Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Spock - Réflexions

Star Trek : Spock - Réflexions
Auteur(s) Scott & David Tipton (scénario), David Messina (dessin)
Editeur (collection)
Delcourt (Contrebande)
Date de parution
Février 2010
Prix 12€90
Nombre de pages
104
Episodes VO Star Trek - Spock : Reflections #1-4
spock reflexions

L'espace infini. Les deux passagers d'un transporteur - l'un, Saurien, bavard, l'autre, Vulcain, en pleine introspection -, bloqué à la frontière des territoires de la Fédération, attendent la permission de poursuivre leur route vers la Terre. Durant ce long voyage, Spock se remémore les événements de sa vie passée : de son enfance à batailler pour se faire une place dans la société vulcaine à la visite du capitaine Harriman à bord de l'Enterprise qui suivit la mort du capitaine Kirk.

Pierre - feuille - ciseaux - lézard - Spock

« Retrouvez dans ce récit inédit le personnage central et emblématique de la saga Star Trek, tel qu’il apparaît dans le film de J.J. Abrams. » : attention, l’accroche que l’on trouve sur la 4ème de couverture de ce Spock : Réflexions est on ne peut plus trompeuse, puisqu’on ne retrouve pas ici le Spock de l’univers Star Trek de J.J. Abrams (qui est un univers parallèle à l’univers originel), mais bien le Spock datant de la 1ère série Star Trek (1966 à 1969) et des 7 premiers films qui ont suivis (1979 à 1994). Pour preuve, la planète Vulcain existe toujours, et surtout il est constamment fait référence aux événements qui se sont passés dans la série TV et dans les films, notamment dans le septième film (« Star Trek Générations ») qui fait le lien entre la premier équipe du capitaine Kirk et l’équipe de Star Trek : La Nouvelle Générations emmenée par le capitaine Picard.

Des comics Star Trek ? Vraiment ? Il faut dire Star Trek n’a jamais percé en France et que les bandes dessinées sorties dans nos contrées estampillées du nom la célèbre saga sont rares : on peut seulement compter 12 tomes provenant des éditions du Rempart, datant du milieu des années 70 et comprenant quelques numéros de la série Star Trek des éditions Gold Key, avec Len Wein au scénario (le créateur du personnage de Wolverine et de Swamp Thing), 8 numéros sortis chez Arédit/Artima comprenant les 20 premiers numéros de la série Star Trek de DC plus un hors-série sur le film Star Trek III (avec des scénaristes renommés comme Mike W. Barr (Camelot 3000) ou Marv Wolfman (Teen Titans)), et trois albums parus chez Sagéditions, le tout dans les années 80. Mise à part cela, Delcourt a sorti trois tomes en voulant surfer sur le reboot de la franchise par J.J. Abrams : Compte à rebours (octobre 2009), Spock : Réflexions (février 2010) et Leonard McCoy (avril 2011). Malheureusement, la série n’a pas reçue le succès escompté et a été abandonnée après.

Alors que de l’autre côté de l’Atlantique, l’univers science-fictionnesque de Star Trek est au moins aussi connu et dense que celui de Star Wars. Cinq séries télévisées (Star Trek, La Nouvelle Génération, Deep Space Nine, Voyager et Enterprise), une série animée, des romans, 12 films dont le dernier opus, Into Darkness, est peut-être le meilleur blockbuster de l’année 2013, et quantité de comics pour presque autant de maisons d’édition : Gold Key pour les années 60 et 70, Marvel de 1980 à 1981 (une unique série basée sur le premier film), des comics trips dans le Los Angeles Times de 1979 à 1983 (dont certains illustrés par Gerry Conway), DC de 1984 à 1996 avec plusieurs ongoings (et des noms comme Eduardo Barreto, Carmine Infantino, Adam Kubert, Peter David, Dan Jurgens, J.M. Straczynski), Malibu Comics puis encore Marvel à partir de 1996, Wildstorm à la fin des années 90 (des ongoings et séries limitées, dont certaines écrites par David Mack ou encore Peter David) et enfin IDW, qui a fait des franchises une spécialité et a pris les devants lors de la sortie du film d’Abrams. Cette maison d’édition continue encore aujourd’hui à servir la franchise au niveau comic-book, produisant des ongoings et mini-séries à la pelle.

Sachant la densité de la production américaine, on comprend aisément que cet album est à aborder avec de solides connaissances trekkiennes, d’autant que le scénario revient sur la vie de Spock, le célèbre hybride vulcain-humain et fidèle second du capitaine Kirk, avec quantité de flashbacks à l’appui. En effet, alors que Spock a depuis longtemps quitté l’organisation pacifique universelle Starfleet et l’équipage de l’Enterprise et mène une vie solitaire en tant qu’enseignant sur diverses planètes, il va devoir se rendre sur la planète Terre suite à une révélation importante. Ce long voyage sera effectué en compagnie d’un Saurien curieux lui posant beaucoup de questions, qui seront autant d’occasion pour le lecteur de se plonger dans la mémoire de Spock : ses amours, l’Enterprise et son équipage, le poids de ses origines, et ce jusqu’au souvenir douloureux qu’est la disparition de Kirk. Même s’il est plutôt convenu, le scénario conçu par Scott et David Tipton (des habitués de la franchise en comic-book) reprend vraiment des passages pertinents pour bien comprendre la personnalité de Spock, de sa logique vulcaine à son adaptation auprès des humains et de leurs sentiments. L’ensemble est donc, comme son personnage, d’une grande pudeur et cache en réalité de profonds tourments. Un scénario plutôt plaisant pour peu que l’on connaisse déjà le personnage, mais néanmoins assez facile et sans surprise, malgré une fin particulièrement réussie. Mais on peut au moins attribuer à l’album le mérite de respecter pleinement l’esprit de la série Star Trek, autant au niveau du ton donné, des références que de l’édition française (Delcourt a fait pour l’occasion intervenir Paul-Hervé Berrebi, traducteur de certaines séries télé de la saga). Inutile néanmoins d’y voir un quelconque intérêt si l’on ne sait rien de l’univers de Star Trek.

Au niveau de la partie graphique, c’est l’artiste italien David Messina qui s’en charge et on peut dire que cela reste très correct. Même si les vaisseaux et décors sont loin d’être aussi grandioses qu’ils ne devraient, son style très lisse, noir et profond sert à la perfection le scénario intimiste des frères Tipton. On reconnait aisément les personnages malgré des visages parfois minimalistes, et le découpage très cinématographique sied parfaitement au scénario. Un dessin franchement agréable à l’œil !

En somme, ce Spock : Réflexions, même s’il est sans surprises, rend parfaitement honneur au célèbre Vulcain de l’univers Star Trek et à son histoire, avec un profond respect et amour de la saga. Par contre, pour les non-initiés, l’album n’est pas des plus abordables et est même à déconseiller.

Derniers commentaires

You are here: IDW Star Trek Spock - Réflexions
icone_rss