Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Tue-moi à en crever

Tue-moi à en crever

Auteur
    David Lapham
Editeur (Collection)
    Delcourt (Contrebande)
Date de parution
    Mai 2006
Prix
    19,90€
Nombre de pages
    240
Episodes VO
    Murder me Dead #1-9    

 

 

De retour de soirée, Steven découvre sa femme, Eve, pendue au milieu du salon. Désorienté, il se réfugie auprès de Tara, un amour d’enfance dont il a récemment retrouvé la trace. Tous deux mènent une vie heureuse, pour un temps... Rapidement, de sordides individus apparaissent dans leur entourage et révèlent à Steven le passé trouble de sa nouvelle compagne.

Polar à l'ancienne

Deuxième oeuvre majeure de David Lapham (la première étant Stray Bullets, il faudrait que je mette la main dessus un jour), le spécialiste du polar, Tue-moi à en Crever est un récit de 200 pages qui ne vous laisse pas de répit tellement les rebondissements sont nombreux. Dans la veine des polars des années 50, David Lapham nous pond un récit entièrement maîtrisé, très noir et surtout terriblement prenant, où la tension règne en maître.
Le dessin, souvent d'apparence très classique et très sobre, n'en fait que mieux ressortir les quelques scènes de fusillades ou de courses-poursuites qui parsèment le récit.
Tue-moi à en Crever, c'est également le récit d'âmes perdues qui s'obstinent dans leurs erreurs au lieu d'essayer de s'en sortir. Forcément, dans un polar, tout cela va avoir des conséquences relativement tragiques.
Adeptes du polar à l'ancienne, de récits sombres et désespérés, et même tout simplement de bonnes histoires, allez-y sans crainte.

Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir...

Je suis un véritable fan de David Lapham (du moins de son travail en creator owned). C'est vraiment l'un des artistes les plus talentueux qu'il m'ait été donné de lire, c'est "le meilleur dans sa partie". Et sa partie c'est le noir, les histoires de crime.

Tue Moi à En Crever est une illustration parfaite de son talent. Immédiatement accessible et prenante, c'est une histoire dense, poisseuse et pessimiste. Lapham a parfaitement saisi l'essence même du noir : il plonge ses personnages dans des situations impossibles, dans un état mental qui les pousse à commettre l'irréparable et on ne peut dès lors qu'assister à une suite d'événements qui ne font qu'empirer les choses. L'issue est sombre, sans espoir et les personnages sont tous abîmés par la vie : pas de blanche colombe à l'horizon, juste des moineaux plus ou moins gris qui se battent pour survivre.

Lapham est un artiste complet, en plus d'être un très bon scénariste, c'est un narrateur hors pair. Il varie ses cadrages, rend ses séquences d'action haletantes et les scènes de dialogues ont une atmosphère pesante presque tangible grâce à l'expressivité des regards.

Tue Moi à En Crever est un des meilleurs polars que j'ai pu lire et je suis plutôt fan du genre.

Derniers commentaires

You are here: Autres El Capitàn Tue-moi à en crever
icone_rss