Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Torso

Auteur
    Brian M. Bendis et Mark Andreyko (scénario), Brian M. Bendis (dessin)    
Editeur (Collection)
    Semic (Semic Noir)
Date de parution
    Octobre 2002
Prix
    15 €
Nombre de pages
    246
Episodes VO
    Torso #1-6

 

 

Des meurtres en série semblent répondre à une logique, celle d'un fou. Nous sommes à Cleveland, aux USA, en 1935 et le Directeur de la sûreté Eliot Ness, après avoir bouclé Al Capone (comme raconté dans les Incorruptibles), enquête sur l'affaire. Mais l'assassin ne laisse que les torses de ses victimes, ce qui rend l'identification impossible. Par la BD, Brian Bendis nous fait découvrir cette histoire vraie du premier serial killer reconnu. Hitler en aurait même parlé comme preuve de la décadence de l'empire américain ! C'est dire si l'histoire est célèbre. La partie éditoriale en sus de la BD regroupe des articles de journaux et des commentaires de l'auteur, pour comprendre les dessous de cette affaire dont la conclusion officielle diffère de la réalité. Le dessin noir et blanc très épuré rehausse l'ambiance sombre de polar et le côté véridique est soutenu par de véritables clichés.

Avant Seven et Leatherface...

Torso, ou l'histoire du premier serial-killer américain.

Elliot Ness, après son succès avec les Incorruptibles, où il avait, je le rappelle, démantelé le syndicat du crime d'Al Capone, a été embauché à Cleveland afin d'y faire régner l'ordre une bonne fois pour toutes. Seulement il devra faire face à une série de meurtres inexpliqués, et pour cause: la ville de Cleveland aura affaire au tout premier serial-killer de l'histoire des Etats-Unis.
Forcément, Brian M. Bendis, natif de Cleveland, ne pouvait que s'intéresser à cette histoire pour le moins étonnante.

Aidé par le scénariste Mark Andreyko, les deux compères vont tisser une histoire dense mais pourtant très aérée, terriblement tendue et aux dialogues savamment étudiés (Bendis est un maître dans l'art des dialogues-fleuves, et ne sera sans doute jamais aussi bon que sur Torso). Une histoire très prenante qui ne vous lâche pas jusqu'à la conclusion.
Pour ce faire, ils ont habilement mélangé histoire et fiction: Bien sûr que les dialogues sont inventés, mais ils rendent les personnages encore plus réels et attachants. L'histoire quant à elle reprend religieusement la véritable enquête, et le récit est parsemé d'extraits de journaux et de photos d'époque. Photos parfois macabres, quand il s'agit de photos d'autopsies ou de morceaux de corps retrouvés. Oui, morceaux, car Torso est un thriller dans le genre de Seven ou des Rivières Pourpres, sauf qu'ici le serial killer et ses faits ont réellement existés. C'est sans doute cela qui rend le récit encore plus effrayant.

Au niveau des dessins, c'est Bendis qui s'y colle pour nous prouver qu'en étant un excellent dialoguiste et scénariste on peut également être un très bon dessinateur. Le dessin très intelligent de Bendis sait justement se mettre en retrait au profit des dialogues, à qui il laisse la part belle. Le dessin ici ne sert souvent qu'à illustrer les propos, ici le dessin ne sert pas l'histoire mais ce serait plutôt le contraire, dans un noir et blanc très contrasté. Et, même si le dessin de Bendis peut présenter quelque défaut (il est un peu trop simple et on voit que Bendis ne connait que les bases), il utilise à la perfection l'art du découpage et toute ses ressources disponibles sur la page, et sait à merveille rendre une ambiance.

En bref, fanas de récits noirs, de polars très sombres, de récits de sérial-killer ou simplement intéressés par une partie de l'histoire de l'Amérique, ruez-vous sur Torso. Fans de comics, ruez-vous sur Torso. Fans de bande-dessinée, ruez-vous sur Torso. Ruez-vous sur Torso. 

Derniers commentaires

You are here: Image Torso
icone_rss