Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Stray Bullets t.1

Auteur
    David Lapham   
Editeur (Collection)
    Dark Horse France
Date de parution
    1996
Prix
    ?
Nombre de pages
    128
Episodes VO
    Stray Bullets #1-4 (Ed. El Capitan)   

 

 

Tout commence par un carnage. Une voiture bondée de cadavres. Et une trace de sang, celle d'un homme seul. D'un homme? D'un enfant un peu attardé? D'un demi-demeuré à qui l'on a confié un flingue?
Tout commence par un carnage.
Ou peut-être n'est-ce ni le commencement, ni la fin, mais une sorte d'étape intermédiaire...
Et pour comprendre ce qui s'est passé...et ce qui va se passer, il faut remonter quinze ans auparavant, dans une petite ville où vivent deux enfants, Ginny et Joey, deux enfants mal-aimés, brutalisés, isolés.
Deux enfants qui grandissent dans la violence.

Destins croisés

1er essai avec, peut-être, le comic-book le plus cité quand on parle de polar, la référence en quelque sorte, je dois dire que je n'ai pas été déçu : Essai transformé, rendez-vous au prochain tome. Voila. Fin de l'histoire.

Plus sérieusement, Stray Bullets t.1, c'est 4 épisodes d'une trentaine de pages, épisodes quasi-indépendants puisque ils proposent une histoire compléte à chaque fois, un morceau de vie des protagonistes, et cela à des époques différentes, mais des histoires qui commencent déjà à s'entrecroiser, où on reconnait tel personnage, où on commence à sentir les liens se resserer. C'est très bien joué pour Lapham, surtout après seulement 4 épisodes.

Mais ce ne sont que des détails, le gros du scénario c'est quand même son ambiance sombre, poisseuse, ces petits morceaux de vie de nos protagonistes, bercés entre désespoir et nostalgie, dans un monde de violence auquel, malgré tout le mal qu'ils se donnent, ils ne pourront échapper. Stray Bullets est profondément intimiste dans sa façon de caractériser les personnages et très pessimiste quant à leur avenir. Pour l'instant, on ne dispose que de bribes d'histoires séparées, mais elles commencent déjà à former un tout d'une grande puissance.

Au niveau des dessins, David Lapham, dans un noir et blanc intense fait honneur au récit grâce à son trait maîtrisé et très puissant. Il multiplie les prises de vues sans rien perdre à la narration et le format 8 cases par page est réellement un atout et donne un grand rythme au récit.

En bref, Stray Bullets, dès le 1er tome, est déjà un grand polar, un livre qui nous prend aux tripes encore longtemps après la lecture, un livre d'une grande puissance. Vivement que je trouve la suite.

Derniers commentaires

  • White is white
    Avoid Wholesale Purchases: Purchasing is one thing, but purchasing in whole... Suite...
    19/03/19 - 18h01
    Par Guest
  • Bourrin?
    All these suggest that, PDF incredibly a popular format to share our idea w... Suite...
    19/03/19 - 16h56
    Par Guest
  • Le cavalier de l'Apocalypse
    This way you will not get bored and also muscles will not get sick of. When... Suite...
    19/03/19 - 13h41
    Par Guest
  • Interview Davy Trouilh
    They can draw in people lust like they attract people for ones booth in exh... Suite...
    19/03/19 - 13h21
    Par Guest
  • Bigfoot
    You're so cool! I do not think I've read through something like this before... Suite...
    19/03/19 - 12h14
    Par Guest
  • Interview Davy Trouilh
    You purchase hosting space from them and resell them for own potential cons... Suite...
    19/03/19 - 10h16
    Par Guest
You are here: Autres El Capitàn Stray Bullets Stray Bullets t.1
icone_rss