Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

t.18 - Lucille...

Walking Dead t.18
Auteur
Robert Kirkman (scénario), Charlie Adlard (dessins)
Editeur (Collection)
Delcourt (Contrebande)
Date de parution
Septembre 2013
Prix
13€95
Nombre de pages
144
Episodes VO
The Walking Dead #103-108
walking dead 18

A la suite du traumatisme de la mort de Glenn, plus rien ne sera jamais comme avant. Rick semble accepter sa soumission à Negan, tandis que Carl échappe à la surveillance de son père et se rend chez les Sauveurs, sur les traces de leur leader... Cette transition marque un véritable renouveau dans la série Walking Dead. Son créateur continue à faire avancer son récit en nous surprenant à chaque nouveau rebondissement. Mais depuis le début de la saga, les fans ont appris à ne jamais se fier aux apparences...

Walking Dead l'attente...

Lors du tome précédent, nous avions quitté notre groupe en fâcheuse posture : entre le décès brutal d’un des membres les plus anciens, et la soumission à Negan, gourou psychopathe faisant régner sa terreur sur ses « propriétés », un peu à la manière du Gouverneur, l’heure n’était pas à la joie... Mais Rick ne l’entend pas de cette oreille, et va feindre l’obéissance avec quelques acolytes pour mieux pouvoir prendre Negan et ses « Sauveurs » à revers !

wDepuis quelques tomes, la galerie de personnages de Walking Dead s’est considérablement amoindrie, et va permettre à Robert Kirkman de se concentrer efficacement sur moins d’une petite dizaine de personnages, avec tout le talent qu’on lui connaît, tout en proposant tout de même une multitude de personnages secondaires sommairement mais plutôt bien caractérisés. Le récit se veut donc foncièrement plus intimiste que précédemment, tout en étant beaucoup plus anxiogène. En effet, les 6 épisodes que compose l’album sont principalement centrés sur le jeune Carl (fils de Rick) et sur Negan, ainsi que sur leur relation mutuelle qui va s’établir dans la douleur. Jouant de la dualité de ces deux protagonistes principaux, le récit est presque uniquement basé sur le rapport de force qu’entretient le groupe de Rick avec Negan et ses sbires/esclaves. Et même si la ressemblance avec le Gouverneur peut gêner, et que l’ensemble manque légèrement de rebondissements, on attend encore une fois impatiemment la suite tant Kirkman sait jouer avec nos nerfs en nous assénant un récit tendu, sombre mais d’une fluidité narrative à toute épreuve. Et au clifhanger jouissif et surprenant.

Et pour ce qui est de Charlie Adlard, son efficacité commence à sentir un peu la mécanique... Lassitude de l’auteur ou du lecteur ? Sans doute un peu des deux, et il faut avouer qu’il n’est pas très évident, après une centaine d’épisodes dessinés, d’arriver à se renouveler avec toujours le même univers, les mêmes personnages et les mêmes mort-vivants (qui sont décidemment de plus en plus relégués au second plan). Il n’empêche qu’il est toujours aussi compétent et qu’il correspond totalement à l’ambiance mortifère de la série avec son trait de plus en plus gras et rugueux (les regards désespérés ou haineux des personnages sont réellement impressionnants). En somme, un dessinateur toujours aussi bon, auquel on ne peut reprocher qu’une certaine « habitude » de la part du lecteur... Mais est-ce bien de sa faute ?

Ce dix-huitième tome, malgré sa qualité, reste un album de transition relativement bien mené, qui place ses pions tout en continuant d’approfondir certains des personnages essentiels de la saga. La suite, vite !

Derniers commentaires

You are here: Image Walking Dead t.18 - Lucille...
icone_rss