Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Tous des idiots sauf moi

Et autres considérations du même ordre
Auteur(s) Peter Bagge
Editeur (collection)
Delcourt (Outsider)
Date de parution
Septembre 2010
Prix 17€95
Nombre de pages
117
Episodes VO Everyone is stupid except for me (2009)
tous des idiots

Depuis l'érosion des libertés publiques jusqu'à la guerre contre le terrorisme en passant par la défense de l'avortement, l'usage des drogues ou l'autorisation pour les citoyens de posséder une arme, Peter Bagge passe la société américaine au bazooka et tente de trouver sa place d'homme libre dans le tumulte du monde. Dix ans de chroniques journalistiques en bande dessinée qui dressent un portrait acide des USA.

Peter Bagge : lu et approuvé

Peter Bagge, que je découvre dans cet album des éditions Delcourt, est un des grands noms de la bande dessinée indépendante américaine. Publié dans la revue Weirdo de Robert Crumb de 1981 à 1986, il créé ensuite sa revue Neat Stuff chez Fantagraphics jusqu’en 1989. Il enchaîne ensuite divers travaux chez cet éditeur mais également chez Marvel, DC ou encore Dark Horse, gagnant rapidement en popularité.

« Tous des idiots sauf moi et autres considérations du même ordre : 10 ans de journalisme en bande dessinée » (reprenez votre souffle) est une compilation de ses chroniques mensuelles parues à l’époque dans le journal Reason. Des chroniques journalistiques d’une à quatre pages, toutes traitant un sujet sociétal américain et narrées sous le point de vue caustique et subjectif (d’autres diront réaliste) de Peter Bagge.

Port d’arme, drogues, politique, religion, associations, tout passe au crible corrosif de Peter Bagge dans cet album au rythme soutenu frôlant la frénésie, où l’homme met les Etats-Unis face à ses contradictions et assène ses vérités avec force et humour. Son franc parler et son amour de la caricature rendent l’ensemble hilarant et le côté archi-documenté de l’album force le respect. Il faut néanmoins bien s’accrocher pour arriver à suivre cet ensemble lourd et bourré d’information tant Bagge peut nous perdre dans cette avalanche de pensées qui lui font parfois même perdre le fil (d’ailleurs, des bases de politique américaine sont un plus non négligeable pour bien appréhender l’album, bien qu’il soit garni de notes de bas de page très utiles), mais même si la concentration est de rigueur l’album se laisse déguster avec plaisir.

Cartoony, caricatural et tout en rondeur, le style de dessin de Peter Bagge n’appartient qu’à lui. Ses personnages semblables à des pantins au faciès défiguré, aux membres souples s’allongeant à guise et aux expressions disproportionnées permettent de faire passer n’importe quel message – plus ou moins grave – sur le ton de l’humour, sans que cela ne desserve le propos. Son dessin nerveux, chargé et atypique ne plaira forcément pas à tout le monde, mais sa « patte » si caractéristique et son talent pour la narration rend l’ensemble très dynamique et entraînant, à l’image des chroniques de l’album.

Vous l’aurez compris, ce petit brûlot journalistique disséquant la société américaine avec intelligence, férocité et humour requiert un public attentif et averti. Mais une fois la Peter Bagge’s touch assimilée, ce condensé d’humour politique et corrosif, plein d’information, vaut largement le détour.

Derniers commentaires

You are here: Fantagraphics Tous des idiots sauf moi
icone_rss