Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Loin d'être Parfait

Auteur
   Adrian Tomine
Editeur (Collection)
   Delcourt (Outsider)
Date de parution
   Novembre 2008
Prix
   14€95
Nombre de pages
   110
Episodes VO
   Shortcomings (Ed. Drawn & Quarterly) 

 


Non seulement il est cynique, sarcastique et insensible, mais en plus sa relation avec sa copine se passe mal. Miko Hayashi lui reproche d’être attiré par les femmes blanches. Tous les deux sont d’origine asiatique.
Elle fuit à New York, il reste en Californie. Leur histoire s’inscrit dans l’Amérique multiraciale et borderline d’aujourd’hui

Pas si loin que ça

Américain d'origine japonaise, Ben Tanaka est un tout juste trentenaire mal dans sa peau. Rien ne lui réussit : un job de gérant d'un cinéma universitaire essentiellement alimentaire (même s'il ne se l'avoue pas à lui-même), une vie sociale réduite à son amitié avec Alice (une lesbienne d'origine coréenne dont le nombre de conquêtes semble frôler le nombre d'étudiantes de l'Université) et une relation amoureuse frustrante avec Miko, avec laquelle il ne semble partager ni passion, ni centres d'intérêts. Et comme si ça ne suffisait pas, il se traîne le fardeau de sa couleur de peu, que lui rappellent à volonté ses amies d'origine asiatique dès lors qu'il montre son intérêt (avéré) pour les filles blanches.
Renfrogné dans une sorte de nonchalance saupoudrée d'une pincée de cynisme, Ben se retrouve confronté à ses contradictions quand Miko accepte un stage de 4 mois à New-York qui ressemble à s'y méprendre à une rupture...

Avec un graphisme épuré qui lorgne du côté de Dan Clowes dans la personnalisation des protagonistes et un usage modéré des plans fixes sur des détails de la vie quotidienne inspiré des mangas pour adultes, Adrian Tomine rend une copie impeccable. Le dessin présente l'énorme mérite de ne jamais éloigner le lecteur du propos. Et c'est justement dans ce qu'il raconte que Tomine fait mouche. La caractérisation des trois principaux "héros" est une réussite totale. En 100 pages, ils évoluent d'une manière cohérente bien que parfois inattendue et l'on y croit de bout en bout.

J'avais forcément entendu beaucoup de bien d'Adrian Tomine. Dans ces cas-là, on est souvent déçu. Pour ma part, Loin d'être parfait n'a pas souffert de cet écueil et je vais lorgner, assurément, vers les autres traduction de cet auteur, déjà confirmé, du comics indépendant.

5 films préférés ?

Loin d'être Parfait est ma première expérience avec un auteur indépendant qui monte, Adrian Tomine. En plus, il est publié par Drawn & Quarterly, ce qui est quand même un gage de qualité, cela va sans dire.

L'histoire ? Celle d'un morceau de vie d'un américain d'origine asiatique, gérant d'un cinéma indépendant, entre ses querelles avec sa petite amie, partie finalement faire un stage à New York loin de leur campagne, et ses relations avec sa meilleure amie, étudiante, lesbienne et nymphomane. Tomine se concentre d'une part largement sur ce personnage principal qu'est Ben Tanaka, renfermé, un peu en dehors de ce qui se passe, snob par moments, sans toutefois oublier les autres personnages qui, à l'aide de quelques échanges bien sentis, de quelques phrases, arrivent à être incroyablement bien déterminés et réalistes.

Tomine s'intéresse aux gens, les analyse sans toutefois les disséquer. Il parvient à les caractériser, à capturer leurs essences en quelques passages, quelques bribes de situations, et nous offre là un récit très touchant car universel (les problèmes qui touchent nos personnages pourraient toucher chacun d'entre nous), nappé d'une pudeur et d'une sobriété qui évite à bon escient toute scène de larmoiement ou d'apitoiements inutiles. C'est beau, bien fait et surtout très juste. Et c'est, en plus, l'occasion pour l'auteur de brosser un portrait de l'Amérique d'aujourd'hui, celle du melting pot.

Pour les dessins, Tomine reste encore une fois très classique et réaliste, sachant capturer en quelques traits les sentiments des personnages grâce à une sculpture des visages encore une fois très juste. Adrian Tomine, sans artifices superflus, maîtrise réellement son art encore une fois tout en sobriété. Il y a beaucoup de Dan Clowes dans son trait.

Pour moi, c'est certain, cet album là m'en fera acheter bien d'autres portant le nom de Tomine.

Derniers commentaires

You are here: Autres Drawn & Quarterly Loin d'être Parfait
icone_rss