Comicszone

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Blonde Platine

Blonde Platine
Auteur(s) Adrian Tomine
Editeur (collection)
Delcourt (Outsider)
Date de parution
Février 2011
Prix 16€95
Nombre de pages
132
Episodes VO Summer Blonde (Optic Nerve #5-8)
blonde platine

Dans Alter ego, un jeune écrivain en mal d'inspiration retrouve une ancienne camarade de lycée et s'embarque dans un flirt sans lendemain.
Dans Blonde platine, un garçon complexé s'emmêle les pinceaux dans une improbable opération de séduction.
Dans Escapade hawaïenne, une jeune femme solitaire et rêveuse invente de malveillants canulars téléphoniques dans l'unique espoir de rencontrer quelqu'un.
Dans Alerte à la bombe, un étudiant soupçonné d'homosexualité s'initie au sexe grâce à une jeune fille facile.

Tomine cerne l'individu au plus près

Déjà publié en France par les éditions du Seuil il y a bien longtemps (2003), Blonde Platine est le troisième album d’Adrian Tomine publié dans la collection Outsider de Delcourt, après Loin d’être parfait et Insomnie et autres histoires. Néanmoins, il a été réalisé avant ces deux albums.

Pour autant, les récits proposés ici ne souffrent aucunement de la comparaison avec les autres œuvres de Tomine, bien au contraire. 4 histoires très différentes nous sont proposées ici :

- un jeune écrivain en panne d’inspiration veut retrouver un amour perdu, n’en déplaise à sa compagne du moment ;
- un individu solitaire essaye tant bien que mal de draguer une hôte d’accueil, avec maladresse ; 0
- une jeune femme ayant perdu son emploi et ne sachant vraiment plus quoi faire s’essaie aux canulars téléphoniques ;
- enfin, un étudiant mis à l’écart pour soupçon d’homosexualité va faire la connaissance d’une femme.

4 histoires simples, ayant comme thème principal la solitude et la complexité des rapports humains, que Tomine traite avec profondeur et distanciation. Paradoxalement, la pudeur avec laquelle sont racontées ces histoires n’empêche pas pour autant l’immersion et l’identification aux personnages, car finalement ces histoires très réelles pourraient tous nous arriver également. Tomine nous confirme ici qu’il reste un maître pour représenter et témoigner de la difficulté des échanges entre personnes et de la solitude de l’individu. Ses histoires sont profondes, touchantes, ses personnages réalistes, et le sentiment de mélancolie qui s’empare de l’album met du temps à disparaître une fois celui-ci finit.

Les dessins réalistes sont à l’image du récit : Tomine n’en fait pas trop, reste dans la distance, et se pose encore une fois en observateur lucide et objectif, qui ne juge pas mais se contente d’apporter les faits. Tout est savamment orchestré et le storytelling est encore une fois maîtrisé et surtout plein de sens, tout en restant très sobre. De l’excellent travail.

Est-il donc utile de le préciser, Tomine reste un maître dans l’art d’observer le genre humain, les rapports difficiles entre individus, et ses courts récits pudiques, profonds et touchants sont tout autant de preuve de son immense talent. Du très grand comics indépendant.

Derniers commentaires

You are here: Autres Drawn & Quarterly Blonde Platine
icone_rss