Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Filles Perdues

Auteur
 Alan Moore (scénario), Melinda Gebbie (dessin)
Editeur (Collection)
 Delcourt (Contrebande)
Date de parution
 Mars 2008
Prix
 49€90
Nombre de pages
 320
Episodes VO
 Lost Girls

 



Elles se nomment Alice, Wendy et Dorothy.
A travers leurs aventures au Pays des Merveilles, dans le monde Peter Pan, et au Royaume du Magicien d'Oz, les lecteurs du monde entier les connaissent... ou croient les connaître. Car l'heure est venue pour elles de nous dévoiler la face cachée de leur histoire. Loin des mondes imaginaires, c'est en Europe, à l'aube du XXe siècle, qu'elles ont vécu les moments les plus marquants de leur existence.
Voici comment trois ingénues, guidées par l'éveil de leurs sens, stimulées par des expériences sans tabou, sont devenues trois Filles Perdues...

Vous voulez un whisky ?

Décidément, Alan Moore n’en finira jamais de me surprendre.

Travail étalé sur une dizaine d’années (comme From Hell), Lost Girls est la tentative audacieuse d’Alan Moore et de sa compagne Melinda Gebbie de montrer qu’on peut faire une bande dessinée pornographique sans que cela ne soit forcément sale et mercantile. Un vrai roman graphique, très intelligent, se servant de la pornographie comme un moyen et non pas comme un but.

L’histoire ? Il s’agit pour Alan Moore de faire se rencontrer, dans un hôtel en France, Wendy (de Peter Pan), Alice (aux Pays des Merveilles) et Dorothée (du Magicien d’Oz), se racontant chacune leurs expériences passées, entre vérité et histoire fantasmée. Je conseille, avant d’entamer le livre, d’aller chercher les synopsis des trois romans concernés afin d’être sûrs de ne rien louper.

L’album est composé de 3 parties principales, contenant chacune 10 histoires de 8 pages, et va revisiter ces classiques de la bande dessinée que sont Peter Pan, Alice au Pays des Merveilles et Le Magicien d’Oz, en interprétant les aventures de ces héroïnes comme autant d’expériences sexuelles. Avec son écriture sans pareil, son sens du dialogue et son talent habituel, Moore est une fois de plus très intéressant dans cette ode au libertinage qui sent bon le début du 20ème siècle. Avis aux âmes sensibles, tout y passe dans cet album : pédophilie, inceste, zoophilie, sado-masochisme, orgies… C’est de la pornographie, pas de l’érotisme. Mais c’est fait de telle façon qu’il n’y a là rien de bien choquant, tout du moins du moment qu’on adhère à la philosophie épicurienne de l’album.

Et avec ça, les dessins ne sont pas en reste : Melinda Gebbie, compagne d’Alan Moore, nous peint de superbes tableaux dans un style très victorien qui correspond également parfaitement à l’ambiance qui ressort de l’album et à l’époque dans laquelle l’histoire se déroule. Et le fait que les deux auteurs soient mariés créé une synergie entre eux qui se sent réellement dans le récit.

Rien à dire non plus sur la luxueuse édition de Delcourt qui vaut vraiment son prix, un somptueux album dont on a réellement plaisir à feuilleter.

En bref, un pari aussi risqué réussi avec tant de savoir-faire, un livre aussi audacieux et intelligent, rien à redire : chef d’œuvre.

Derniers commentaires

You are here: Autres Top Shelf Filles Perdues
icone_rss