Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La Vie est Belle malgré tout

Auteur
   Seth
Editeur (Collection)
   Delcourt (Outsider)
Date de parution
   Février 2009
Prix
   16.50 €
Nombre de pages
   192
Episodes VO
   It's a Good Life if you don't weaken (Ed. Drawn & Quarterly) 

 


Un jeune graphiste canadien, bibliophile et passionné de BD, découvre un jour l'existence de Kalo, un dessinateur dont il n'a jamais entendu parler bien qu'il ait notamment travaillé au New Yorker. Fasciné par cet auteur méconnu, il décide alors de se lancer sur ses traces.


Kalo and the New Yorker

Récit autobiographique, La Vie Est Belle Malgré Tout rassemble les épisodes #5 à 10 de la fameuse série de Seth Palooka City, et nous raconte une partie de la vie de l'auteur, qui va se mettre à rechercher obstinément les œuvres d'un certain Kalo, dont il a vu une planche dans un vieil exemplaire des années 50 du New Yorker et qui l'avait fait tomber en admiration.

On suit donc notre narrateur fouiller pour en savoir le plus possible sur cet individu aujourd'hui disparu, dont il ne reste que des vestiges de son travail, allant jusqu'à parcourir la ville de cet auteur ou rencontrer les personnes l'ayant côtoyé, de sa famille à ses amis. Mais l'histoire de cette recherche, c'est aussi l'histoire de Seth, personne nostalgique du passé, qui se serait bien vu vivre dans les années 50, personne aussi très exigeante envers elle-même et les autres, dont le seul confident est le célèbre auteur indépendant Chester Brown. Seth nous entraîne avec lui dans ses pérégrinations, ses pensées profondes et l'album se révèle rempli de nostalgie, d'une envie pour l'auteur de retourner en enfance, où il était bercé dans un cocon, sans lien avec la dure et froide réalité du monde. Et le parallèle entre l'obstination de Seth pour retrouver les traces disparues de Kalo et son mal-être du monde contemporain demeure plus qu'évident.

L'auteur arrive sans peine à nous faire retrouver cette nostalgie du passé, cette recherche de soi-même dans des quêtes sans forcément de sens, même si j'y ai trouvé un manque dans l'empathie que devrait provoquer l'album. Reste tout de même un joli travail, rehaussé par une partie graphique sans égale : d'un trait souple, rond, aérien, Seth possède vraiment un trait unique et sa mise en scène classique est en réalité très pensée. De plus, les aplats de couleur bleue viennent apporter une joli relief à cet album.

En bref, une formidable autobiographie en forme de recherche nostalgique des événements de notre enfance et de refus du monde d'aujourd'hui nous est offerte là par le grand auteur Seth. Inutile de se priver.

Derniers commentaires

You are here: Autres Drawn & Quarterly La Vie est belle malgré tout
icone_rss