Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

The Boys, t.4 - We Gotta Go Now

Auteur
 Garth Ennis (scénario), Darick Robertson & John Higgins(dessin)
Editeur (Collection)
 Dynamite Entertainment
Date de parution
 Juillet 2009
Prix
 19.90 $
Nombre de pages
 184
Episodes VO
 The Boys #23-30
Correspondance VF
 Inédit (Éditions Panini courant 2010)

 

Meet the G-Men. Outcasts. Renegades. Rogues. Outsiders. The world's most profitable superheroes.

But all is not well with mysterious millionaire John Godolkin's band of misfits. Silver Kincaid, one of the original G-Men, has just committed suicide in the most public and grotesque way imaginable. That's not good news for Vought-American's number one franchise, with G-Force, G-Coast, G-Style, G-Wiz, the G-Brits and the G-Nomads all depending on their slice of the G-pie. There's far too much at stake for anyone to go poking around the G-Mansion now. Who knows what dirty secrets might be waiting down there in the dark?

So it's just too bad that Butcher, Hughie, Mother's Milk, the Frenchman and the Female have decided to do precisely that. Even it they risk finally biting off much, much more than they can chew...

This TPB collects issues 23-30 (“WE GOTTA GO NOW”) of the acclaimed series and features a complete cover gallery including all of the alternate covers from the run (along with the covers by Darick Robertson): John Cassaday, Howard Chaykin, Garry Leach, David Lloyd, Dave Gibbons, Carlos Ezquerra, Steve Dillon and Jim Lee!

Louie Louie, oh no…

Proscrits, renégats, arrogants, rebelles, tels son les G-Men, les super-héros les plus ‘‘rentables’’ du marché. Mais tout ne tourne pas rond autour de la bande du mystérieux millionnaire John Godolkin… Silver Kincaid, l’une des G-Men originelle vient de se suicider de la façon la plus grotesque qui soit. Et ça, ce n’est pas bon pour la franchise n°1 de Vought-American, ni pour tous les dérivés que sont G-Force, G-Coast, G-Style, G-Wiz, G-Brits et les G-Nomads… Et c’est évidemment le moment que les Boys choisissent pour venir fouiner et enquêter sur les sales petits secrets de cette bande de justiciers en spandex…

Dans ce quatrième tome VO, Garth Ennis décide de s’attaquer à un gros morceau des comics US : les X-Men. Car, évidemment, les G-Men sur lesquels viennent enquêter Billy Butcher et sa bande ne sont rien de moins qu’une parodie à peine déguisée des mutants du Pr. Xavier… Alors oui, le scénariste irlandais peut sembler tourner en rond lorsqu’il s’agit de décrire les tares des super-héros (en gros, c’est comme pour les Seven et les autres groupes rencontrés dans la série jusqu’ici : ça baise et ça se déchire la gueule à tout va), mais peut-on vraiment reprocher à Ennis de faire du Ennis ? Non. Surtout quand, comme ici, c’est fait avec un humour certes bien gras, mais ô combien jouissif. De plus, l’auteur ne passe pas uniquement son temps à casser du justicier masqué. Par quelques dialogues, comme toujours bien placés, et certaines scènes plus intimistes, Garth Ennis approfondit la relation entre Hughie et Annie mais, surtout, creuse un peu plus le personnage de Butcher qui, entre ses parties de jambes en l’air avec sa patronne et sa haine démesurée à l’encontre des sups', cache une tragédie humaine dans son passé. Sinon, dans les petits coups de gueule, il faut encore relever les textes éructés par The Frenchmen, qui sont remplis de fautes grammaticales… Et ça, c’est un peu casse-bonbon… Garth, si tu me paies une Guinness, je me porte volontiers volontaire pour une relecture de tes scénars !

Aux dessins, c’est toujours le très apprécié Darick Robertson qui tient principalement les crayons. Sa narration fluide et son sens du cadrage millimétré font toujours mouche, tout comme son trait fin et précis. Et même si, d’une manière générale, on ne peut pas dire que les planches de The Boys laissent pantois, elles fonctionnent néanmoins très bien, sans esbroufe ni esclandre inutiles. Dans ce TPB, le bonhomme s’éclate particulièrement sur les costumes des G-Men, bien inspiré des pires moments kitchs des X-Men de Marvel… Un calvaire pour les fan-boys, mais un véritable régal pour les connaisseurs qui se poileront tout seul devant leur bande-dessinée. Sur certains épisodes, on retrouve également John Higgins ayant déjà officié avec Garth Ennis sur Hellblazer ou encore War Stories. Sans doute par souci d’unité, l’artiste tente de coller au plus près du style de Robertson. Il en découle une impression plutôt bizarre, et un résultat moyen. Il aurait été sans doute préférable qu’Higgins se laisse plus de liberté (ou qu’on la lui laisse ?) afin d’obtenir un meilleur résultat. La colorisation, quant à elle, est sans doute l'élément graphique le moins bien réussi de l’œuvre, Tony Aviña persistant à utiliser des teintes sombres et qui ne rendent pas bien du tout sur ce type de papier (le pire restant la représentation de la peau des personnages… presque autant moche que du Frank D’armata, c’est dire… et sinon, The Boys en N&B c’est pas possible ?).

Malgré les quelques remarques sur la partie graphique, The Boys reste un petit plaisir coupable, pour tous les amateurs de comics de super-héros qui n’ont pas peur de rire d’eux-mêmes et de leurs héros préférés qui ont bercé leur enfance… Pour les autres, à moins d’être maso, vous pouvez passer votre chemin !

Derniers commentaires

You are here: Autres Dynamite Entertainment The Boys t.4 - We Gotta Go Now (VO)
icone_rss