce n’est pas totalement faux mais ce serait faire un énorme raccourci. Peter David ne fait pas dans le grim’n’gritty et ça reste, autrement, mais souvent drôle.  Et, si mes souvenirs sont justes, ma première lecture je l’avais vraiment trouvée très prenante avec un Captain Marvel qui fait vraiment peur, pas dans le sens Superboy « j’aime arracher des bras » Prime mais dans celui « je suis fou, froid et calculateur ». Il fait d’autant plus peur que Rick Jones n’a plus aucun pouvoir sur Genis et ne peux donc plus le guider avec son côté humain. C’est dans l’humain normal qu’on attend le plus, c’est le seul qui peut sauver l’univers pas le demi-dieu qui voit l’ensemble de la création.

Un scénario et un dessin efficace, que demander de plus ? Une bonne fin vraiment étonnante ? Bah on l’a.

Une très bonne série qui n’avait malheureusement pas trouvé son public.

Derniers commentaires

You are here: Marvel Captain Marvel vol.4 t.1 - Nothing to Lose
icone_rss