Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Jimmy Corrigan

Auteur     Chris Ware
Editeur (Collection)
     Delcourt (Contrebande)    
Date de parution
     Janvier 2004
Prix     45 €
Nombre de pages
     380
Episodes VO
     Jimmy Corrigan

 

 

Jimmy Corrigan est un homme très timide et très seul, étouffé par une mère omniprésente.
Jimmy a un travail de bureau sans intérêt, et vit davantage dans ses fantasmes que dans la triste réalité qui l'entoure.
Un beau jour, il reçoit un courrier totalement inattendu : une lettre du père qu'il n'a jamais connu.
Ce père qui les a abandonnés, lui et sa mère, et qui lui propose de venir le voir pour la première fois.
Jimmy, naturellement bouleversé et terrifié, part à la rencontre de cet inconnu...

(Un exemple de planche)

Une merveille de chaque instant

D'emblée, à peine ouvert, l'ouvrage impose le respect: La reliure se déplie et nous conte, sans parole mais à l'aide d'un schéma partant dans tout les sens et pourtant très clair car remarquable d'intelligence, la genèse de la famille Corrigan, exilés irlandais dans la Nouvelle Angleterre. Dès le début donc, le souffle coupé par cet apparent imbroglio d'images pourtant très cohérent, d'une terrible audace.
Et ce n'est que le début, le reste de l'ouvrage venant petit à petit confirmer ce sentiment d'un récit hors norme, extrêmement novateur, dotée d'une incroyable richesse.

L'histoire, c'est l'histoire de la famille Corrigan, et plus particulièrement de deux périodes: celle de l'enfance du grand-père de Jimmy, enfant enfermé dans son mutisme dû à une mère morte en le mettant au monde et à un père pour qui il ne représente rien de plus qu'un fardeau, et celle de Jimmy, à notre époque, grand gaillard d'une trentaine d'années affublé d'une timidité maladive due à la possessivité de sa mère, qui reçoit un coup de fil de son père, père qu'il n'a jamais vu. Ces deux protagonistes, bien que ne s'étant jamais vus, naviguent souvent entre réalité fantasmée et petitesse de leurs vies réelles.

L'histoire est en partie autobiographique, Chris Ware n'ayant jamais réellement connu son père. Mais c'est avant tout l'histoire d'une famille américaine de souche irlandaise, de leur genèse à aujourd'hui, une famille qui pourrait être une famille comme n'importe laquelle aux États-Unis. Une histoire fermement ancrée dans l'histoire de son pays, ses traditions, son évolution, une histoire également faite de petits riens, de tranches de vie des protagonistes, une histoire d'une infinie tendresse de par son humanisme touchant, même si jouant souvent sur un second degré féroce.
Enfin bref, niveau scénario, tout cela est d'une infinie beauté et je me suis attaché aux personnages comme rarement je ne l'avais fait.

La beauté du scénario est de plus largement transcendée par les dessins, d'un académisme apparent qui cache en réalité des trésors de mise en scènes et de découpages variés, une narration poussée et audacieuse et pourtant intuitive, rehaussée par des couleurs savamment étudiées d'une apparente simplicité et par un lettrage tout sauf académique. Niveau dessin, c'est quand même un plaisir de tous les instants, il faut le voir pour le croire.

En bref, un livre unique, un trésor comme la bande dessinée en renferme peu, un ouvrage rempli d'une beauté inouïe pour quoi les 45€ (quand même) de l'édition sont amplement justifiés. Et cette somme cache quand même de nombreuses heures de lecture, le livre s'appréciant énormément. Et puis il faut voir la qualité de l'édition.
Un livre qu'on savoure jusqu'à la dernière page, qui nous prend encore aux tripes longtemps après, et qu'on a envie de lire et relire toujours. Une expérience à vivre plus qu'un livre à lire.

Bon je crois que c'est assez clair, ce livre est dans mon top.

Derniers commentaires

You are here: Fantagraphics Jimmy Corrigan
icone_rss