Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

t.1 - Une femme ne s'arrête jamais

Jennifer Blood t.1
Auteur(s) Garth Ennis (scénario), Adriano Batista, Marcos Marz et Kewber Baal (dessin)
Editeur (collection)
Panini Comics (100% Fusion Comics)
Date de parution
Avril 2012
Prix 14€
Nombre de pages
144
Episodes VO Jennifer Blood #1-6
jennifer blood

Le jour, Jennifer Fellows cuisine pour ses enfants, range la maison, lave le linge, va chez le coiffeur... Mais, à la tombée de la nuit, l'existence routinière et paisible de la femme d'intérieur se transforme en guerre acharnée contre les malfaiteurs. Armée de la tête aux pieds et prête à tuer, la jeune femme devient Jennifer Blood, l'ennemie du crime organisé.

Garth Ennis et les scénarios de commande

Jennifer Fellows est une mère de famille américaine on ne peut plus cliché : femme au foyer, elle s’occupe de ses deux enfants, vit une histoire d’amour passionné avec son mari légèrement effacé, prépare le repas, fait le ménage, et semble vivre pleinement son existence. Mais le soir, elle se transforme en Jennifer Blood, tueuse sans pitié assassinant par douzaine avec un professionnalisme épatant. On comprend vite que les cibles ne sont pas choisies au hasard mais sont plutôt la conséquence d’une vengeance personnelle et familiale. Voila pour le pitch, étiré sur 6 épisodes avec quelques rebondissements de temps en temps pour nous faire tenir. Mais comme le scénario n’est pas original du tout et que chaque révélation est largement attendue, on en vient à se forcer pour arriver au bout de la lecture, malgré un Garth Ennis tentant une approche humoristique jouant sur la dualité mère au foyer / tueuse sans pitié et nous proposant quelques moments bien gore et WTF. Mais voila, pour du Ennis, il faut bien avouer que l’ensemble est poussif au possible et franchement sans aucune originalité. On a vraiment l’impression que la mini-série a été lancée uniquement pour faire un peu d’argent avec le nom d’Ennis et les couvertures photo-réalistes et semi-érotiques de Tim Bradstreet.

Et la partie graphique ne va pas nous contredire sur l’aspect purement mercantile de l’objet, puisque cette mini-série en 6 épisodes a quand même nécessité 3 dessinateurs différents ! Autant on peut comprendre sur des ongoings que des fill-in artists soient obligés d’intervenir pour empêcher des retards, autant sur une simple mini-série ça ne peut relever que d’une mauvaise gestion du choix des dessinateurs et de leurs emplois du temps. On commence donc avec Adriano Batista (Red Sonja), un dessinateur plutôt correct mais au style transparent au possible, comme un bon nombre des artistes interchangeables ayant percés au début des années 2000. Ca passerait presque si seulement Panini n'avait pas ajouté dans sa description que ce dessinateur "se définit comme un disciple de Buscema, Kirby, Windsor-Smith et Oda." Du dessin sans saveur mais largement plus recommandable que ceux de Marcos Marz (Catwoman, Nightwing, Detective Comics quand même), dont la façon de raconter une histoire laisse songeur : l’artiste ne va pas composer sa planche en fonction des scènes mais va plutôt adapter ses angles de vue à la taille de la case... Du gros n’importe quoi, aboutissant à un storytelling désastreux. Et ça n’est pas son trait « Image 90s » et les visages crispés de ses personnages qui vont changer la donne. On conclut avec Kewber Baal, qui va rehausser un peu la donne de son style assez réaliste et de son trait sombre et profond, faisant presque penser à Darick Robertson (mais presque).

Bon, inutile donc de se voiler la face, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un mauvais Ennis, un sous-Punisher sans l’inventivité et l’humour froid de l’original. Et les dessins n’arrangent pas les choses... A noter, un deuxième tome est sorti, avec Al Ewing au scénario ainsi qu'Eman Casallos et Kewber Baal (qui revient pour l'occasion) aux dessins, en mars 2013. Il sera difficile de faire pire que ce premier album...

Derniers commentaires

You are here: Autres Dynamite Entertainment Jennifer Blood t.1 - Une femme ne s'arrête jamais
icone_rss